Chirurgien Dentiste | Métier, salaire, formation, DPC (2024)

Article mis à jour le : 2 février 2024

Exerçant un métier à la fois technique, technologique et manuel, le chirurgien dentiste occupe une place à part dans le système de santé publique.

Comment devient-on chirurgien dentiste ? À quoi ressemble son quotidien ? Quels sont les salaires et les lieux d’exercice possible ?

Découvrez toutes les informations utiles sur le métier de chirurgien dentiste.

DPC chirurgien dentiste

Le métier de chirurgien dentiste

Qu’est-ce qu’un chirurgien dentiste ?

Le chirurgien dentiste est un professionnel de santé dont l’exercice est centré sur les dents, la bouche, les maxillaires et les tissus avoisinants (gencives).

Il est qualifié pour diagnostiquer, prévenir et traiter les maladies et les troubles bucco-dentaires, de l’enfant à la personne âgée.

Quel est le rôle d'un chirurgien dentiste ?

Le champ d’action du chirurgien dentiste est vaste. Il soigne les maladies qui affectent les dents et les mâchoires, corrige les malpositions dentaires et les dysharmonies dento-maxillo-faciales, réalise l’extraction de dents de sagesse ou de dents abîmées, fait des détartrages, pose des implants, adapte des prothèses dentaires, réalise des traitements de canal ou de stabilisation de la maladie parodontale par des techniques non-chirurgicales et/ou chirurgicales, traite le bruxisme, les désordres temporo-mandibulaires, etc.

Quelles sont les missions d’un chirurgien dentiste ?

  • Recueil des informations auprès du patient
  • Réalisation d’examens bucco-dentaires
  • Établissement d’un diagnostic
  • Traitements et soins des dents et de la cavité buccale : détartrage, blanchiment, dévitalisation, extraction, soin de carie, pose de couronnes, bridges, prothèse dentaire, implants, reconstruction osseuse, appareillages dentaires
  • Réhabilitation anatomique de la cavité buccale (pathologies dentaires, cancers touchant la face, la bouche…)
  • Réhabilitation des fonctions de la cavité buccale : mastication, déglutition, phonation, respiration
  • Pratique d’interventions chirurgicales
  • Suivi et contrôle des résultats d’une opération
  • Prévention et promotion de la santé bucco-dentaire (conseil personnalisé en hygiène bucco-dentaire…)
  • Travail en équipe et en collaboration avec d’autres professionnels de santé (chirurgiens-dentistes, ORL, stomatologues, généralistes, chirurgien maxillo-facial, assistants dentaires, prothésistes dentaires, etc.)

Quel profil faut-il avoir pour devenir chirurgien dentiste ?

À la fois technique et minutieux, le métier de chirurgien dentiste nécessite des compétences scientifiques et certaines qualités personnelles :

  • Dextérité et minutie ;
  • Qualités relationnelles ;
  • Écoute et empathie ;
  • Capacité à travailler en équipe ;
  • Adaptabilité ;
  • Conscience professionnelle ;
  • Curiosité et rigueur scientifique ;
  • Pédagogie.

Où travaille un chirurgien dentiste ?

La grande majorité des chirurgiens-dentistes exercent leur activité en statut libéral au sein d'un cabinet médical ou dans leur propre cabinet. Cependant, ils peuvent aussi être salariés dans des établissements médicaux privés ou publics (centres de soins, hôpitaux ou cliniques).

Certains dentistes interviennent en tant que conseillers pour la Sécurité sociale, d’autres font de la recherche dans des laboratoires ou travaillent pour des organismes humanitaires.

Quel est le salaire d'un chirurgien dentiste ?

En France, le niveau de rémunération d’un chirurgien dentiste est élevé. Il peut cependant varier considérablement en fonction de :

  • Du niveau de surspécialisation du chirurgien dentiste ;
  • De son expérience
  • De sa notoriété ;
  • De son mode d’exercice (secteur public ou privé, activité salariée ou libérale) ;
  • De sa situation géographique.

En début de carrière, un chirurgien dentiste gagne en moyenne 4 000 euros bruts par mois. Après quelques années d'expérience, il perçoit généralement entre 6 000 et 8 000 €, voire plus de 10 000 €.

