Angiologue | Rôle, formation, métier & salaire (2024)

Article mis à jour le : 22 décembre 2023

Varices, insuffisance veineuse, phlébite, anévrisme vasculaire… En France, un très grand nombre de personnes sont concernées par une de ces pathologies prises en charge par les angiologues.

Vous souhaitez savoir comment devenir angiologue ? Découvrez dans cet article détaillé, quelles sont les études et les diplômes nécessaires ? En quoi consiste le métier et quelles sont les compétences requises pour l’exercer ? Mais aussi, le salaire des angiologues, les possibilités de carrière…

Le métier d’angiologue en France

Le métier d’angiologue en France

Qu’est-ce qu’un angiologue ?

L’angiologue - également appelé médecin vasculaire - est spécialisé dans la prévention, le diagnostic, le traitement et le suivi des patients atteints de pathologies circulatoires.

Quel est le rôle d’un angiologue ?

L’angiologue assure le traitement non chirurgical des maladies des vaisseaux sanguins et lymphatiques, telles que :

  • Anévrismes
  • Vascularites
  • Artériopathies
  • Varices
  • Phlébites
  • Embolie pulmonaire
  • Malformations et insuffisances veineuses, ulcères…
  • Syndrome de Raynaud
  • Embolies
  • Lymphœdèmes

L’angiologue intervient généralement à la demande du médecin traitant.

Il travaille régulièrement en lien étroit avec d’autres médecins spécialistes, tels que les cardiologues, chirurgiens vasculaires, neurologues, diabétologues, internistes et radiologues interventionnels.

Le médecin vasculaire pratique de nombreux gestes techniques à visée diagnostique ou thérapeutique.

Les missions principales d'un angiologue

Diagnostic

  • Réalise un interrogatoire médical complet
  • Procède à l’examen clinique
  • Utilise différents outils d’exploration vasculaire (écho-doppler, capillaroscopie, épreuve de marche sur tapis, mesure transcutanée de la pression en oxygène…) pour détecter et évaluer les troubles circulatoires
  • Prescrit des analyses et des examens complémentaires en cas de besoin
  • Établit un diagnostic précis

Traitement

  • Détermine la stratégie de soins la mieux adaptée (régime alimentaire, port de bas de contention, drainage lymphatique, traitement médicamenteux, actes médicaux et chirurgicaux…)
  • Met en œuvre différentes techniques mini-invasives pour soigner ses patients (sclérothérapie, ablation thermique par radiofréquence et laser, biopsie cutanée…)
  • Contrôle l’efficacité des traitements et surveille l’évolution de la maladie
  • Oriente vers un spécialiste en cas de besoin

Éducation thérapeutique

  • Informe et conseille les patients dans leurs choix de traitement
  • Prodigue des conseils santé pour réduire les facteurs de risques et prévenir le développement des pathologies vasculaires

Activités annexes

  • Participe à la recherche scientifique (recherche fondamentale, appliquée ou recherche clinique)
 Enseignement

Quelle est la différence entre un angiologue et un phlébologue ?

L’angiologue et le phlébologue sont tous les deux spécialisés dans le traitement des troubles vasculaires. Le champ d’expertise du phlébologue est cependant plus restreint et concerne uniquement les pathologies associées au système veineux.

Jusqu’en 2017 où la médecine vasculaire a été reconnue en tant que spécialité médicale, les deux professions étaient distinctes et coexistaient. Aujourd’hui, tous les médecins vasculaires formés sont des angiologues-phlébologues.

Quelles sont les qualités requises pour devenir angiologue ?

Comme tout professionnel de santé, l’angiologue doit être rigoureux, méthodique et à l’écoute de ses patients. Outre de bonnes connaissances médicales dans sa discipline, il doit aussi être bon pédagogue et aimer pratiquer des gestes médico-techniques.

Où travaille un angiologue ?

L’angiologie peut exercer son activité en libéral, dans son propre cabinet ou dans un cabinet médical en association avec d’autres professionnels de santé.

Il peut aussi travailler dans un établissement de soins public ou privé (hôpital, clinique, CHU) ou dans un centre de santé.

Le quotidien d’un angiologue

Les avantages du métier…

La médecine vasculaire est une spécialité médicale technique. L’angiologue est amené à réaliser de nombreux gestes à visée diagnostique ou thérapeutique.

Située au croisement de nombreuses spécialités, la médecine vasculaire permet la prise en charge de pathologies très variées (maladies fréquentes ou rares, bénignes ou graves, aiguës ou chroniques…).

Et ses difficultés

L’angiologie est une spécialité vaste qui nécessite de suivre des études longues et pointues et d’actualiser régulièrement les connaissances pour pouvoir suivre les progrès technologiques.

