Formation DPC Psychiatre | Prix, Aide & Programme (2023)

Vous recherchez des informations sur la formation continue des psychiatres ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le développement professionnel continu et les formations hors DPC. 

  • Quelles sont les orientations prioritaires fixées par l’État ? 
  • Comment financer une formation médicale continue ?

Explications. 

psychologue entretien patient psy

Quelles formations suivre lorsqu’on est psychiatre ?

Pour réévaluer ses connaissances théoriques, améliorer ses pratiques professionnelles, développer de nouveaux savoirs et savoir-faire, comprendre et appliquer les recommandations officielles… Les raisons de se former alors qu’on est psychiatre sont nombreuses. Les possibilités de formations aussi !

La formation continue du psychiatre

La formation continue est une nécessité pour les psychiatres qui exercent une spécialité pointue au champ d’application vaste et varié. La psychiatrie se pratique en effet, aussi bien dans le secteur privé, public, libéral que dans les domaines de l’urgence, de l’expertise ou en UMD, UHSA, etc.

Elle nécessite, pour le praticien, des connaissances et des compétences approfondies dans des domaines très variés (addictologie, médico-judiciaire, psycho-oncologie, pédopsychologie, psychogériatrie…) où les progrès de la médecine évoluent rapidement.

Il existe de très nombreuses formations médicales complémentaires pour les psychiatres qui souhaitent continuer à se former. Elles peuvent durer quelques heures ou s’étaler sur plusieurs jours, voire plusieurs mois.

Certaines sont qualifiantes, d’autres diplômantes. Dispensées en présentiel ou en e-learning, dans des universités, des centres hospitaliers ou des organismes privés, ces formations permettent de répondre aux besoins de formation de la profession.

Parmi elles, on trouve :

  • DIU Urgences psychiatriques
  • DU Autisme et troubles du neurodéveloppement de l'enfance à l'âge adulte
  • DU Santé publique en milieu pénitentiaire
  • DU Clinique des violences sexuelles en psychotraumatologie
  • DU Expertise judiciaire, psychiatrique et psychologique
  • Journées de pédopsychiatrie et de psychiatrie adulte de la Fédération Française de Psychiatrie
  • Journées de l’Association Française de Psychiatrie
  • Congrès de l’Encéphale

Par le biais de la formation continue et des nombreux programmes qu’elles proposent, les psychiatres peuvent se spécialiser dans un mode d’exercice (milieu carcéral…) ou un type de public (enfants, personnes âgées, autisme…).

Ils ont également la possibilité de donner une nouvelle orientation à leur carrière ou de progresser dans la hiérarchie hospitalière par exemple.

Le développement professionnel continu des psychiatres

Le Développement Professionnel Continu (DPC) est une obligation que chaque psychiatre doit satisfaire en participant à plusieurs actions de DPC (au moins deux sur trois ans).

Le DPC a pour objectif l’amélioration de la qualité des soins. Pour cela, il s’appuie sur deux types d’activités : la mise à jour ou l’acquisition de connaissances et l’analyse des pratiques professionnelles.

Les orientations prioritaires de DPC

Les centaines de formations médicales complémentaires disponibles pour les psychiatres ne sont pas toutes reconnues comme des actions de DPC. Pour être éligibles au DPC, elles doivent obligatoirement être indexées à une des orientations prioritaires définies par l’État.

L’offre de DPC s’appuie ainsi sur 291 orientations prioritaires triennales fixées par arrêtés ministériels, 6 d’entre elles sont spécialement destinées aux psychiatres : 

Certaines orientations concernent les psychiatres, entre autres spécialités :

