Formation kinésithérapeute masseur : aide forfait DPC (2022)

Découvrez toutes les informations sur le développement professionnel continu des kinésithérapeutes. 

  • Vous êtes masseur-kinésithérapeute et souhaitez continuer à vous former ? 
  • Quelles sont les formations continues disponibles ? Existent-ils des aides financières ? 
  • Qu’est-ce que les forfaits DPC masseurs-kinésithérapeutes ?
dpc formation masseur kinésithérapeute

Quelles formations suivre lorsqu’on est kinésithérapeute ?

Depuis la mise en place du développement professionnel continu en 2013, la formation continue est une obligation pour tous les professionnels de santé.

Aujourd’hui, elle est aussi devenue une nécessité pour faire face à l’évolution constante des connaissances scientifiques.

La formation continue pour les masseurs-kinésithérapeutes

L’offre de formations pour les masseurs-kinésithérapeutes est riche et variée.

Elle comprend des formations plus ou moins longues (quelques heures à plusieurs mois), diplômantes ou non (DU, DIU, masters, attestations ou certificats d’études supérieures) et qui peuvent se suivre en présentiel, par correspondance ou en e-learning.

Ces formations complémentaires permettent au masseur-kinésithérapeute de :

  • actualiser les connaissances dans tous les aspects de la profession : diagnostic/évaluation des faiblesses, prise en charge kinésithérapique, éducation thérapeutique…
  • répondre aux besoins (en constante évolution) des patients
  • élargir le champ des compétences vers d’autres disciplines (hypnose médicale, sexologie, posturologie…)
  • se spécialiser dans un domaine particulier (sport, gériatrie, pédiatrie…)
  • évoluer dans sa carrière professionnelle (cadre de santé…).

Les masseurs-kinésithérapeutes titulaires d’un diplôme complémentaire au diplôme d’État, peuvent en faire mention sur leur plaque professionnelle, à condition qu’il soit reconnu par le Conseil national de leur ordre.

La liste des diplômes examinés et reconnus par le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes est consultable ici.

Le développement professionnel continu du masseur-kinésithérapeute

Le développement professionnel continu (DPC) est un dispositif de formation continue réglementé auquel tous les kinésithérapeutes, quels que soient leur mode d’exercice, doivent se soumettre.

Les orientations pluriannuelles prioritaires de DPC pour les kinésithérapeutes

Le DPC oblige les masseurs-kinésithérapeutes à continuer à se former tout au long de leur vie professionnelle.

Chaque masseur-kinésithérapeute doit ainsi participer tous les ans à une action de DPC proposée par un organisme formateur agréé. Les actions de DPC doivent être conformes aux orientations prioritaires de santé publique définies de manière triennale par profession et/ou spécialité.

Pour la période 2020-2022, l’État a fixé 9 orientations prioritaires de DPC pour les masseurs-kinésithérapeutes.

Orientation prioritaire n°207 – Prévention et prise en charge des pathologies neuro-muscolosquelettiques

Les pathologies neuro-musculosquelettiques sont en augmentation constante compte tenu de la sédentarité et du vieillissement de la population. Leur prise en charge représente plus de 50 % de l’activité d’un masseur-kinésithérapeute.

Outre le fait qu’ils constituent un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail, les troubles neuro-musculosquelettiques ont des conséquences individuelles lourdes en termes de souffrance et de perte d’autonomie. Fiche de cadrage 

Objectifs de la formation :

  •  Appréhender l’origine et le processus de mise en place des pathologies neuro-muscolosquelettiques 
  • Modifier les pratiques en privilégiant une approche EBP/EBM qui recentre la prise en charge sur le patient et son histoire de la maladie
  • Valoriser la mise en place d’une prise en charge rééducative en accord avec le patient et ses objectifs
  • Adapter les soins en privilégiant l’autonomisation fonctionnelle

Éléments de programme :

  •  Les syndromes douloureux (ostéo-articulaires, neuro-musculaires, musculo-tendineux, ménisco-ligamentaires, disco-radiculaires)
  • Les traumatismes (articulaires, tendineux, ligamentaires, osseux)