Le quotidien d'un chirurgien dentiste

Les avantages du métier

  • Métier polyvalent alliant technicité, qualités humaines et gestion d’équipe
  • Métier qui évolue au rythme des progrès techniques et technologiques
  • Niveaux de salaires attractifs Débouchés assurés (il existe une forte demande)

Les inconvénients

  • Études longues et très sélectives
  • Nécessité de se former tout au long de sa carrière
  • Gestion du stress et de l’appréhension des patients

Témoignages du métier de chirurgien dentiste

La formation d’un chirurgien dentiste

La formation en odontologie dure de 6 à 9 ans, à l’issue desquels l’étudiant doit valider le diplôme d’État (DE) de docteur en chirurgie dentaire, obligatoire pour pouvoir exercer.

Quelles études pour devenir chirurgien dentiste ?

Le cursus des études de chirurgie dentaire se composent de 3 cycles :

  • Un 1er cycle de 3 ans constitué par :
    • 1 année (de LAS ou de PASS) de sélection d’entrée dans la filière MMOP (Médecine, Maïeutique, Odontologie, Pharmacie)
    • 2 années d’enseignements théoriques associés à des travaux pratiques + stage d’initiation aux soins infirmiers + stage d’initiation aux fonctions odontologiques. Le 1er cycle se termine par l’obtention du Diplôme de Formation Générale en Sciences Odontologiques (DFGSO) reconnu de niveau Licence.
    • Un 2e cycle de 2 ans durant lequel l’étudiant approfondit ses connaissances et effectue des stages hospitaliers dans des services d’odontologie, mais aussi ORL, chirurgie maxillo-faciale, chirurgie plastique… et pratique les premiers soins aux patients.

    Le 1er cycle se termine par l’obtention du Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Odontologiques (DFASO), reconnu au grade de Master.

    • Un 3e cycle qui offre deux possibilités :
    • cycle court de 1 an préparant à l’exercice autonome de la profession de chirurgien dentiste. L’étudiant y aborde des notions de comptabilité ou d’économie de la santé. Il effectue aussi un stage actif de 250 heures en cabinet libéral, chez un chirurgien dentiste maître de stage agréé.
    • cycle long de 3 ou 4 ans réservé aux étudiants ayant réussi le concours de l’internat. En fonction de leur classement, ils pourront s’engager dans une des 3 filières suivantes : Orthopédie dento-faciale (3 ans), Médecine bucco-dentaire (3 ans) ou Chirurgie orale (4 ans).

    Le cycle long se termine par l’obtention du Diplôme d’Études Spécialisées (DES).

    Quel que soit le 3e cycle suivi, le Diplôme d’État de Docteur en Chirurgie dentaire est validé par la soutenance d'une thèse. Au cours de celle-ci, l’étudiant prête le serment d’Hippocrate l’autorisant à exercer la profession.

Quel est le programme des études de chirurgie dentaire ?

Quel que soit le DES choisi, le programme des cours comprend :

  • des enseignements généraux dans de nombreuses disciplines fondamentales : biochimie, biophysique, statistiques, immunologie, hématologie, histologie, embryogenèse, microbiologie, virologie, pharmacologie, anesthésiologie…
  • des enseignements spécifiques à la spécialité : Dentisterie restauratrice et endodontie, prothèse adjointe et conjointe, implantologie, imagerie, anatomie dentaire, parodontologie, chirurgie orale…
  • de nombreux travaux pratiques sur des mannequins « fantômes » ou sur des simulateurs numériques
  • des stages dans des services agréés.

Comment accéder aux études de chirurgie dentaire ?

Pour suivre une formation en chirurgie dentaire, il faut obligatoirement être titulaire du baccalauréat (scientifique de préférence) et avoir effectué une première année universitaire.

Depuis la rentrée 2020-2021, pour réaliser leurs études en odontologie, les bacheliers peuvent choisir parmi deux parcours :

L’admission se fait à partir des résultats obtenus lors de ces deux parcours et éventuellement après des épreuves complémentaires.

Bon à savoir : Un dispositif dit « passerelle » permet l’accès direct en 2e ou 3e année des études odontologiques, pour les personnes titulaires d'un master, d'un doctorat, d'un diplôme d'auxiliaire médical ou d'un titre d'ingénieur.

Quelles écoles pour suivre une formation de chirurgien dentiste ?

