Formation infirmier : offre, programme et forfait DPC (2022)

Au plus près des patients, l’infirmier joue un rôle essentiel dans la chaîne de soins et ses responsabilités sont toujours plus importantes.

Vous êtes infirmier et souhaitez continuer à vous former pour répondre aux exigences de votre profession ? Vous êtes à la recherche de renseignements sur la formation continue et les actions de DPC infirmiers ? Existe-t-il des aides financières, pouvez-vous bénéficier des forfaits de DPC ? 

Nous avons fait le tour de la question pour vous.

Quelles formations suivre lorsqu’on est infirmier ?

Chaque infirmier a la possibilité de compléter sa formation initiale par des formations complémentaires. Le but ? Se spécialiser, renforcer ses compétences et/ou remplir ses obligations légales de développement professionnel continu.

formation infirmière dpc

La formation continue de l’infirmier

Après 1 ou 2 années de pratique, les infirmiers ont la possibilité de se spécialiser dans l’une des 3 branches officielles de leur profession. Ils doivent pour cela obtenir l’un des diplômes d’État (DE) suivants :

  • IADE, pour devenir infirmier anesthésiste ;
  • IBODE, pour devenir infirmier de bloc opératoire ;
  • IPDE, pour devenir infirmier en puériculture.

Pour plus de renseignements sur ces différents DE, consultez la rubrique « Faire évoluer sa carrière d’infirmier » de notre fiche métier.

Depuis 2018, une nouvelle spécialité s’est ouverte pour les infirmiers. Dorénavant, avec l’obtention du diplôme d’État d’IPA, ils peuvent devenir infirmiers en pratique avancée, une fonction qui leur confère une plus grande autonomie.

Le métier d’infirmier impose beaucoup de responsabilités et nécessite de solides compétences. Les infirmiers peuvent suivre des formations complémentaires pour mettre à jour leurs connaissances et/ou les adapter à l’évolution des exigences de la profession.

La formation continue permet aux infirmiers d’acquérir des compétences spécifiques en fonction du lieu dans lequel ils exercent (hôpital, EHPAD, milieu scolaire…) ou des publics rencontrés. Il existe ainsi des formations complémentaires certifiantes, comme le certificat de stomathérapeute, mais également de nombreux diplômes universitaires et interuniversitaires (DU et DIU) :

  • DIU Prise en charge de la douleur
  • DU Circulation extracorporelle
  • DU Prise en charge des urgences vitales en soins infirmiers
  • DU Santé, solidarité, précarité
  • DU Hygiène hospitalière
  • DIU Santé au travail
  • DIU tabacologie et addiction
  • DIU Soins palliatifs

L’infirmier peut aussi évoluer dans sa profession en passant à un échelon supérieur pour devenir par exemple cadre de santé, cadre supérieur de santé, directeur et coordinateur des soins ou directeur d’un institut de formation en soins infirmiers.

Le développement professionnel continu de l’infirmier

Le développement professionnel continu (DPC) est un dispositif de formation continue qui concerne tous les professionnels de santé.

Les orientations pluriannuelles prioritaires de DPC pour les infirmières

Le DPC est une obligation de formation devenue triennale depuis la loi n°2016-41 de modernisation de notre système de santé. Tout infirmier doit ainsi suivre au moins 2 actions de DPC sur 3 ans. Ces actions doivent être proposées par un organisme formateur agréé et être conformes à une orientation nationale de DPC.

Pour la période 2020-2022, 17 orientations de DPC pour les infirmiers ont été fixées par l’État :

  • 1 orientations générales destinées à l’ensemble des infirmiers (n°185 à 195) ;
  • 6 orientations spécifiques pour chaque spécialité de la profession (n°196 et 197 pour les infirmiers anesthésistes, n°198 pour les infirmiers de bloc opératoire, n°199 à 201 pour les infirmiers puériculteurs).