Orientation prioritaire n°208 – Prise en charge masso-kinésithérapique des troubles de la sphère abdomino-pelvienne

Troubles de la statique pelvienne, du bas appareil urinaire, troubles ano-rectaux, troubles sexuels et troubles de la statique thoraco-lombo-pelvienne. Le kinésithérapeute est le professionnel de santé de référence pour agir sur le plan fonctionnel de ces pathologies, améliorer la qualité de vie des patients en évitant la solution chirurgicale. Fiche de cadrage

Objectifs de la formation :

  • Reconnaître les symptômes et diagnostiquer les différents types de troubles de la sphère abdomino-pelvienne ;
  • Acquérir les compétences pour la réalisation d’un bilan diagnostic kinésithérapique des troubles de la sphère abdomino-pelvienne ;
  • Acquérir les compétences pour la réalisation des techniques de rééducation des dysfonctions de la sphère abdomino-pelvienne ;

 

Éléments de programme :

  • Région thoraco-lombo-pelvienne : anatomie, neurophysiologie, biomécanique ;
  • Physiopathologie et signes cliniques des troubles musculosquelettiques associés aux troubles urologiques et gynécologiques ;
  • Connaissance de base des examens d’imagerie, des traitements pharmacologiques et des interventions médicales et chirurgicales ;
  • Connaissances éthiques des sciences du comportement (reconnaître les tensions émotionnelles/sexuelles potentielles entre thérapeutes et patients compte tenu de l’intimité et la sensibilité physique et émotionnelle de la région abdominale/pelvienne).

Orientation prioritaire n°209 – Rééducation et réadaptation des affections respiratoires et ventilatoires

Les kinésithérapeutes sont très sollicités pour les prises en charge des affections respiratoires aiguës du nourrisson ou de l’adulte, mais également des affections chroniques (mucoviscidose, BPCO).

Pour prendre en charge le patient atteint d’une affection respiratoire, le masseur-kinésithérapeute doit maîtriser les enjeux de la maladie sur la qualité de vie du patient, être capable d’établir un diagnostic différentiel et pouvoir mettre en place un programme de rééducation et réadaptation dans le cadre d’une approche interdisciplinaire. Fiche de cadrage 

Objectifs de la formation :

  • Actualiser les connaissances théoriques sur la pathologie respiratoire et sur sa prise en charge kinésithérapique ;
  • Améliorer les capacités des kinésithérapeutes à prendre des décisions thérapeutiques ;
  • Mettre en place un suivi de ses actions et réadapter les soins selon l’évolution.

Éléments de programme :

  • La pathologie respiratoire (anatomie et physiopathologie) ;
  • Formaliser un bilan-diagnostic : reconnaître les signes cliniques de détresse respiratoire, évaluer la gravité de l’état de santé du patient, utiliser les outils de diagnostic et d’évaluation, établir un pronostic à court et moyen terme ;
  • Définir un programme de prise en charge en cohérence avec le projet du patient et son état de santé : techniques de désencombrement manuelles (passives ou actives) et instrumentales, techniques de rééducation respiratoire et de réentrainement, éducation du patient et de son entourage, gestion de l’urgence ;
  • Savoir évaluer la balance bénéfice risque de chaque technique mise en œuvre ;
  • Connaître les mesures d’hygiène pour la pratique de la kinésithérapie respiratoire.

Orientation prioritaire n°210 - Rééducation et réadaptation des affections cardiaques

En France, les maladies cardio-vasculaires représentent un enjeu de santé publique avec plus de 80 000 infarctus du myocarde et plus de 150 000 AVC chaque année. La prise en charge de ces pathologiques repose en partie sur la prévention primaire et la prévention des récidives, en particulier par le sport.

Le kinésithérapeute est au centre de cette démarche et doit connaître les modalités de prévention ainsi que la maîtrise, par une activité physique adaptée, des facteurs de risques cardiovasculaires. La méconnaissance des données actualisées dans cette prise en charge constituant une réelle perte de chance pour les patients. Fiche de cadrage (3 pages)

Objectifs de la formation :

  • Connaître les modalités de prévention et la maîtrise, par l’activité physique adaptée, des facteurs de risques cardiovasculaires (hypertension artérielle, surpoids et obésité, diabète…).
  • Faire le point sur ses connaissances théoriques et ses pratiques professionnelles sur la prise en charge kinésithérapique des affections cardiovasculaires ;
  • Acquérir les compétences nécessaires pour la prise en charge des patients cardiaques (phase pré-opératoire, pré-habilitation, désencombrement bronchique, rééducation post-opératoire et réentrainement à l’effort dans le cadre du maintien des acquis…).