Les études de chirurgie dentaire sont proposées par les facultés d’odontologie :

  • École de médecine dentaire de Marseille
  • Faculté d'odontologie de Brest
  • Faculté d'odontologie de Lorraine
  • Faculté d'odontologie de Lyon
  • Faculté de chirurgie dentaire odontologie Côte d'Azur
  • Faculté de Chirurgie dentaire de Toulouse
  • Faculté d’odontologie de Rennes
  • Faculté de chirurgie dentaire de Strasbourg
  • UFR Odontologie de l’université de Reims
  • UFR Odontologie de l’université Clermont Auvergne
  • Faculté dentaire de Nantes
  • UFR Odontologie de Montpellier
  • Unité de formation en odontologie de l'université de Bordeaux
  • Faculté d’odontologie de l’université de Lille
  • UFR des sciences et santé de Dijon
  • UFR d’odontologie de Montrouge
  • UFR santé de l’université de Caen
  • UFR Odontologie de l’université de Franche-Comté
  • UFR Odontologie de l’université de Paris (site Garancière)
  • UFR d’odontologie à l’université de Rouen

Top 3 des livres à lire lorsqu’on veut devenir chirurgien dentiste

  • Référentiel internat de chirurgie orale sous l’égide du Collège des enseignants de chirurgie orale par Jean-Christophe Fricain. Éditions Espace ID, 2e édition. Août 2018.
  • Référentiel internat en parodontologie sous l’égide du Collège national des enseignants en parodontologie par Marie-Laure Colombier, Olivier Huck, Sylvie Jeanne, Virginie Monnet-Corti, Hélène Rangé, Assem Soueidan. Éditions Espace ID. Février 2023.
  • Référentiel internat en dentisterie restauratrice-endodontie sous l’égide du Collège national des enseignants en odontologie conservatrice par Raphaël Devillard, Olivier Romieu, Reza Arbab-Chirani, Dominique Seux, Eric Mortier. Éditions Espace ID. Février 2021.

Quel est le prix d’une formation pour devenir chirurgien dentiste ?

En France, le coût des études de santé est un sujet de préoccupation régulier. Les études en chirurgie dentaire ne font pas exception à la règle.

Combien coûtent les études ?

Le budget total nécessaire pour devenir chirurgien dentiste est conséquent, en particulier si on considère que la formation dure 11 ans.

En effet, le coût moyen de la formation est d’environ 20 000 € par an. Il comprend :

  • Les droits d’inscription en faculté de médecine (170 €, 243 € ou 502 € selon l’année d’études) ;
  • La Contribution de vie étudiante et de campus (CVEC) dont le coût est de 92 € ;
  • Les frais d’inscription à des préparatoires privées (souvent très onéreuse, en moyenne entre 4 000 et 7 000 €/an) ;
  • L’achat de matériel pédagogique et de travaux pratiques (livres et référentiels, trousse dentaire)
  • Les frais de vie courante (hébergement, transport, restauration…).
formation des chirurgiens dentistes

Existe-t-il des aides financières ?

Plusieurs possibilités d’aides financières existent :

  • Bourse sur critères sociaux (BCS) attribuée par le CROUS ;
  • Aide au mérite, pour les étudiants ayant obtenu une mention Très bien au baccalauréat ;
  • Aide personnalisée au logement (APL) ;
  • Contrat d’engagement service public (CESP) avec une allocation de 1 200 € bruts/mois en échange d’une installation sur un territoire donné pendant une période donnée ;
  • Prêt bancaire garanti par l’État.

Dans certains cas, l’exonération totale ou partielle des frais de scolarité est possible (boursiers sur critères sociaux, boursier du gouvernement français, pupille de la nation…).

Remarque : les étudiants en médecine sont payés dès la 4e année (entre 100 € et 400 €) puis, à partir de la 1re année d’internat et jusqu’à l’obtention du diplôme de chirurgien dentiste, entre 2 000 et 2 600 €/mois, sans les gardes.

Poursuite d’études et évolution de carrière d’un orthopédiste orthésiste

Plusieurs possibilités d’évolution de carrière s’offrent aux chirurgiens-dentistes. En effet, si la majeure partie d’entre eux exerce en libéral, il existe d’autres modes d’exercice possibles : le travail en milieu hospitalier, l’enseignement hospitalo-universitaire, la recherche, l’odontologie médico-légale ou les missions humanitaires.

Pour donner une nouvelle orientation à sa carrière, se sur-spécialiser ou simplement pour se perfectionner et s’adapter régulièrement aux progrès réalisés dans sa spécialité, le chirurgien dentiste peut se former tout au long de sa carrière, grâce à la formation continue.

L’offre de formations professionnelles complémentaires est importante et très diversifiée. Elle comprend des formations qualifiantes, certifiantes ou diplômantes, des certificats d’études supérieures (CES), des diplômes universitaires (DU) et interuniversitaires (DIU), des masters, etc.