Orientation prioritaire n°185 – Gestion de la violence et de l’agressivité des patients et de leur entourage

Les faits de violences et d’incivilités à l’encontre des infirmières sont en constante augmentation depuis plusieurs années. Ils génèrent stress chronique, dégradation de l’ambiance de travail et absentéisme chez les professionnelles de santé, mais sont également préjudiciables à la qualité des soins prodigués. Fiche de cadrage (2 pages)

Pour prévenir les violences, il est essentiel de mieux comprendre les différents mécanismes de celles-ci et d’être formé à des techniques spécifiques de communication non violente.

Objectifs de la formation :

  • Améliorer la qualité des soins par le maintien d’une bonne relation soignant-soigné
  • Être capable de prévenir, apaiser, gérer les situations conflictuelles et de violences.

Éléments de programme :

  • Les mécanismes du stress
  • La gestion de la violence et de l’agressivité des patients et de leur entourage
  • Incivilités et violences : définitions, mécanismes, facteurs de risques
  • Renforcer l’aisance relationnelle et améliorer la communication soignante
  • Les techniques de communication adaptées
  • La conduite à tenir en cas d’agression et gestion du stress engendré 
  • Les bonnes pratiques comportementales pour prévenir et lutter contre les violences et les incivilités.

Orientation prioritaire n°186 - Évaluation des besoins en soins du patient par l’infirmier et pertinence du plan de soins

Le but du Développement professionnel continu s’inscrit dans le cadre de la demande croissante de soins à domicile. L’idée est de permettre à l’infirmier - maillon essentiel du maintien à domicile - de s’approprier les bonnes pratiques d’évaluation des besoins des patients, pour être en mesure de leur proposer un plan de soins personnalisé et adapté. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  •  Améliorer l’évaluation des besoins du patient par l’infirmier
  • Sécuriser les prises en charge en prenant en compte les différents risques
  •  Amélioration de l’efficience des soins.

Éléments de programme :

  • Rappels sur le raisonnement clinique infirmier
  • Le bilan de soins infirmiers (BSI)
  • Élaboration d’un BSI conforme aux exigences professionnelles et conventionnelles
  • Élaboration de plans de soins pertinents
  • Évaluation des pratiques.

Orientation prioritaire n°187 - Soins infirmiers et surveillance des patients souffrant de pathologies cardiaques

Insuffisance cardiaque, maladie coronarienne et infarctus, hypertension artérielle, troubles du rythme, risque thrombo-embolique… Les pathologies cardiovasculaires sont nombreuses et variées. En France, elles sont également à l’origine de la mort de 400 personnes par jour et génèrent 20 milliards d’euros de dépenses annuelles. Fiche de cadrage (3 pages)

L’objectif est pour l’infirmier de développer des compétences spécifiques aux maladies cardiovasculaires pour faire face aux défis de santé publique qu’elles représentent.

Objectifs de la formation :

  • Actualiser et renforcer les connaissances des pathologies cardiaques et de leur surveillance
  • Améliorer la prise en charge des patients souffrant de maladies cardiaques
  •  Accompagner le patient dans son parcours de soins et participer à son éducation thérapeutique.

Éléments de programme :

  • Les maladies cardiovasculaires : physiopathologie, facteurs de risque, traitements (pharmacologiques et non pharmacologiques) et leurs surveillances
  • Éducation thérapeutique et prévention
  • La prise en charge des épisodes de décompensation
  • Organisation du suivi des patients à domicile et coordination pluridisciplinaire de la prise en charge
  • Les bonnes pratiques infirmières en matière de soins.

Orientation prioritaire n°188 - Soins infirmiers et surveillances des patients sous perfusion

Picc-line, mid-line, voie sous cutanée, voie intrarectale, voie intra péritonéale, voie périnerveuse, chambre à cathéter… L’infirmier doit savoir utiliser et manipuler ces abords veineux dans le respect des bonnes pratiques. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer l’efficience des soins infirmiers pour prévenir les infections associées
  • Améliorer la gestion des complications afin d’en limiter l’impact.