  • 16 - Déploiement de l’activité physique adaptée (APA) (pages 66 à 69)
  • 17 - Repérage et prise en charge des troubles nutritionnels (pages 70 à 74)
  • 19 - Repérage, accompagnement et prise en charge des pratiques addictives (pages 78 à 81)
  • 21 - Repérage, diagnostic et grands principes d'accompagnement du Trouble du Syndrome de l’Autisme (TSA) et des Troubles du Neuro Développement (TND) chez l’adulte et chez l’enfant (pages 86 à 90)
  • 24 - Prise en charge précoce des troubles anxiodépressifs (pages 99 à 102)
  • 25 - Repérage et évaluation du risque suicidaire et conduite à tenir (pages 103 à 105)
  • 27 - Repérage et prise en soins précoce du risque de perte d'autonomie pour les seniors résidant à leur domicile (pages 109 à 112)
  • 29 - Prise en charge du « blessé de guerre » par le service de santé des armées (SSA) (pages 115 à 117)
  • 30 - Prise en charge des patients présentant des symptômes prolongés suite à une COVID-19 (pages 118 à 120)
  • 33 - Amélioration de la pertinence des parcours prioritaires (pages 127 à 131)
  • 37 - Intégration d’une démarche de décision médicale partagée (pages 140 à 144)
  • 133 - Repérage précoce et prise en charge des pathologies psychiatriques et des troubles psychiques des enfants et des adolescents (pages 429 à 431)

Par ailleurs, les orientations 1 à 15 concernent toutes les professions médicales.

Orientation prioritaire n°140 – Prévention, repérage et prise en charge des pathologies et des risques psychiatriques liés à l'environnement

Les pathologies psychiatriques sont variées, fréquentes et coûteuses pour l’individu comme pour la société. Chaque traitement doit être adapté à chaque malade en fonction d’un diagnostic souvent évolutif et multidimensionnel, d’un terrain et de réactions individuelles. 

L’enjeu est de comprendre les influences réciproques de la pathologie psychiatrique avec l’environnement, et de proposer à la fois des éléments de soins et de prévention. 

Fiche de cadrage (2 pages : n°450 et 451)

Objectifs de la formation :

  • Approfondir les connaissances sur les spécificités liées à l’environnement du patient pour les troubles traités en psychiatrie
  • Replacer le soin dans sa complexité bio-psycho-sociale
  • Définir ce qui relève de la pathologie psychiatrique ou non
  • Adapter la prise en charge psychiatrique selon les situations cliniques en prenant en compte les problématiques environnementales

Éléments de programme :

  • Les pathologies psychiatriques liées au travail (épuisement professionnel, traumatisme et maltraitance …)
  • Les pathologies liées aux interactions familiales (effets post-traumatiques après des abus ou maltraitances…)
  • Les pathologies liées à l’environnement social et sociétal (crises économiques, misère sociale, effets des attentats sur la population générale, radicalisation religieuse…)
  • Les effets post-traumatiques et per-traumatiques
  • La prise en charge des pathologies et des risques psychiatriques liés à l'environnement par l’isolement (prise de distance avec la famille, arrêt de travail, accident de travail) ou, au contraire, par l’adaptation à l’environnement (thérapie familiale, réorientation professionnelle, psychothérapie personnelle…)
  • Traitement médicamenteux : indications, critères de décision…
  • Mise en œuvre d’une psychothérapie.
  • Connaissance et orientation du patient concernant les aspects juridiques éventuels.

Orientation prioritaire n°141 – Troubles psychiques et pathologies psychiatriques chez la personne âgée

Les troubles psychiatriques constituent l’une des premières causes de morbidité et de mortalité prématurée chez la personne âgée. Or, les troubles psychiques et les pathologies psychiatriques chez les personnes âgées présentent des spécificités qu’il importe de bien connaître.

Fiche de cadrage (2 pages : n°452 et 453)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer le repérage, le diagnostic et la prise en charge des troubles psychiques et pathologies psychiatriques chez la personne âgée
  • Mieux coordonner les parcours de soins pluridisciplinaires

Éléments de programme :

  • Les troubles psychiques et pathologies psychiatriques chez la personne âgée : repérage, évaluation, diagnostic et prise en charge
  • Les spécificités des pathologies psychiatriques au cours du vieillissement
  • La iatrogénie médicamenteuse
  • Les traitements médicamenteux et non-médicamenteux des troubles psychiques et pathologies psychiatriques chez la personne âgée : indications, contre-indications, modalités de mise en œuvre, évaluations de l’efficacité, tolérance…
  • Les dimensions éthiques (consentement aux soins, bientraitance, autonomie…)
  • Les recommandations de bonnes pratiques