  • CES Odontologie pédiatrique et prévention
  • CES Odontologie chirurgicale-médecine buccale
  • CES Parodontologie
  • CES Odontologie légale
  • CES Biomatériaux en odontologie
  • DU Prothèse complète supra implantaire implanto-portée et muco-portée
  • DU Parodontologie clinique
  • DU Occlusodontologie fonctionnelle
  • DU Médecine bucco-dentaire du sport
  • DU Formation à la génétique clinique de la cavité buccale
  • DU Hypnose appliquée aux sciences médicales et paramédicales
  • DU Fentes labiopalatines
  • DU Posturologie, occlusodontie 
  • DU Conception et fabrication assistées par ordinateur
  • DIU Endodontie
  • DIU Odontologie pédiatrique et sédation
  • Master Recherche

Quelles formations suivre lorsqu’on est chirurgien-dentiste ?

En plus de sa formation de base en médecine dentaire, le chirurgien-dentiste peut actualiser ses connaissances et acquérir de nouvelles compétences grâce à la formation continue.

La formation continue du chirurgien-dentiste

Formé pour traiter les maladies des dents et de leurs tissus de soutien, le chirurgien-dentiste en activité peut continuer à se former pour approfondir ses connaissances, se spécialiser et donner une nouvelle orientation à sa carrière.

L’offre de formations pour les chirurgiens-dentistes est variée. Elle comprend des formations diplômantes, certifiantes ou qualifiantes, par exemple :

  • Des certificats d’études supérieures
  • Des attestations universitaires
  • Des diplômes universitaires et interuniversitaires
  • Des masters

Ces formations complémentaires permettent de couvrir tous les aspects de la profession :

Mais également d’élargir le champ des compétences à d’autres disciplines :

Le développement professionnel continu du chirurgien-dentiste

Le développement professionnel continu (DPC) est un dispositif de formation continue réglementé. Il oblige chaque praticien, dont les chirurgiens dentistes, à se former tout au long de sa vie professionnelle et quel que soit son mode d’exercice. Même en étant non éligible à un financement da l'ANDPC, un chirurgien-dentiste doit respecter ses obligations de formation pour respecter le DPC.

Les orientations pluriannuelles prioritaires de DPC pour les chirurgiens-dentistes

L’obligation de DPC consiste à participer chaque année à une action de DPC proposée par un organisme formateur agréé et conforme à, au moins, une des orientations nationales prioritaires.

Pour la période 2023-2025, 14 orientations de DPC pour les chirurgiens-dentistes ont été fixées par l’État : des orientations générales destinées à l’ensemble de la profession et des orientations spécifiques pour chaque spécialité de la profession :

  • 4 orientations concernent les chirurgiens-dentistes spécialisés en chirurgie orale (n°154 à 157)
    - 154 - Prise en charge avancée en chirurgie implantaire et pré implantaire
    - 155 - Prise en charge des pathologies de la muqueuse buccale
    - 156 - Prise en charge des pathologies osseuses maxillo-mandibulaires
    - 157 - Nouvelles techniques chirurgico-orthodontiques d’ancrage osseux
  • 5 orientations concernent les chirurgiens-dentistes omnipraticiens (n°158 à 162)
    - 158 - Dentisterie préventive, endodontique et restauratrice contemporaine
    - 159 - Prise en charge de l’édentement
    - 160 - Numérique et odontologie
    - 161 - Prise en charge des patients à risques médicaux et/ou vulnérables au cabinet dentaire
    - 162 - Diagnostic, prévention et traitement des pathologies muqueuses et osseuses bucco-dentaires et de leurs conséquences
  • 3 orientations concernent les chirurgiens-dentistes spécialisés en médecine bucco-dentaire (n°163 à 165)
    - 163 - Dépistage des déficiences et incapacités masticatoires
    - 164 - Prévention et traitement des pathologies bucco-dentaires des personnes âgées atteintes de troubles neuro-cognitifs
    - 165 - Prise en charge odontologique des patients après irradiation cervico-faciale en cancérologie
  • 2 orientations concernent les chirurgiens-dentistes spécialisés en médecine orthopédie dento-faciale et orthopédie dento-maxillo-faciale : voir notre fiche sur les chirurgiens maxillo-facial
  • 2 orientations concernent les chirurgiens maxillo-facial : voir notre fiche sur les chirurgiens maxillo-facial

Certaines orientations concernent les allergologues, entre autres spécialités :

