Formation DPC Neurochirurgien | Prix & Aide (2023)

Vous êtes neurochirurgien en exercice et vous souhaitez continuer à vous former ? Vous recherchez des informations sur vos obligations de développement professionnel ? Combien coûte une formation continue ? Existent-ils des aides financières ?

Nous faisons le point sur toutes les possibilités de formation, DPC et hors DPC, qui s’offrent au neurochirurgien ainsi que sur leur mode de financement.

Formation chirurgien orthopédiste

Quelles formations suivre lorsqu’on est neurochirurgien ?

La nécessité pour un neurochirurgien de compléter sa formation initiale en continuant à se former tout au long de sa vie professionnelle s’impose, compte-tenu du domaine dans lequel il évolue.

La neurochirurgie est une spécialité à la fois vaste et hyperspécialisée qui demande d’importantes connaissances transversales. Elle s’intéresse au diagnostic et à la prise en charge chirurgicale et non chirurgicale de traumatismes, d’infections et d’anomalies touchant le système nerveux, sa vascularisation et ses structures de soutien.

La pratique de la neurochirurgie s’associe à d’autres disciplines des neurosciences pour les soins prodigués à des patients communs. Les neurochirurgiens peuvent également travailler au sein d’équipes interdisciplinaires en collaboration avec des radiologues d’intervention, des chirurgiens orthopédistes ou des oncologues. Ils participent aussi aux soins des patients qui présentent une urgence neurochirurgicale.

La neurochirurgie est aussi une chirurgie de pointe qui profite depuis plusieurs années de l’essor important des nouvelles technologies.

Enfin, conformément à la loi, les neurochirurgiens sont tenus de s’inscrire tous les 3 ans dans une démarche de formation médicale continue.

La formation continue du neurochirurgien

L’offre de formations professionnelles complémentaires disponibles est importante. Elle permet au neurochirurgien de couvrir tous les champs d’application de sa discipline, de se spécialiser dans un domaine spécifique (neurochirurgie vasculaire, neuro-oncologie, neurochirurgie pédiatrique, neurochirurgie spinale, neurochirurgie de l’épilepsie…) ou bien de choisir de se tourner vers la recherche, l’enseignement ou la médecine humanitaire.

Ces formations sont dispensées par des universités, des facultés de médecine, des CHU, des organismes privés de formation professionnelle ou des entreprises. Certaines peuvent être diplômantes, certifiantes ou qualifiantes.

Des sessions de formations courtes sont également proposées lors de symposia scientifiques d’associations de professionnels ou de sociétés savantes ainsi que des MOOC, des webinaires, des boot camp, etc.

Quelques exemples de formations continues disponibles :

  • DIU Neurochirurgie vasculaire
  • DIU Neuropédiatrie
  • DU Électrophysiologie en Réanimation
  • DIU Neuroradiologie diagnostique et thérapeutique
  • DU Médecine de catastrophe
  • CESU Chirurgie humanitaire
  • DESIU Chirurgie du rachis
  • Master Management des organisations de santé
  • Master recherche
  • Diplôme de Compétence Étendue (DCE) Radiochirurgie et radiothérapie stéréotaxique
  • Des journées nationales d’enseignement organisées par des sociétés savantes : Langue française et Club du Rachis, télécours de neurochirurgie pédiatrique de la SFN, formations GNPCLE, EPEE…

À savoir : Pour répondre à son obligation triennale de DPC, le neurochirurgien peut effectuer, individuellement ou en équipe, à une démarche d’accréditation. L’accréditation concerne en effet les spécialités, dites « à risque », dont il fait partie. Il s’agit d’un programme volontaire d’amélioration de la qualité des pratiques professionnelles pour réduire le nombre des évènements indésirables associés aux soins (EIAS) au bénéfice de la sécurité des patients.

Pour plus de renseignements, consultez les programmes de l’accréditation individuelle et de l’accréditation en équipe.

Le développement professionnel continu du neurochirurgien

Selon l’article R.4127-11 du Code de la santé publique, "tout médecin entretient et perfectionne ses connaissances, dans le respect de son obligation de développement professionnel continu".

Le développement professionnel continu (DPC) a été initié par la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé et Territoires) de 2009. Il a pour objectif de permettre l'actualisation des connaissances et des compétences ainsi que l'amélioration des pratiques professionnelles dans le but de répondre au mieux aux enjeux du système de santé.

Le DPC est un dispositif de formation continue réglementé pour chaque professionnel de santé. Qu’il soit libéral ou salarié, le neurochirurgien est tenu de satisfaire une obligation triennale de formation, tout au long de sa vie professionnelle.

Pour cela, il doit participer au cours d’une période de 3 ans à deux types d’actions de formation parmi les trois suivantes : la formation continue, l’analyse et l’amélioration des pratiques professionnelles ou la gestion des risques.

Pour être éligibles au DPC, les actions engagées doivent être réalisées par un organisme formateur agréé et être conformes à une ou plusieurs orientations prioritaires fixées par l’État.

Parmi les 256 orientations prioritaires nationales, certaines concernent toutes les professions de santé, d’autres sont définies par spécialités. Trois orientations sont destinées spécifiquement aux neurochirurgiens :

Certaines orientations concernent les neurochirurgiens, entre autres spécialités :

  • 16 - Déploiement de l’activité physique adaptée (APA) (pages 66 à 69)
  • 17 - Repérage et prise en charge des troubles nutritionnels (pages 70 à 74)
  • 26 - Dépistage et prise en charge des maladies neurodégénératives (pages 106 à 108)
  • 29 - Prise en charge du « blessé de guerre » par le service de santé des armées (SSA) (pages 115 à 117)
  • 37 - Intégration d’une démarche de décision médicale partagée (pages 140 à 144)

Par ailleurs, les orientations 1 à 15 concernent toutes les professions médicales.