Éléments de programme :

  • Les modalités de pose et d’entretien et les indications des différentes voies
  • La législation et les recommandations en vigueur
  • Manipulation des différentes voies et prévention des infections associées (hygiène, asepsie, complications…)
  • Surveillance du patient sous perfusion.

Orientation prioritaire n°189 – Soins infirmiers dans la prise en charge des plaies

Les plaies représentent une problématique de soins quotidienne pour les infirmiers intervenant en établissements ou au domicile des patients. Or, les dispositifs médicaux et les recommandations de bonnes pratiques évoluent constamment.

Il est donc nécessaire d’actualiser et de renforcer les compétences des infirmiers dans ce domaine, pour garantir la qualité des soins mais aussi l’efficience du système de santé. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer l’évaluation initiale de la situation du patient en prenant en compte tous les éléments concourant à la cicatrisation (état nutritionnel, niveau de douleur…)
  • Améliorer le processus de soins pour optimiser la cicatrisation
  • Garantir la sécurité des soins par la pertinence du choix des dispositifs médicaux
  • Réaliser le suivi quotidien en passant par l’identification et la surveillance d’éventuelles complications.

Éléments de programme :

  • Anatomie de la peau et différents types de plaies
  • Processus cicatriciel : mécanismes, complications…
  • Adapter la classe de pansement au type, à l’étiologie et au stade de la plaie ;
  • Prévention, surveillance et éducation thérapeutique
  • Le suivi du patient (coordination et traçabilité)
  • Les bonnes pratiques de soins locaux
  • Cadre légal et réglementaire.

Orientation prioritaire n°190 - Soins infirmiers et surveillance des patients en période post opératoire immédiate, notamment lors des sorties précoces

Les sorties d’hospitalisation après chirurgie sont de plus en plus précoces et des dispositifs spécifiques se développent : chirurgie ambulatoire, RAAC, etc. La stratégie nationale de Santé Publique 2018-2022 soutient cette nouvelle organisation du système de santé et indique la nécessité de « poursuivre le virage ambulatoire et développer les alternatives à l’hospitalisation conventionnelle ».

La récupération améliorée après chirurgie (RAAC) est une approche globale du patient favorisant le rétablissement précoce de ses capacités après la chirurgie. La RAAC implique des changements conséquents dans les process pré, per et postopératoires et fait l’objet d’une orientation de DPC en 2022 (orientation n°196). Fiche de cadrage (2 pages)

Les infirmiers et infirmières à domicile vont ainsi devoir faire face à un afflux de patients en période post opératoire immédiate impliquant un renforcement de connaissances et de compétences sur des point précis.

Objectifs de la formation :

  • Améliorer l’efficience du parcours de soins du patient avec des soins et surveillances adaptés
  • Sécuriser la période postopératoire immédiate par une surveillance des risques spécifiques

Éléments de programme :

  • La chirurgie ambulatoire et la RAAC
  • Les risques post opératoires immédiats liés à l’anesthésie et à la chirurgie
  • Les soins et surveillances infirmières
  • Gestion de la douleur
  • Les spécificités des personnes âgées et des enfants
  • Coordination et traçabilité
  • Les bonnes pratiques en matière de soins et de surveillances des patients en période post opératoire immédiate

Orientation prioritaire n°191 - Soins infirmiers et surveillance des patients porteurs de stomies

Urinaires ou digestives, temporaires ou définitives, les stomies sont des dispositifs très utilisés en France (plus de 100 000 personnes sont stomisées). Les pathologies pouvant conduire à la création d’une stomie sont variées : cancers colorectaux ou de la vessie, maladie de Crohn, diverticulite, traumatismes, etc. Les patients stomisés rencontrent des difficultés d’ordre physique et psychologique et les répercussions sur la vie sociale, professionnelle, familiale et le couple sont fréquentes.