  • 2 - Prévention des infections et de l’antibiorésistance (pages 20 à 25)
  • 17 - Repérage et prise en charge des troubles nutritionnels (pages 71 à 75)
  • 19 - Repérage, accompagnement et prise en charge des pratiques addictives (pages 79 à 82)
  • 27 - Repérage et prise en soins précoce du risque de perte d'autonomie pour les seniors résidant à leur domicile (pages 108 à 111)
  • 28 - Prévention, repérage et prise en charge des pathologies et des risques sanitaires liés aux conditions et environnements particuliers d’emploi des militaires (pages 112 et 113)
  • 31 - Bon usage des médicaments (pages 120 à 122)
  • 32 - Juste prescription des examens complémentaires (pages 123 à 125)
  • 36 - Annonce d’une mauvaise nouvelle ou du diagnostic d’une maladie grave (pages 136 à 138)
  • 37 - Intégration d’une démarche de décision médicale partagée (pages 139 à 143)

Par ailleurs, les orientations 1 à 15 concernent toutes les professions médicales.

Orientations prioritaires de DPC pour les chirurgiens-dentistes spécialisés en chirurgie orale

Orientation prioritaire n°154 - Prise en charge avancée en chirurgie implantaire et pré implantaire

Pour répondre aux problématiques de l'endentement, l'implantologie est une solution qui bénéficie des avancées des outils numériques. Elle permet de répondre aujourd'hui aux besoins liés à des situations où le volume osseux initial est limité. Pour les chirurgiens-dentistes, le DPC permet de se former et de sécuriser la pratique de cette proposition thérapeutique.

Fiche de cadrage (2 pages : n°483 et 484)

Objectifs de la formation :

  • Identification des situations risquant d'échouer ;
  • Le bilan pré-opératoire en cas de chirurgie implantaire ;
  • Les nouvelles technologies dans le parcours menant à l'acte chirurgical ;
  • Les biomatériaux en implantologie ;
  • Les aspects médico-légaux.

Éléments de programme :

  • Savoir réaliser une planification pour une réhabilitation orale : bilan d'imagerie pré-implantaire, planification 3D, guides d'imagerie et de chirurgie, chirurgie muqueuse et osseuse pré-implantaire, matériaux lors d'une régénaration osseuse ;
  • Pratiquer une chirurgie pré-implantaire et implantaire : greffes osseuses, distraction, piezochirurgie, etc.
  • Connaître les biomatériaux.

Orientation prioritaire n°155 - Prise en charge des pathologies de la muqueuse buccale

Les maladies buccales s'expriment avec différents symptômes et elles peuvent générer un mauvais diagnostic (cancer, dégénérescence, etc.). Le dépistage précoce est essentiel pour améliorer la prise en charge et limiter leur propagation éventuelle à l'entourage du patient. Les origines de ces pathologies sont diverses : médicamenteuse, infectieuse, dysimmunitaire... 

Fiche de cadrage (2 pages : n°485 et 486)

Objectifs de la formation :

  • Savoir diagnostiquer et prendre en charge les différentes pathologies de la muqueuse buccale : lésions simples, lésions à potentiel malin, pathologies malignes...
  • Prendre en charge en urgence
  • Identifier et soigner les infections sexuellement transmissibles qui ont une manifestation orale
  • Établir une prescription d'examen biologiques, anatomo-pathologiques et d'imagerie et savoir les interpréter

Éléments de programme :

  • L'examen clinique : cavité buccale, téguments, phanères, lésions, aires ganglionnaires cervicales ;
  • Les examens complémentaires : prélèvements locaux, cytodiagnostic, biopsie, bilans sanguins... ;
  • Les prises en charge des situations liées à d'autres spécialités médicales et chirurgicales.

Orientation prioritaire n°156 - Prise en charge des pathologies osseuses maxillo-mandibulaires

Les lésions kystiques ou tumorales des os et mâchoires sont bénignes ou malignes et évoluent souvent lentement et sans symptômes. Le chirurgien oral doit donc être capable de diagnostiquer ces lésions de façon précoce et connaître les solutions thérapeutiques ainsi que les complications potentielles.

Fiche de cadrage (2 pages : n°487 et 488)

Objectifs de la formation :

  • Identifier les lésions osseuses
  • Prescrire et interpréter les examens complémentaires
  • Reconnaître et prendre en charge les lésions malignes
  • Orienter les patients atteints d'une lésion pouvant être récidivante
  • Identifier et prendre en charge les ostéonécroses des mâchoires dues à des traitements
  • Opérer des kystes et des tumeurs bénignes des mâchoires
  • Repérer et rendre en charge des complications liées à une chirurgie

Éléments de programme :

  • Examen clinique ;
  • Prescription d'examens complémentaires : prélèvements locaux (examen direct et culture), examen cytologique et histologique, sérodiagnostics, imagerie médicale ;
  • Prendre en charge de manière coordonnée certaines maladies osseuses qui le nécessitent : dysplasie fibreuse, tumeur brune des mâchoires, naevomatose baso-cellulaire…) ;
  • Adapter le traitement thérapeutique des mâchoires avec les anti-résorbeurs ;
  • Reconstruction ;
  • Suivi.