Orientation prioritaire n°142 – Stratégies diagnostiques et thérapeutiques dans les pathologies psychiatriques résistantes

Les évolutions incomplètement favorables, les stabilisations cliniques dans des états de dépendance, les évolutions stationnaires et/ou préoccupantes, les constitutions d’états chroniques sévères imposant éventuellement des hospitalisations prolongées, peuvent bénéficier d’une analyse en termes de pathologie psychiatrique résistante.

Si ces malades ont le plus souvent bénéficié de bilans cliniques et d’initiatives thérapeutiques successives, celles-ci ne se sont pas toujours inscrites dans une stratégie thérapeutique qui hiérarchise et ordonne dans le temps les objectifs de chaque traitement et/ou élément de la prise en charge psychiatrique.

Fiche de cadrage (2 pages : n°454 et 455)

L’objectif est ici d’obtenir une amélioration clinique par une prise en charge du patient structurée sous forme d’un parcours.

Objectifs de la formation :

  • Connaître les stratégies d’évaluation clinique et paraclinique dans le contexte des pathologies psychiatriques résistantes
  • Connaître les indications, les contre-indications et les surveillances des différents traitements utiles à la prise en charge des pathologies psychiatriques résistantes

Éléments de programme :

  • Les outils modernes d’évaluation clinique et paraclinique
  • Les principales stratégies thérapeutiques, leurs indications et leurs surveillances
  • L’intérêt des pratiques d’analyse de la clinique et des choix thérapeutiques en équipe pluridisciplinaire, en groupe de pairs, et utilisant les moyens modernes de télétransmission
  • Les structures de recours et de référence
  • Combinaisons de traitements (notion d’«augmenteurs», de synergies...) et conciliation médicamenteuse
  • Outils d’analyse et de formalisation des évolutions cliniques

Orientation prioritaire n°143 – Thérapeutiques non-médicamenteuses des troubles mentaux

Le traitement le plus adapté des troubles mentaux comporte dans une majorité des cas l’association de traitements médicamenteux et de traitements non-médicamenteux. 

Fiche de cadrage (2 pages : n°456 et 457 

Objectifs de la formation :

  • Améliorer la pratique des différentes techniques thérapeutiques non-médicamenteuses pour le traitement des troubles mentaux, en actualisant les connaissances

Éléments de programme :

  • Traitements non-médicamenteux : techniques de stimulation cérébrale (ECT, rTMS), techniques de neurofeedback, luminothérapie, techniques psychothérapiques (TCC), thérapies interpersonnelles, thérapies systémiques, thérapie basée sur la mentalisation, psychanalyse, thérapies d’inspiration analytique, l’entretien motivationnel, mindfulness, EMDR, hypnose…
  • Thérapies non médicamenteuses : pertinence des indications, contre-indications, modalités de mise en œuvre, évaluation de l’efficacité, tolérance
  • Environnement et dispositif technique en particulier pour la rTMS et le neurofeedback
  • Réalisation des actes non-médicamenteux : aspects cliniques et éthiques

Orientation prioritaire n°144 - Psychiatrie et justice : Évaluation et prise en charge des personnes faisant l’objet de soins sans consentement et psychiatrie médico-légale

L’exercice de la psychiatrie sans consentement est complexe. Les professionnels sont confrontés à des pathologies variées faisant souvent appel à des soins atypiques et à des moyens conséquents. Une formation spécifique est nécessaire, les enjeux étant techniques, éthiques, mais aussi organisationnels, notamment sur le fonctionnement du réseau Santé/justice.

Fiche de cadrage (2 pages : n°458 et 459)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer les évaluations diagnostiques et thérapeutiques, notamment des soins pénalement ordonnés, doit permettre une rationalisation de ces prises en charges et une optimisation de l’offre de soin.