Confrontée à ces problématiques, le rôle de l’infirmière est majeur. Pour disposer de toutes les solutions adéquates et éviter les complications, elle doit maîtriser l’ensemble des soins locaux et appréhender le patient dans une démarche globale et pluriprofessionnelle. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Acquérir les compétences nécessaires pour une éducation thérapeutique du patient efficiente pour lui permettre de retrouver une autonomie complète ou partielle
  • Améliorer l’efficacité des soins locaux pour prévenir les complications, notamment cutanées
  •  Améliorer ses pratiques en prenant en compte le patient dans sa globalité

Éléments de programme :

  • Bases physiopathologiques des appareils digestifs et urinaires
  • Les stomies (types, caractéristiques, soins et surveillances
  • Les actions éducatives du patient et de son entourage
  • Les différents appareillages de stomies
  • Effectuer un soin selon les bonnes pratiques
  • Les complications des stomies et les conduites à adopter
  • Coordination et traçabilité de la prise en charge d’un patient stomisé

Orientation prioritaire n°192 - Promotion et développement d’une culture de santé sur les lieux de travail

Les enjeux de santé, notamment dans le cadre professionnel, sont de plus en plus intégrés dans les axes prioritaires de développement des entreprises et autres collectifs de travail. Le législateur, de par ses réformes successives, souhaite renforcer la prévention, notamment la prévention primaire dans les milieux de travail. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Sensibiliser les entreprises et les salariés dans la valorisation de la santé au travail
  • Initier et mettre en place des actions de promotion de la santé au travail pertinentes et adaptées aux populations et à leurs besoins de santé
  • S’appuyer sur les moyens existants de prévention réglementaire

Éléments de programme :

  • Le monde du travail (évolution, nouvelles modalités organisationnelles…)
  • Repérer les impacts sur la santé
  • La réglementation spécifique en matière de prévention dans tous les milieux de travail (secteurs privés et publics)
  •  Les techniques de communication
  •  Les soins relationnels
  •  Sensibilisation et éducation à la santé
  • Changer de comportements face aux risques professionnels

Orientation prioritaire n°193 - Prévention, dépistage et surveillance des pathologies professionnelles en développant la démarche clinique infirmière en santé au travail

Les infirmiers de santé au travail réalisent des visites d’information et de prévention en santé travail, mais reçoivent aussi les salariés en visites à la demande.

L’Article 3 du décret 2002- 194 du 11 février 2002 du code de la santé publique précise à partir du décret de compétence « dans le cadre de son rôle propre, (...) l'infirmière identifie les besoins de la personne, pose un diagnostic infirmier, formule des objectifs de soins, met en œuvre les actions appropriées et les évalue..."Cette démarche développée dans les milieux de soins curatifs doit aussi s’appliquer dans les domaines préventifs. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Renforcer les compétences initiales pour élaborer une démarche clinique infirmière en santé au travail (connaissance des pathologies professionnelles et des liens travail-santé, notamment TMS et RPS)
  • Renforcer les compétences épidémiologiques pour avoir un rôle d’alerte et de veille sanitaire, à transmettre au médecin du travail
  • Être capable de donner des conseils de prévention adaptés, individuels et collectifs
  • Être capable de repérer les expositions professionnelles délétères réelles ou potentielles

Éléments de programme :

  • Retour et maintien dans l’emploi (bilan de la situation, évaluation des besoins, diagnostics, mise en place du programme de soins, évaluation…)
  • Évaluation de la pertinence et de l’efficacité des actions mises en place
  • Rédaction et traçabilité des soins infirmiers en santé au travail
  • Réalisation d’études cliniques du travail
  • Les pathologies chroniques et leur impact sur le travail

Orientation prioritaire n°194 - Identification des risques professionnels susceptibles de provoquer des atteintes à la santé