Éléments de programme :

  • Physiopathologie des affections cardiaques ;
  • Facteurs de risque cardiovasculaires (hypertension artérielle, surpoids et obésité, diabète…) : particularités diagnostiques et thérapeutiques ;
  • Formaliser un bilan-diagnostic : reconnaître les signes cliniques de décompensation cardiaque, évaluer les conséquences de l’affection cardiaque, utiliser les outils de diagnostic et d’évaluation ;
  • Établir un programme personnalisé d’activité physique adaptée, aussi bien dans un contexte de prévention que dans celui de la réadaptation post-accident cardio-vasculaire ;
  • Établir un programme de pré-habilitation ou de préparation à la chirurgie ;
  • Évaluer la balance bénéfice risque de chaque technique mise en œuvre ;
  • Donner au patient les clés pour éviter la récidive.

Orientation prioritaire n°211 – Prise en charge masso-kinésithérapique pédiatrique

La demande et les besoins de soins pour accompagner les nourrissons, les enfants et les adolescents dans de nombreux dysfonctionnements organiques, sont de plus en plus importants.

Or, le nombre d’heures consacrées à la pédiatrie est faible dans les études de masso-kinésithérapie. Fiche de cadrage 

Objectifs de la formation :

  • Acquérir ou approfondir les connaissances sur les spécificités pédiatriques dans différents domaines que sont la neurologie, la pneumologie, l’orthopédie, l’hématologie ou l’urologie.

Éléments de programme :

Neurologie

  • Bilans et rééducations des infirmes moteurs cérébraux, rééducation à l’oralité, surveillance du développement psychomoteur des grands prématurés.

Orthopéde

  • Rééducation des scolioses idiopathiques, des plexus brachiaux ;
  • Les malpositions et malformations des pieds des nourrissons ;
  • Les torticolis congénitaux, les plagiocéphalies.

Rhumatologie

  • Rééducation des arthrites juvéniles idiopathiques.

Pneumologie 

  • Prise en charge et techniques de kinésithérapie respiratoires pédiatriques dans affections respiratoires aigües des nourrissons (bronchiolite et asthme du nourrisson) ;
  • Prise en charge et techniques de kinésithérapies respiratoires manuelles et instrumentales dans les affections respiratoires chroniques (asthme, mucoviscidose) ;
  • Prise en charge et techniques de kinésithérapie respiratoire instrumentale dans les pathologies de types dystrophies musculaires ;
  • Kinésithérapie respiratoire dans les soins palliatifs dans les pathologies neuromusculaires de type amyotrophie spinale infantile.

Hématologie 

  • Prise en charge rééducative des patients hémophiles.

Urologie 

  •  Prise en charge des énurésies et rééducation sphinctérienne dans le cadre des malformations congénitales de l’appareil urinaire.

Orientation prioritaire n°212 – Évaluation, prévention et traitement des troubles cutanéo-trophiques et des troubles circulatoires superficiels et profonds

La prise en charge masso-kinésithérapique des pathologies de l’appareil vasculaire (lymphœdème…) et des troubles cutanéo-trophiques est efficace. Cependant, les techniques de rééducation enseignées en formation continue sont insuffisantes et nécessitent d’être actualisées. Fiche de cadrage

Objectifs de la formation :

  • Actualiser les techniques de rééducation en matière vasculaire et cutanéo-trophique ;
  •  Mettre à niveau les connaissances pour apporter au patient la rééducation la plus efficiente ;
  • Valoriser l’autonomisation du patient pour entretenir les acquis de la kinésithérapie et éviter les récidives.