Orientation prioritaire n°157 - Nouvelles techniques chirurgico-orthodontiques d’ancrage osseux

Les ancrages osseux font aujourd'hui partie des traitements orthodontiques chez l'enfant et chez l'adulte (mini-plaques d’ancrage, mini-vis trans-gingivales, micro-vis sous-muqueuses) et ils nécessitent une chirurgie orale. 

Fiche de cadrage (2 pages : n°489 et 490)

Objectif de la formation :

  • Optimiser les résultats thérapeutiques en cas d'ancrage osseux dans le cadre d'un traitement orthodontique

Éléments de programme :

  • Connaître les différents dispositifs d'ancrages : mini-plaques d’ancrage, mini-vis trans-gingivales, micro-vis sous-muqueuses ;
  • Savoir quand indiquer un ancrage osseux ;
  • Connaître les techniques et les pratiques chirurgicales.

Orientations prioritaires de DPC pour les chirurgiens-dentistes omnipraticiens

Orientation prioritaire n°158 - Dentisterie préventive, endodontique et restauratrice contemporaine

Le chirurgien-dentiste dépiste les pathologies de manière de plus en plus précoce. Il prend en charge avec de nouvelles techniques de conservation de la vitalité pulpaire et d'économie tissulaire. De nouveaux traitements et matériaux apparaissent aussi en dentisterie restauratrice. Les besoins d'intervention sont multiples.

Fiche de cadrage (2 pages : n°491 et 492)

Objectifs de la formation :

Éléments de programme :

  • La prévention ;
  • Utilisation d'une digue dentaire en dentisterie restauratrice ou endodontique ;
  • Restauration et reconstruction d'un organe dentaire ;
  • Traitements sur des dents dépulpées ;
  • Occlusion fonctionnelle ;
  • Dépistage des dysfonctions et dysmorphoses de l'appareil manducateur.

 Orientation prioritaire n°159 - Prise en charge de l’édentement

L’édentation (totale ou partielle) a des conséquences multiples sur la santé et la qualité de vie. Les avancées technologiques permettent aujourd’hui de traiter un nombre important d’indications pour offrir au patient une solution efficace sur le plan esthétique et fonctionnel. L'implantologie ets une des solutions qui se démocratise. On observe une hausse des complications liées aux implants.

Fiche de cadrage (2 pages : n°493 et 494)

Objectifs de la formation :

  • Prendre en charge les édentements
  • Conseiller et mettre en place un traitement 
  • Mettre en place une stratégie de maintenance implantaire adaptée

Éléments de programme :

  • Les types d'édentements ;
  • Le diagnostic et la prise en charge des édentements ;
  • Le traitement implantaire et les situations de contre-indications ;
  • Le processus d'un traitement implantaire depuis l'analyse pré-implantaire au suivi ;
  • La prévention et les traitements des maladies pré-implantaires.

Orientation prioritaire n°160 - Numérique et odontologie

Les cabinets dentaires bénéficient aujourd'hui des techniques numériques qui impactent de plus en plus les prises en charge. Il devient nécessaire de s'équiper et de se former.

Fiche de cadrage (2 pages : n°495 et 496)

Objectifs de la formation :

  • Comprendre et maîtriser les techniques numériques en odontologie

Éléments de programme :

  • La photographie numérique ;
  • La radiologie 3D et les obligations réglemntaires ;
  • Les différents outils numériques existants ;
  • Les indications cliniques en implantologie, prothèse, orthodontie, occlusodontie, chirurgie, endodontie ;
  • Les prothèses fixées et amovibles conçues et fabriquées avec l'assistance d'un ordinateur ;
  • Le traitement orthodontiques par aligneurs ;
  • L'intelligence artificielle en odontologie.

 Orientation prioritaire n°161 - Prise en charge des patients à risques médicaux et/ou vulnérables au cabinet dentaire

Les patients à risques (femmes enceintes, personnes âgées, patients atteints de patologie cardiaques, ostéoporose, cancer, diabète, patients prenant des médicaments, etc.) est une réalité quotidienne en cabinet dentaire. Le chirurgien dentiste doit mettre en place des dispositifs de détection des patients risquant de faire une complication.