Orientation prioritaire n°118 - Dépistage et prise en charge des hypo- ou hypertensions intracrâniennes spontanées

Les syndromes d'hypo ou d'hypertension intracrânienne entrainent des symptômes aspécifiques. Les étiologies sont particulières et complexes.

Fiche de cadrage (1 page : n°395)

Objectifs de la formation :

  • Savoir dépister et prendre en charge les hypo et hypertensions intracrâniennes spontanées.

Éléments de programme :

  • Les symptômes ;
  • La sémiologie radiologique ;
  • La prescription des examens complémentaires ;
  • Les traitements de première intention.

Orientation prioritaire n°119 - Bonne utilisation des appareils radiologiques de guidage et de contrôle per-opératoires (amplificateurs de brillance, scanners per-opératoires)

Les techniques chirurgicales pour intervenir sur la colonne vertébrale font appel de plus en plus aux outils radiologiques, moins invasifs, mais supposant des temps et des doses d'irradiations de plus en plus importants.

Fiche de cadrage (1 page : n°396)

Objectifs de la formation :

  • Utiliser les appareils radiologiques en chirurgie de la colonne vertébrale.

Éléments de programme :

  • Les types d'appareils et leurs fonctionnements ;
  • Les indications des différents dispositifs ;
  • Le guidage per-procédure ;
  • Le contrôle per et post-procédure ;
  • Les règles de protection pour les professionnels et les patients.

Orientation prioritaire n°120 - Spécificités des prises en charge gériatriques

Le vieillissement de la population entraîne des interventions neurochirurgicales et rachidiennes sur des patients de plus en plus âgés.

Fiche de cadrage (2 page : n°397 et 398)

Objectifs de la formation :

  • Réduire la mortalité et la morbidité.

Éléments de programme :

  • Les pathologies neurochirurgicales spécifiques aux personnes âgées ;
  • La prise en charge des patients âgés en pré, péri et post opératoire ;
  • L'éthique dans la prise de décision.

Les formations DPC pour neurochirurgien

La liste officielle des formations agréées par l’Agence nationale de DPC est disponible sur le site de l’ANDPC. Début 2023, 21 formations sont disponibles pour les neurochirugiens.

Les neurochirurgiens peuvent choisir librement l’organisme ou la structure de formation dans lequel ils souhaitent suivre leur formation. Ils choisissent également parmi les différents types d’actions de DPC celles qui correspondent le mieux à leurs besoins. Ces actions de DPC peuvent prendre différentes formes :

  • Formation diplômante (DU, DIU, Master…) ;
  • Formation classique en présentiel (Congrès, séminaires, ateliers, séances de simulation…) ;
  • Formation à distance (classe virtuelle, e-learning, abonnements revues…) ;
  • Activités formatrices (publication orale et écrite, expertises/reviewing, encadrement, préparation de cours et d’EPU…) ;
  • Réunion de concertation pluridisciplinaire, audit clinique, participation à un registre de pratique, surveillance d’indicateur ;
  • Participation à une structure de gestion des risques (radioprotection…) en intra ou supra établissement.

À savoir : Pour répondre à son obligation triennale de DPC, le neurochirurgien peut effectuer, individuellement ou en équipe, à une démarche d’accréditation.

L’accréditation concerne en effet les spécialités, dites « à risque », dont il fait partie. Il s’agit d’un programme volontaire d’amélioration de la qualité des pratiques professionnelles pour réduire le nombre des évènements indésirables associés aux soins (EIAS) au bénéfice de la sécurité des patients.

Pour plus de renseignements, consultez les programmes de l’accréditation individuelle et de l’accréditation en équipe.

Le financement d’une formation pour neurochirurgien

La plupart des formations professionnelles continues sont payantes. Certaines d’entre elles, peuvent entraîner des dépenses substantielles.

En effet, aux frais pédagogiques de la formation – compris entre 300 € et 3 000 €, en moyenne – s’ajoutent des frais supplémentaires de déplacement et de restauration. Lorsque la formation choisie est éloignée du domicile du professionnel de santé, des frais d’hébergement sont également à prévoir, sans oublier la perte de revenus pendant la durée de la formation.

Sous certaines conditions, le coût total de ces formations peut faire l’objet d’un financement partiel ou total.

Les forfaits DPC pour les neurochirurgiens

L’ANDPC participe au financement du parcours DPC des neurochirurgiens dans la limite d’un forfait individuel annuel.

Ce forfait de DPC prend en charge les frais pédagogiques facturés par l’organisme formateur ainsi que les frais induits par la participation à une action de DPC.

Les détails sur les règles et les modalités d’attribution, ainsi que les montants alloués, sont consultables sur la fiche forfait DPC destinée aux médecins.

Les autres aides financières

Si sa formation n’est pas éligible à un financement par l’ANDPC ou s’il a épuisé son forfait annuel, le neurochirurgien peut bénéficier d’autres moyens pour financer sa formation continue :

  • Fond d'Assurance de Formation de la Profession Médicale (FAFPM) ;
  • Compte Personnel de Formation (CPF) ;
  • Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier (ANFH) ;
  • Opérateurs de Compétences (OPCO Santé) ;
  • L’autofinancement et la possibilité d’obtenir un crédit d’impôt (jusqu’à 40 h de formation déduites par an, au taux horaire net du SMIC en vigueur) et la déduction en charge des frais annexes liés à la formation.

Pour en savoir plus sur les possibilités de financement d’une formation professionnelle continue, consultez notre article dédié.

Sites utiles

Recevez nos articles, dossiers et fiches pratiques !