L’identification des risques encourus par les salariés, la préconisation d’améliorations et la mise en œuvre d’actions de sensibilisation, font partie des missions dévolues aux infirmiers de santé au travail. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Renforcer les connaissances sur l’ergonomie, l’organisation du travail et les risques professionnels (dont les risques psycho-sociaux)
  • Renforcer les connaissances et les compétences sur le maintien dans l’emploi (
  • Renforcer les connaissances en aménagement de poste
  •  Être en capacité de proposer des actions collectives de promotion de la santé au travail

Éléments de programme :

  • Repérer et évaluer les situations professionnelles à risque pour la santé
  • L’éducation à la santé
  • Ergonomie, organisation du travail, psychologie du travail
  • Connaissances en pédagogie

Orientation prioritaire n°195 - Consultation infirmière en milieu scolaire

Les infirmières de l’Éducation nationale réalisent l’accueil, l’écoute, l’accompagnement et le suivi individualisé des élèves et des étudiants. À la demande de l’élève, d’un membre de l’équipe éducative ou initiées par elles-mêmes, elles sont amenées à intervenir dans différents domaines : éducation à la sexualité, contraception, conduites à risques, éducation nutritionnelle, sommeil, conditions et hygiène de vie, relation d’aide, troubles du comportement, signes de souffrance psychique, suivi de l’état de santé, etc.

En fonction des questions de l’élève et des besoins identifiés, elles apportent des conseils adaptés et préconisent si nécessaire des orientations vers des consultations ou des structures de santé nécessaires. Le DPC doit permettre d’acquérir ou d’actualiser les compétences spécifiques à l’exercice dans l’Éducation nationale. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Accroître le niveau de compétences des infirmiers de l’Éducation nationale
  • Contribuer à la prévention et la promotion de la santé des élèves et des étudiants
  • Formaliser les savoir-faire et savoir-être pour améliorer la prévention au sein des établissements scolaires et de l’enseignement supérieur.

Éléments de programme :

  •  Le développement physique, physiologique et psychologique de l’adolescent
  • Les conceptions des adolescents et leurs pratiques sociales de référence

Orientation prioritaire n°196 - Réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC)

Satisfaction des patients, réduction de 50 % des complications post-opératoires... l’intérêt de la réhabilitation améliorée après chirurgie n’est plus à démontrer. Or l’infirmier anesthésiste intervient tout au long du parcours de soins du patient opéré, en pré, per et post opératoire.

Le décret n°2017-316 du 10 mars 2017 relatif aux actes infirmiers élargit le champ des compétences des IADE vers une approche multidisciplinaire pour optimiser le parcours péri-opératoire du patient. Fiche de cadrage (3 pages)

Objectifs de la formation :

  •  Favoriser et diffuser les pratiques de prise en charge globale du patient pour favoriser son rétablissement précoce après chirurgie
  • Favoriser l’exercice et la coordination pluriprofessionnelle

Éléments de programme :

  • Information et éducation des patients
  • Principes généraux de la réhabilitation précoce
  • Optimisation de la prise en charge anesthésique
  • Prévention de l’hypothermie peropératoire
  • Gestion multimodale de la douleur post-opératoire (réduction des seuils de douleur, épargne morphinique…)
  • Conséquences physiopathologiques de l’acte chirurgical et techniques opératoires mini-invasives
  • Prévention des nausées et vomissements post opératoires
  • Mobilisation précoce des patients.

Orientation prioritaire n°197 - Gestion des abords vasculaires

La difficulté à assurer un abord vasculaire fiable et adapté est un facteur de retard de prise en charge et de perte de chance dans le traitement des patients. Les dispositifs médicaux d’abord vasculaires sont des sources reconnues de bactériémies nosocomiales. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Optimiser la connaissance des abords vasculaires pour faire évoluer les pratiques professionnelles vers une compétence « expert »
  • Garantir une prise en charge du patient sécurisée et adaptée
  • Harmoniser les pratiques en tenant compte des critères de qualité des soins (améliorer le taux de réussite, préserver le réseau vasculaire des patients, diminuer la douleur induite par les soins…)

Éléments de programme :

 Anatomie vasculaire

  • Les différents types d’accès vasculaires et leurs indications
  • Les bonnes pratiques d’insertion (hygiène, techniques d’insertion, aides à la pose…)
  • Les complications associées aux différents cathéters
  • Bonnes pratiques en termes de suivi des cathéters et des lignes de perfusion
  • Les spécificités des patients pédiatriques
  • Dispositifs intravasculaires sous échoguidage
  • Organisation et fonctionnement des unités d’abord vasculaire.