Fiche de cadrage (2 pages : n°497 et 498)

Objectifs de la formation :

  • Savoir identifier les patients à risques
  • Mettre en place des dispositifs d'identification des patients à risques 
  • Limiter les complications des actes dentaires

Éléments de programme :

  • Les processus à mettre en place pour reconnaître les patients à risques : questionnaire, examen clinique, relation entre professionnels... ;
  • La prise en charge des patients à risques ;
  • La prise en charge des complications éventuelles.

Orientation prioritaire n°162 - Diagnostic, prévention et traitement des pathologies muqueuses et osseuses bucco-dentaires et de leurs conséquences

Compte tenu du vieillissement de la population et du lien avéré entre maladies chroniques et maladies bucco-dentaires, le traitement de maladies parodontales est un enjeu de santé majeur.

Fiche de cadrage (2 pages : n°499 et 500)

Objectifs de la formation :

  • Repérer et diagnostiquer une lésion dermatologique buccale
  • Organiser la prise en charge

Éléments de programme :

  • La prévention, le diagnostic et les traitements des maladies parodontales ;
  • Les techniques de chirurgie mucogingivale ;
  • Les techniques de greffes osseuses.

Orientations prioritaires de DPC pour les chirurgiens-dentistes spécialisés en médecine bucco-dentaire

Orientation prioritaire n°163 - Dépistage des déficiences et incapacités masticatoires

Les problèmes de mastication ont d'importantes conséquences sur l'individu : problèmes de salivation, de déglutition, de digestion des aliments, mais aussi de transit intestinal et plus largement d'équilibre alimentaire.

Fiche de cadrage (2 pages : n°501 et 502)

Objectifs de la formation :

  • Connaître la physiologie liée à la mastication ;
  • Savoir dépister un trouble de la mastication ;
  • Mettre à jour ses connaissances.

Éléments de programme :

  • Les liens entre mastication et digestion ;
  • L'évaluation physiologique de la mastication et de la déglutition ;
  • Les dysphagies oro-pharyngées ayant une origine bucco-dentaire ;
  • Les soins conservateurs ;
  • Le suivi après traitement (prothèse, orthèse, implants...) ;
  • Les substituts salivaires ;
  • L'adaptation du régime alimentaire ;
  • L'évaluation de la mastication grâce à des tests valides et fiables ;
  • L'information des professionnels de santé en cas de trouble nutritionnel.

Orientation prioritaire n°164 - Prévention et traitement des pathologies bucco-dentaires des personnes âgées atteintes de troubles neuro-cognitifs

La santé bucco-dentaire des personnes âgées avec troubles neuro-cognitifs est un enjeu de santé publique. Le vieillissement de la population accentue l'importance d'un dépistage et d'une prise en charge adaptés, notamment ches les personnes en EHPAD ou isolées.

Fiche de cadrage (2 pages : n°503 et 504)

Objectifs de la formation :

  • Proposer un parcours de soins personnalisé (PPS)
  • Mettre en place un plan de traitement adapté

Éléments de programme :

  • L'impact des pathologies générales, des co-morbidités et des traitements sur la santé orale des personnes âgées ;
  • Les pathologies bucco-dentaires des sujets âgés ;
  • Le repérage des troubles de la mastication ;
  • Les décisions thérapeutiques complexes avec concertation pluridisciplinaire et PPS ;
  • La mise en place, le suivi, les étapes d'un parcours de soins personnalisé ;
  • Le rôle de la sédation et de l'anesthésie générale ;
  • Les avulsions dentaires ;
  • La place d'un la réhabilitation prothétique ;
  • Les soins dentaires conservateurs ;
  • Les bénéfices d'un traitement ;
  • Le rôle du chirurgien dentiste dans le système de soins lié aux personnes âgées.

Orientation prioritaire n°165 - Prise en charge odontologique des patients après irradiation cervico-faciale en cancérologie

Les patients irradiés dans le cadre de leur traitement anti-cancer sont de plus en plus nombreux à faire appel aux chirurgiens dentistes hospitaliers ou en cabinet dentaire.

Fiche de cadrage (2 pages : n°505 et 506)

Objectifs de la formation :

  • Prendre en charge sans faire prendre de risques supplémentaires aux patients concernés ;
  • Prendre en charge les patients en conformité avec des recommandations de sociétés savantes.

