Formation DPC de l’auxiliaire de puériculture : forfait DPC

Plan de formation décidé par l’employeur, volonté personnelle d’actualiser ses compétences ou d’accéder à un niveau de qualification supérieur, DPC et obligation légale de formation encadrée par l’État…

Découvrez toutes les possibilités de formations qui s’offrent aux auxiliaires de puériculture et les aides financières qui les accompagnent.

puericulture

Quelles formations suivre en tant qu’auxiliaire de puériculture ?

Pour améliorer ses pratiques ou pour évoluer dans sa carrière, l’auxiliaire de puériculture peut continuer à se former.

La formation continue de l’auxiliaire de puériculture

L’auxiliaire de puériculture (AP) exerce un métier aux multiples facettes. Ses missions touchent les domaines de l’hygiène, du soin, de l’éveil et l’éducation. Elle doit répondre aux besoins des enfants, qu’ils soient bien portants, malades ou en situation de handicap. Enfin, l’AP collabore la plupart du temps, avec d’autres professionnels de la santé ou de la petite enfance et en concertation avec les parents.

Il existe de nombreuses formations complémentaires pour les auxiliaires de puériculture. Elles peuvent être simplement qualifiantes ou bien certifiantes et permettant de couvrir tous les aspects de la profession :

  • Développement psychomoteur de l’enfant ;
  • Jeux, activités, éveil ;
  • Sensibilisation aux nouvelles pédagogies (Montessori, Snoezelen…) ;
  • Communication et développement du langage ;
  • Alimentation du jeune enfant, diversification alimentaire, allergies et troubles alimentaires ;
  • Parentalité et transmission aux parents ;
  • Accueil d’un enfant autiste ou en situation de handicap…

Avec la formation continue, l’AP peut également disposer de nouvelles perspectives d’évolution professionnelle et accéder à plusieurs possibilités de choix de carrière telles que :

Le développement professionnel continu de l’auxiliaire de puériculture

Le développement professionnel continu (DPC) constitue une obligation de formation pour les auxiliaires de puériculture qui doivent se soumettre sur une période de 3 ans à des actions de formation continue, d’analyse, évaluation et amélioration de ses pratiques et de gestion des risques.

Les orientations pluriannuelles prioritaires de DPC pour les auxiliaires de puériculture

Pour être éligible au DPC, une action de DPC doit répondre à, au moins, une des orientations prioritaires triennales fixées par l’État en concertation avec les organisations professionnelles et l’Assurance Maladie.

Pour la période 2023-2025, 3 orientations de DPC (n°17, 20 et 21) dont certaines parties concernent les auxiliaires de puériculture ont été fixées par arrêté. Chacune d’elle s’accompagne d’une fiche de cadrage qui précise le contexte, les objectifs ainsi que les éléments de programme devant être abordés.

Par ailleurs, les orientations 1 à 15 concernent toutes les professions médicales.

Orientation prioritaire n°17 - Repérage et prise en charge des troubles nutritionnels

En France, 17 % des adultes âgés de 18 à 74 ans sont touchés par l'obésité et 3.2 % par la maigreur. Qu'il s'agisse de dénutrition ou de surpoids chez les enfants, les auxiliaires de puériculture jouent un rôle dans la prise en charge de ces pathologies.

Fiche de cadrage (4 pages : n°70 à 74) 

Objectif de la formation :

  • S'approprier les outils de prise en charge des troubles nutritionnels : obésité, surpoids, troubles du comportement alimentaire.

Éléments de programme :

  • Prise en charge initiale
  • Mise en place de thérapeutique
  • Accompagnement du patient

Orientation prioritaire n°20 - Appréhension des enjeux liés à la santé environnementale

Dans le monde, 23 % des décès et 25 % des maladies chroniques sont imputables à des facteurs liés à l'environnement. Pour répondre aux besoins des populations, il est nécessaire que les auxiliaires de puériculture mettent à jour leurs connaissances sur les principales pathologies cocnernées.

Fiche de cadrage (4 pages : n°82 à 86)

Objectifs de la formation :

  • Acquérir des éléments de prévention et de diagnostic.
  • Prendre en charge les pathologies notamment celles liées aux populations les plus fragiles et les plus exposées.

Éléments de programme :

  • Données épidémiologiques.
  • Interrogation pour repérer les pathologies environnementales 
  • Identification des populations à risques

Orientation prioritaire n°21 - Repérage, diagnostic et grands principes d'accompagnement du Trouble du Syndrome de l’Autisme (TSA) et des Troubles du Neuro Développement (TND) chez l’adulte et chez l’enfant

Le dépistage des enfants atteints de TSA et de TND est essentiel pour mettre en oeuvre des stratégie de prises en charge.Fiche de cadrage (4 pages : 86 à 90) 

Objectifs de la formation :

  • Améliorer le repérage et le diagnostic.
  • Accompagner les enfants atteitns de TSA ou de TND

Éléments de programme :

  • Les signes cliniques des enfants avec TND
  • La démarche diagnostique
  • Le parcours de prise en charge
  • L'accompagnement

Les actions de DPC pour les auxiliaires de puériculture

L’agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC) met à la disposition des auxiliaires de puériculture, la liste officielle des programmes et des actions de DPC qui peuvent les concerner.

En 2023, les auxiliaires de puériculture peuvent faire le choix parmi 308 actions de DPC, dont 13 leur sont dédiées spécifiquement.

Dispensées par des associations, des organismes privés de formation professionnelle continue, des universités ou encore des établissements de santé publics, ces actions de DPC existent sous différents formats :

Le financement d’une formation de DPC d'auxiliaire de puériculture 

En 2022, le prix moyen d’une action de DPC pour auxiliaire de puériculture est d’environ 1 000 €.

À ces frais pédagogiques, peuvent s’ajouter des frais de déplacement, de restauration et de logement, mais également le manque de revenus durant la formation.

Bien que soumis à l’obligation de DPC comme les autres professionnels de santé, les auxiliaires de puériculture ne peuvent, à ce jour, pas prétendre à l’aide au financement accordée par l’Agence nationale du DPC sous la forme de forfait de DPC.

L’auxiliaire de puériculture doit faire appel à d’autres moyens pour financer sa formation continue comme, par exemple, le compte personnel de formation (CPF) pour les salariés ou le fonds interprofessionnel de formation des professionnels libéraux (FIFPL).

Liens utiles

Recevez nos articles, dossiers et fiches pratiques !