Le métier vu de l'intérieur

Le salaire des angiologues

Le salaire moyen des angiologues libéraux est très variable, notamment en fonction de leur lieu d’exercice, de leur expérience ou du secteur de conventionnement. Cependant, selon l’Union nationale des professions libérales (UNAPL), les médecins vasculaires font partie des professionnels de santé très bien rémunérés avec des salaires allant de 5 000 € à plus de 20 000 €/mois.

Les angiologues qui travaillent dans la Fonction publique hospitalière ont une rémunération qui suit une grille indiciaire définie par l’État. En début de carrière, ils gagnent environ 4 600 € brut et peuvent dépasser les 9 000 € en fin de carrière. Des primes de garde et des indemnités diverses (IRFD, PIPP…) complètent fréquemment ces salaires de base.

La formation pour devenir angiologue

Quel diplôme faut-il pour devenir angiologue ?

Depuis la réforme du 3e cycle des études médicales de 2017, la médecine vasculaire est reconnue comme une spécialité médicale à part entière.

Pour exercer légalement la profession d’angiologue, il faut être titulaire d’un diplôme d’études spécialisées (DES) en Médecine vasculaire.

Quelles études suivre pour devenir angiologue ?

Après un baccalauréat général scientifique de préférence, il faut suivre un cursus universitaire de 10 ans en faculté de médecine. Les études comportent 3 cycles :

  • 1er cycle de 3 ans (une année de PASS ou de LAS + 2 années pré-cliniques) pour acquérir les connaissances médicales de base.
  • 2e cycle de 3 années cliniques pour approfondir les connaissances et suivre des enseignements axés sur les pathologies.
  • 3e cycle de 4 ans (internat) en médecine vasculaire pour valider le DES correspondant.

Bon à savoir : Le choix de la spécialité, comme le CHU de rattachement, dépend des résultats obtenus aux épreuves classantes nationales qui ont lieu en fin de 2e cycle.

Quel est le programme du DES de médecine vasculaire ?

La formation d’un spécialiste en angiologie dure 4 ans. Elle comporte des enseignements théoriques et des stages pratiques.

Les cours se présentent sous forme de modules. Ils se font en présentiel ou en e-learning et portent essentiellement sur les matières suivantes :

  • Artériopathies périphériques
  • Maladies veineuses et insuffisance veineuse chronique
  • Maladies lymphatiques
  • Pathologies microcirculatoires
  • Hémodynamique
  • Explorations vasculaires périphériques
  • Pharmacologie cardiovasculaire
  • Thérapeutiques : maîtrise et gestion des indications

La formation pratique se fait sous la forme de stages semestriels à réaliser dans des services hospitaliers agréés. Elle comprend 3 phases successives : 

Phase socle de 1 an (commune avec la phase socle du DES de cardiologie) :

  • 1 semestre en médecine vasculaire
  • 1 semestre en cardiologie

Phase d’approfondissement de 2 ans :

  • 1 stage en médecine vasculaire
  • 1 stage en explorations vasculaires (échographie)
  • 2 stages en chirurgie vasculaire, médecine interne et immunologie clinique, médecine intensive/réanimation, dermatologie et vénéréologie, neurologie, pneumologie, néphrologie, hématologie, radiologie et imagerie médicale, endocrinologie-diabétologie-nutrition

Phase de consolidation de 1 an :

  • 2 semestres dans un ou 2 services agréés pour le DES Médecine vasculaire.

Les détails de la formation (durée et nature des stages et des enseignements, compétences à acquérir, modalités d’évaluation des connaissances…) sont consultables sur la maquette du DES.

Bon à savoir : Comme tous les étudiants en 3e cycle, les internes en médecine vasculaire peuvent se sur-spécialiser en postulant une formation spécialisée transversale (FST).  Parmi les 24 FST disponibles, 2 sont proposées en médecine vasculaire :

  • FST Nutrition appliquée à la médecine vasculaire
  • FST Pharmacologie médicale/Thérapeutique

Les candidats à une FST sont sélectionnés sur la base de leur projet professionnel et en fonction des places disponibles. La réalisation d’une FST prolonge d’un an la durée de leur internat.

Comment se préparer aux études de médecine vasculaire ?

Parmi les ouvrages et les outils numériques disponibles, on trouve :

  • Traité de médecine vasculaire par Société Française de Médecine Vasculaire, Collège des enseignants de médecine vasculaire et Collège Français de Pathologie Vasculaire. Éditions Elsevier Masson. Septembre 2021.
  • VALMI (Veines, Artères, Lymphatiques, MIcrocirculation) par Collège national des enseignants de médecine vasculaire. Éditions Presses universitaires François-Rabelais. Février 2023.
  • La plateforme SIDES.
  • L’application VASC.
  • Webinars de la Société Française de Médecine Vasculaire (SFMV).