Éléments de programme :

  • Connaître les conséquences de l'irradiation sur la cavité orale : fibrose, hypovascularisation, hyposialie, limitation d’ouverture buccale ;
  • Identifier les caractéristiques des caries sur des dents irradiées ;
  • Mettre en place une prévention et des traitements adaptés ;
  • Réhabiliter les prothèses après irradiation ;
  • Connaître les indications et contre-indications des implants ;
  • Assurer un suivi sur le long terme.

Les formations DPC pour les chirurgiens-dentistes

La liste officielle des formations DPC agréées est disponible sur le site de l’ANDPC.

165 actions de DPC sont spécifiquement destinées aux chirurgiens-dentistes dans les différentes spécialités de la profession (orthopédie dento-faciale, chirurgie orale et médecine bucco-dentaire).

Ces formations sont proposées par des associations, des organismes privés de formation professionnelle continue, des universités, etc. Elles peuvent prendre différents formats : formation classique en présentiel, formation en e-learning ou format mixte.

Le financement d’une formation DPC pour les chirurgiens-dentistes: suivre une action de DPC représente un certain budget, qui peut faire l’objet d’un financement sous certaines conditions.

Combien coûte une action de DPC pour chirurgien-dentiste ?

En 2022, le prix d’une formation de DPC pour un chirurgien-dentiste est compris entre 135 € et 1 000 €, voire plus de 1 500 € pour certaines. Ces prix varient selon que la formation est dispensée en présentiel, en e-learning ou en classe virtuelle.

Selon le lieu et la durée de la formation, des frais supplémentaires de déplacement, de restauration et de logement sont à prévoir. L’absence de revenus doit aussi être prise en considération.

Les forfaits DPC chirurgien-dentiste

L’ANDPC accorde une aide financière au professionnel de santé qui s’engage dans une formation DPC. Cette prise en charge se fait sous la forme d’un forfait.

Les règles et les modalités d’attribution des forfaits DPC chirurgien-dentiste, en vigueur en 2022, sont les suivantes :

  • Le nombre d’heures prises en charge est de 14 par an.
  • La prise en charge concerne les praticiens libéraux conventionnés ou les salariés exerçant en centre de santé conventionné.
  • Les actions de DPC d’une durée inférieure à 3 h ne sont pas prises en charge.
  • L’aide financière comprend une indemnisation versée directement au dentiste pour perte de revenus et des frais pédagogiques versés à l’organisme formateur agréé.
  • Les montants versés dépendent du format de suivi des cours et de la durée de l’action de DPC. Pour plus de précisions, consultez la fiche forfait de prise en charge des chirurgiens-dentistes.

Les actions de DPC suivies les jours fériés et les dimanches ne donnent pas droit à une indemnisation.

Les autres aides financières

Il existe d’autres moyens pour financer sa formation continue, par exemple :

  • en tant que professionnel libéral, vous bénéficiez du Fonds Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux (FIFPL) ;
  • le Compte Personnel de Formation (CPF) pour les chirurgiens-dentistes ;
  • l’Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier (ANFH) ;
  • les Opérateurs de Compétences (OPCO Santé) pour le secteur privé ;
  • le crédit d’impôt qui permet de déduire jusqu’à 40 h de formation par an, au taux horaire de 10,57 € (taux horaire net du SMIC en vigueur au 01/01/2022).
  • La déduction en charge des frais annexes liés à la formation (repas, hébergement, transport…) sur la déclaration d’impôts.

Associations et liens utiles

  • ONCD - Ordre National des Chirurgiens Dentistes
    Créé en 1945, l’ONCD est un organisme privé chargé par le législateur d’une mission de service public. Il veille au maintien des principes de moralité, de probité et de compétence indispensables à l’exercice de la profession de chirurgien dentiste.
    Site : https://www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr
  • ADF - Association Dentaire Française
    Créée en 1970, l’ADF participe à la formation, à l’accompagnement et à la défense des droits des chirurgiens-dentistes.22 avenue de la Grande armée - 75017 Paris
    Site : https://www.adf.asso.fr/
  • UNECD – Union Nationale des étudiants chirurgiens dentistes
    22 avenue de la Grande Armée - 75017 Paris
    Créée en 1961, l’UNECD fédère les associations représentatives indépendantes des 15 facultés de chirurgie dentaire. Elle effectue la triple mission de représentation des étudiants, services aux étudiants et animation de la faculté.
    Site : https://www.unecd.com/
  • Vous voulez sauver des vies via des formations sur-mesure ?
  • Vous voulez former votre personnel aux gestes qui sauvent ?
  • Besoin d'un audit de formation, d'un accompagnement personnalisé ou d'une aide spécifique ?

Trouvez les meilleures formations AFGSU & Premiers secours obligatoires