Orientation prioritaire n°198 - Qualité et sécurité des actes exclusifs au bloc opératoire

Avec le décret N°2015-74 du 27 janvier 2015 relatif aux actes infirmiers relevant de la compétence exclusive des infirmiers de bloc opératoire, les IBODE sont amenés à pratiquer de nouveaux actes. Pour la sécurité des patients, l’évaluation de ces nouvelles pratiques, en termes de qualité et gestion des risques, est une priorité. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer la qualité des pratiques des Infirmiers en bloc opératoire dans la réalisation de leurs actes exclusifs.

Éléments de programme :

  • Les complications liées aux installations en posture chirurgicale et leur prévention
  • Évaluation de l’état clinique des personnes opérées
  • Les pratiques de sutures sous cutanées et cutanées et de fixation des drains sus aponévrotiques
  • Identification à postériori des incidents, des évènements indésirables et identification d’actions correctives
  • Les pratiques d’aspiration, d’aide à l’exposition et hémostase : prévention, gestion des complications possibles…
  • Les risques liés à la suture d’organes et de vaisseaux
  • La pose de dispositifs médicaux, l’aide à la réduction de fractures et l’injection d’un produit à visée thérapeutique

Orientation prioritaire n°199 - Allaitement maternel

La promotion de l’allaitement maternel est d'actualité car sa pratique diminue de manière significative en France. Les infirmières puéricultrices ont donc un rôle important à jouer dans le soutien et l'accompagnement des jeunes mères qui souhaitent allaiter. Ce développement professionnel continu leur permettra de renforcer leurs connaissances pour la mise en place d'un allaitement durable au-delà des premières semaines. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Augmenter la pratique de l’allaitement maternel en France
  • Développer une pratique professionnelle efficiente autour de l’allaitement maternel pour accompagner au mieux les jeunes mères

Éléments de programme :

  • Textes nationaux et label IHAB (Initiative hôpital ami des bébés)
  • Anatomie du sein et physiologie de la lactation
  • Composition et conservation du lait maternel
  • Rythmes du bébé
  • Allaitement spécifique des nouveau-nés hospitalisés, des prématurés
  • Physiologie de la mère allaitante
  • Aides à l’allaitement et difficultés d’allaitement

Orientation prioritaire n°200 - Accompagnement à la parentalité notamment chez les populations en situation de vulnérabilité

L’accompagnement à la parentalité fait partie intégrante de l’activité des infirmières puéricultrices, aussi bien en milieu hospitalier qu’en PMI, EAJE ou libéral. Avec l’évolution de la société et l’apparition de nouveaux modèles de parentalité, les situations familiales se complexifient.

Un accompagnement de qualité par des professionnels formés permet de prévenir les situations à risque, et représente aujourd’hui un véritable enjeu de santé publique. Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Comprendre les enjeux politiques, juridiques, sociaux, psychiques impliqués dans l’accompagnement à la parentalité pour intervenir de façon pertinente auprès des parents
  • Évaluer une situation familiale et repérer les problèmes actuels et les situations à risque
  • Mettre en œuvre un projet d’accompagnement à la parentalité, une prévention et une prise en charge adaptés

Éléments de programme :

  •  Les besoins fondamentaux de l’enfant
  • Les processus en jeu dans le devenir parents et dans certaines situations de vulnérabilité (séparation, conflits conjugaux, parents en difficultés sociales ou psychiques, situation de handicap, addiction…)
  • Le développement psychomoteur de l’enfant et les signes d’alerte pouvant évoquer la maltraitance (symptômes, signes physiques, comportements de l’enfant)
  • Restaurer et favoriser les liens parents/enfants
  • L’action et l’aide sociale en faveur de l’enfance, réglementation.