Combien coûtent les études pour devenir angiologue ?

Les principaux postes de dépense à considérer lorsqu’on veut s’engager dans des études pour devenir angiologue sont les suivants :

  • Les droits d’inscription universitaire (170 € ou 243 € selon l’année universitaire)
  • La contribution de vie étudiante et de campus (CVEC) d’un montant de 100 € en 2023
  • L’achat de matériel pédagogique (livres, référentiels, tenues, matériel informatique…)
  • Les frais de vie courante (loyers, transport, repas, assurances, téléphonie et internet…).

Le prix total des études peut varier de façon considérable en fonction de la situation personnelle de l’étudiant : résidant ou ne résidant plus au domicile familial, études menées en Province ou en Ile-de-France, inscription à des tutorats étudiants ou à des organismes privés de préparation aux examens, etc.

Les étudiants en médecine sont indemnisés dès leur 4e année d’études par leur CHU de rattachement. Malgré la revalorisation du point d’indice du 1er juillet 2023, leurs rémunérations ne suffisent pas à couvrir le coût des études.

Dans de nombreux cas, les étudiants en médecine peuvent bénéficier d’un ou de plusieurs dispositifs d’aides financières, parmi lesquels :

  • Bourse sur critères sociaux (BCS) du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche ;
  • Aides du département ou de la région (pour la mobilité, l’achat de matériel informatique…) ;
  • Aide dans le cadre du contrat d’engagement service public (CESP) ;
  • Aide au mérite pour les étudiants ayant obtenu une mention très bien au baccalauréat ;
  • Aide au logement (APL, ALS) ;
  • Prêt étudiant garanti par l’État.

Évolutions professionnelles de l’angiologue

Comme la plupart des médecins spécialistes, l’angiologue peut changer de lieu d’exercice au cours de sa carrière, pour travailler dans un hôpital public, une clinique privée ou s’installer en cabinet libéral.

Il peut aussi évoluer vers un poste plus administratif et/ou à plus haute responsabilité, en devenant par exemple chef d’une unité hospitalière de médecine vasculaire.

Certains angiologues choisissent de s’orienter vers la recherche médicale ou fondamentale.

Quelle que soit la voie choisie, de nombreuses formations complémentaires sont disponibles pour approfondir les connaissances, acquérir de nouvelles compétences ou se spécialiser. Exemples de diplômes universitaires et interuniversitaires pour les angiologues :

  • DU Traitement thermique endo-veineux
  • DU Pathologies lymphatiques
  • DU Thrombose, Hémostase en Hématologie
  • DU Phlébologie Interventionnelle
  • DU Maladies de l'hémostase
  • DIU Techniques avancées en phlébologie
  • DIU Plaie et cicatrisation
  • DIU Imagerie vasculaire non invasive
  • DIU Lasers médicaux
  • DIU Hypertension artérielle, risque cardiovasculaire et rénal

Associations et liens utiles pour les angiologues

  • SFMV - Société Française de Médecine vasculaire

Fondée en 2002, la SFMV a pour but le développement de la médecine vasculaire sur les plans scientifique, pédagogique, et de la qualité des soins. Elle soutient la formation continue des médecins vasculaires et la recherche dans la discipline, elle favorise les échanges scientifiques et la qualité notamment par l'évaluation et l'amélioration des pratiques professionnelles.

Site web : https://www.portailvasculaire.fr/

  • AFIMV – Association Française des Internes en Médecine vasculaire

L’AFIMV a pour objectif de défendre les droits et les intérêts des internes en médecine vasculaire de France et de représenter les jeunes médecins vasculaires auprès des sociétés savantes, des tutelles hospitalières et universitaires.

Site web : https://www.afimv.fr/

  • CEMV - Collège des Enseignants de Médecine Vasculaire

Le CEMV regroupe les médecins qui participent à l’enseignement de la médecine vasculaire en formation initiale et continue. Il réalise des ouvrages pédagogiques et organise un séminaire annuel consacré à la discipline.

Site web : http://www.angioweb.fr

  • ANEMF - Association Nationale des Étudiants en Médecine de France

L’ANEME est une association régie par la loi 1901, créée en 1965 pour l'intérêt commun de tous les étudiants en médecine.

 Site web : https://anemf.org
  • Vous voulez sauver des vies via des formations sur-mesure ?
  • Vous voulez former votre personnel aux gestes qui sauvent ?
  • Besoin d'un audit de formation, d'un accompagnement personnalisé ou d'une aide spécifique ?

Trouvez les meilleures formations AFGSU & Premiers secours obligatoires