Éléments de programme :

  • Clinique du consentement
  • Les modalités de rédaction des certificats dans le cadre des soins sans consentement (cf. fiches mémo HAS 2018).
  • Connaissances psycho-criminologiques
  • Le contexte d’exercice des soins (notamment le milieu pénitentiaire)
  • Le milieu judiciaire.
  • L’expertise psychiatrique : méthodologie, ajustements des missions expertales…

Orientation prioritaire n°145 - Repérage, accompagnement et prise en charge des pratiques addictives sans substance

Les addictions comportementales sont nombreuses et il n'existe pas de consensus pour en établir une liste précise. Leur fréquence est en augmentation ces dernières années. selon l'IFAC, on compte 1,6 à 4% d’anorexiques et 2 à 5% de boulimiques dans la population générale. Ces pathologies sont souvent ignorées ou banalisées par les soignants

Fiche de cadrage (2 pages : n°460 et 461)

Objectifs de la formation :

  • Accroître le rôle des médecins en matière de repérage et de prévention ;
  • Améliorer la prise en charge ;
  • Améliorer le parcours des usagers.

Éléments de programme :

  • Les mécanismes et les types de dépendance ;
  • Les données épidémiologiques ;
  • La clinique et les complications ;
  • Les seuils entre comportement normal et comportement pathologique ;
  • Le repérage ;
  • Les options thérapeutiques ;
  • L'orientation du patient vers une prise en charge adaptée.

Les actions de DPC pour les psychiatres

Les psychiatres ont un large choix d’actions de DPC à leur disposition.

Chaque année, plusieurs organismes privés agréés par l’Agence nationale du DPC (ANDPC), des universités, des établissements de santé ou des associations de professionnels du domaine de la psychiatrie proposent des formations en présentiel ou en e-learning.

En tant que psychiatre, vous pouvez consulter la liste officielle de l’ensemble de ces actions de DPC sur le site de l’ANDPC. Début 2023, 81 actions de formations sont accessibles aux psychiatres.

Comment financer une formation DPC pour psychiatre ?

Participer à une formation professionnelle continue peut s’avérer onéreux. En effet, outre les frais pédagogiques de la formation elle-même (généralement compris entre 300 € et 2 000 €), d’autres dépenses sont parfois à prévoir. Transport, loyer, repas… Ces frais annexes varient en fonction du lieu et de la durée de la formation, mais alourdissent de façon significative la note !

Sous certaines conditions, le coût total d’une formation continue peut faire l’objet d’un financement.

Les forfaits DPC dédiés aux psychiatres

L’agence de DPC accorde une aide financière à chaque psychiatre qui réalise une action de DPC, sous certaines conditions :

  • Être un praticien libéral conventionné ou bien salarié d’un centre de santé conventionné avec l’Assurance maladie ;
  • Créer un compte professionnel personnel auprès de l’ANDPC. On vous explique comment dans un article dédié.
  • Suivre la formation dans son intégralité et être donc en mesure de fournir une attestation de participation.

Cette prise en charge se fait sous la forme de forfait de DPC. Le montant, les règles et les modalités d’attribution sont exposés dans la fiche forfait DPC pour psychiatres. En résumé :

  • 21 heures annuelles de formation sont financées ;
  • Les actions de DPC d’une durée inférieure à 3 h ne sont pas prises en compte ;
  • Le budget accordé comprend le paiement des frais pédagogiques à l’organisme de formation et l’indemnisation financière versée au psychiatre pour compenser sa perte de revenus.

Les autres aides financières pour les psychiatres

En-dehors des forfaits DPC, d’autres dispositifs de financement existent. Ils sont disponibles en fonction de la situation personnelle de chaque psychiatre :

Lorsque le forfait de DPC est épuisé ou que la formation choisie n’entre pas dans les critères d’attribution des aides financières précitées, il est possible d’avoir recours à l’autofinancement. Dans ce cas, jusqu’à 40 h de formation par an sont déductibles des impôts et les frais annexes peuvent être déclarés comme des frais professionnels.

Liens utiles

Recevez nos articles, dossiers et fiches pratiques !