Éléments de programme :

  • La cicatrisation et ses pathologies ;
  • La pathologie cicatricielle en cancérologie ;
  • Les manœuvres de mobilisation cicatricielle ;
  • Éducation à l’auto traitement ;
  • Physiologie et physiopathologie du retour veineux ;
  • Prévention des troubles cutanéo-trophiques et des troubles circulatoires superficiels et profonds ;
  • La kinésithérapie comme soin de support du cancer ;
  • Les techniques de drainage manuel, de bandages et de mobilisation/modelage cicatricielle ;
  •  Le lymphœdème.

Orientation prioritaire n°213 – Pertinence des soins en masso-kinésithérapie

Un soin est qualifié de pertinent lorsqu’il est dispensé en adéquation avec les besoins du patient, conformément aux données actuelles de la science, aux recommandations de la haute autorité de santé (HAS) et des sociétés savantes, nationales et internationales. La pertinence des soins est donc une notion évolutive qu’il convient d’actualiser en permanence. Fiche de cadrage 

Objectifs de la formation :

  • Développer les connaissances et les compétences pour garantir que les soins délivrés sont en adéquation avec les connaissances scientifiques et les recommandations des sociétés savantes ;
  • Positionner le masseur-kinésithérapeute au cœur du parcours de soins, en complémentarité avec la pratique médicale.

Éléments de programme :

  •  Les données de la science : comment les lire, évaluer leur niveau de preuve et les intégrer aux pratiques ?
  • Le bilan du patient : comment collecter les symptômes et les signes du patient ?
  •  L’Evidence Based Medicine / Evidence Based Practice (EBM/EBP) ;
  • Construire un raisonnement clinique et mettre en œuvre une action kinésithérapeutique personnalisée ;
  • Les interactions avec les autres professionnels de santé.

Orientation prioritaire n°214 – Prévention et prise en charge des troubles de la posture, de l’équilibre et de la perte d’autonomie chez la personne fragile ou entrant en situation de dépendance

En France, près de 12 000 personnes âgées décèdent chaque année à la suite d’une chute et 40 % des patients hospitalisés après être tombés sont orientés vers un hébergement spécialisé. La prévention des chutes chez les personnes âgées est donc une priorité nationale pour les pouvoirs publics et les organismes sociaux. Fiche de cadrage 

Objectifs de la formation :

  • Améliorer la prise en charge kinésithérapique (en cabinet et à domicile) des patients âgés présentant des facteurs de risques de chute
  • Être capable de proposer aux patients une action d’éducation thérapeutique et de rééducation respectant les recommandations actuelles de la Haute Autorité en Santé et des données de la science
  • Mettre en place des actions préventives en privilégiant les interactions avec l’ensemble des acteurs intervenant auprès des personnes âgées

Éléments de programme :

  • Processus de vieillissement normal et pathologies des systèmes de contrôle de l’équilibre et de la locomotion
  •  Bilan structurel, situationnel et fonctionnel (dont EVS, HDA, TMM, TUG, VM, SPPB, EQUIMOG, etc.)
  • Savoir dépister, évaluer et tracer les modifications de l’état de santé pouvant conduire à une situation de fragilité, de perte d'autonomie, de risque de chute
  • Établir un diagnostic kinésithérapique et proposer des soins spécifiques selon les besoins et les objectifs du patient
  • L’éducation à la prévention des chutes de la personne âgée
  • Mettre en place et animer des ateliers de prévention des chutes

Orientation prioritaire n°215 - Évaluation, prévention et traitement des atteintes neurologiques, neuromusculaires et neurosensorielles d’origine centrale, périphérique et dégénérative

Les affections neurodégénératives (AVC, maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, sclérose en plaques, chorée de Huntington, SLA…) sont des atteintes fréquentes qui ont un impact important sur l’état de santé et les capacités fonctionnelles des personnes.

Ces pathologies bénéficient d’une prise en charge kinésithérapique scientifiquement reconnue. Cependant, l’évolution des pratiques de ces dernières années est majeure et nécessite une révision complète. Fiche de cadrage

Objectifs de la formation :

  • Approfondir les connaissances sur les atteintes neurologiques, neuromusculaires et neurosensorielles ;
  • Faire le point sur les recommandations de bonnes pratiques en matière de rééducation ;
  • Utiliser des outils de bilans pertinents et validés ;
  • Choisir et utiliser des techniques de rééducation ayant fait leurs preuves ;
  • Sensibiliser à l’éducation thérapeutique du patient.