Orientation prioritaire n°201 - Accompagnement, gestion et agrément des modes d’accueil du jeune enfant, individuels ou collectifs

Compte tenu de sa formation, de sa capacité à travailler en équipe et en réseaux médicaux, éducatifs et sociaux, l’infirmière puéricultrice peut intervenir à deux niveaux de missions :

  • Direction des établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE) ;
  • Évaluation, suivi et contrôle des modes d’accueil individuels et collectifs.

 Fiche de cadrage (2 pages)

Objectifs de la formation :

  • Connaître et faire respecter les normes d’encadrement
  • Assurer le respect des règles d’hygiène et de sécurité de l’établissement
  • Assurer l’épanouissement des enfants, veiller sur leur santé et leur confort
  • Établir des protocoles en collaboration avec les médecins de crèche
  • Dépister les troubles du développement de l’enfant
  • Encadrer les pratiques professionnelles du personnel
  • Contrôler les établissements d'accueil de la petite enfance (agrément, suivi et la formation des assistantes maternelles).

Éléments de programme :

  • Réglementation en vigueur des modes d’accueil : nombre de places, locaux, qualifications requises selon les postes …
  • Les modalités de suivi et de contrôle des établissements et service d’accueil (assistantes maternelles, MAM, crèches…)
  • La posture professionnelle de l’IPDE dans le rôle d’encadrement du personnel accueillant les enfants

Les formations DPC pour les infirmières

En 2022, plus de 2 000 actions de DPC pour les infirmiers sont répertoriées :

  • 50 dédiées aux infirmières anesthésistes 
  • 63 pour les infirmières puéricultrices
  •  39 pour les infirmières de bloc opératoire

La liste officielle de l’ensemble de ces formations agréées par le DPC est disponible sur le site de l’ANDPC.

Comment financer une formation de DPC pour infirmier ?

Le prix d’une action de développement professionnel continu est très variable en fonction de l’organisme formateur choisi. En 2022, les infirmiers devront débourser en moyenne de 200 à 800 €.

Les infirmiers sont éligibles à la prise en charge de leur participation à au moins un programme de DPC. Cette contribution financière se fait dans la limite du forfait en vigueur. En 2022, les montants et les modalités d’attribution des forfaits DPC infirmiers sont les suivants :

  • Le plafond annuel d’heures prises en charge est de 14 h par infirmier.
  • Les actions de DPC d’une durée inférieure à 3 h ne sont pas prises en charge.
  • L’aide financière comprend le paiement de l’organisme formateur agréé et une indemnisation de l’infirmier pour perte de ressources.
  • Le forfait DPC infirmier 2022 s’applique pour toute action de DPC commençant à partir du 1er janvier 2022 et se terminant en 2022.
  • Les tarifs de prise en charge des actions de DPC varient en fonction du format de suivi et de la durée de la formation.

Pour plus de précisions, consultez la fiche forfait de DPC des infirmier(e)s.

Lorsque la formation souhaitée ne peut pas être financée par l’ANDPC (nombre d’heures déjà utilisé sur l’année, plafond du forfait atteint…), d’autres moyens existent :

Lorsqu’une action de DPC doit être financée par ses propres moyens, il est possible de réduire les frais avec :

  • Le crédit d’impôt qui permet de déduire jusqu’à 40 h de formation par an, au taux horaire de 10,57 € (taux horaire net du SMIC en vigueur au 1er janvier 2022).
  • Les frais annexes liés aux repas, à l’hébergement et au transport peuvent être déduits comme des frais professionnels sur votre déclaration d’impôts. Cette déduction est cumulable avec le crédit d'impôts.

Recevez nos meilleurs guides et fiches pratiques !