Éléments de programme :

  • Physiopathologie des maladies neurodégénératives : maladie de Parkinson, sclérose en plaque, maladie d’Alzheimer…
  • Les traumatismes crâniens, paralysies cérébrales, atteintes radiculaires, atteintes tronculaires, neuropathies périphériques, myasthénie, paralysies faciales, vertiges positionnelles, syndrome vertigineux ;
  • La neuroplasticité ;
  • Éducation thérapeutique du patient ;
  •  Activité physique adaptée.

Les formations DPC pour les masseurs-kinésithérapeutes

L’Agence nationale du Développement Professionnel Continu (ANDPC) met à la disposition des professionnels de santé, un moteur de recherche réunissant toutes les formations disponibles dispensées par des organismes/structures de formation agréés.

En 2022, l’offre de DPC officielle pour les kinésithérapeutes est importante avec près de 2 000 actions de DPC qui leur sont spécifiquement destinées.

Proposées par des associations, des organismes privés de formation professionnelle continue ou encore des universités, les actions de DPC peuvent prendre différents formats : formation classique en présentiel, formation en e-learning ou format mixte.

Le financement d’une formation de DPC pour les masseurs-kinésithérapeutes

Le coût d’une action de DPC peut être pris en charge sous certaines conditions.

Combien coûte une action de DPC pour masseurs-kinésithérapeutes ?

Suivre une formation professionnelle continue représente un certain coût pour le professionnel de santé.


Outre le prix de la formation en elle-même, des frais supplémentaires de déplacement, de restauration et de logement sont également à prévoir, tout comme l’absence de revenus.


En 2022, le prix des formations de DPC destinées aux masseurs-kinésithérapeutes est compris entre 250 € et 750 €. Ces tarifs varient en fonction des formations (durée, organisme de formation, modalités de suivi).


Les forfaits DPC masseurs-kinésithérapeutes

L’ANDPC contribue à la prise en charge financière du DPC sous la forme de forfaits de DPC. Les budgets alloués sont définis pour 3 ans et comprennent :

  • le paiement de la formation elle-même ;
  • l’indemnisation du professionnel de santé, pour compenser sa perte de revenus.

En 2022, le forfait DPC des masseurs-kinésithérapeutes libéraux ou exerçant en centre de santé conventionné à au moins 50 % de leur activité professionnelle, est de 1 008 €.


Les modalités d’attribution des forfaits DPC kinésithérapeutes sont les suivantes :

  • Le nombre d’heures pris en charge est plafonné à 14 h par an ;
  • Les forfaits s’appliquent à toute action de DPC commençant le 1er janvier 2022 et se terminant en 2022 ;
  •  Les actions DPC d’une durée inférieure à 3 h ne sont pas prises en charge ;
  • Les montants versés dépendent du format de suivi des cours (présentiel, non présentiel ou mixte) et de la durée de l’action de DPC.

Les autres aides financières

En fonction de leur situation personnelle, les professionnels de santé disposent de plusieurs solutions pour financer leur formation professionnelle continue.

Les masseurs-kinésithérapeutes libéraux inscrits à l’URSSAF peuvent ainsi bénéficier d’une prise en charge de leur formation par le FIFPL (Fonds Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux). En 2022, le montant de cette aide est plafonné à 250 € par jour, dans la limite de 750 € par an et par kinésithérapeute. Le détail des sommes allouées et les critères de prise en charge sont consultables ici.

Le compte personnel de formation (CPF) peut être utilisé par les kinésithérapeutes salariés.

Enfin, le crédit d’impôt permet de déduire jusqu’à 40 h de formation par an, au taux horaire de 10,57 €. Les frais annexes liés à la formation (repas, hébergement, transport…) sont quant à eux déductibles en charge sur la déclaration d’impôts.

Liens utiles

  • Ordre des masseurs-kinésithérapeutes : https://www.ordremk.fr/
  • Association dentaire française (ADF) : http://www.aktl.org/

Recevez nos meilleurs guides et fiches pratiques !