Chirurgien thoracique | Métier, formation et salaire (2024)

Article mis à jour le : 19 avril 2024

Correction de cardiopathies congénitales chez l’enfant, pontage coronarien, transplantation cardiaque, mais aussi chirurgie des anévrismes et des varices, prise en charge des pneumothorax, des patients atteints de cancers thoraciques…

La chirurgie thoracique et cardiovasculaire est une spécialité vaste et hyperspécialisée.

Vous souhaitez en savoir plus sur le métier de chirurgien thoracique et cardiovasculaire ? Quelles sont les études et les qualités requises ? Quels sont les salaires et les spécialisations possibles ? Découvrez tout ce qu’il faut connaître pour devenir chirurgien thoracique et cardiovasculaire.

Chirurgien thoracique métier

Le métier de chirurgien thoracique en France

Qu’est-ce qu’un chirurgien thoracique ?

Le chirurgien thoracique, ou plus précisément, le chirurgien thoracique et cardiovasculaire, est un médecin spécialisé dans la prise en charge de tous les organes situés dans la poitrine (cœur, poumons, trachée, œsophage, diaphragme, paroi thoracique, veines et artères…).

Quel est le rôle d'un chirurgien thoracique et cardiovasculaire ?

Le chirurgien thoracique et cardio-vasculaire étudie et traite chirurgicalement une gamme très étendue de pathologies, qu’elles soient d’origine congénitale, acquise ou bien consécutive à un traumatisme. Les motifs de consultation les plus fréquents sont :

  • Pneumothorax
  • Hernie diaphragmatique
  • Traumatismes thoraciques sévères et plaies du thorax
  • Tumeurs bénignes et cancers thoraciques (poumons, trachée, bronches, plèvre, paroi thoracique…)
  • Cardiopathies et malformations cardiaques congénitales
  • Assistance (ECMO, LVAD) et transplantation cardiaque et pulmonaire
  • Pontages coronariens, dissection aortique aiguë, anévrisme
  • Maladies des valves cardiaques
  • Chirurgie thyroïdienne et parathyroïdienne

Au quotidien, chirurgien thoracique collabore avec de nombreux médecins et professionnels de santé : des cardiologues, pneumologues, médecins vasculaires, radiologues, oncologues, kinésithérapeutes, etc. En bloc opératoire, il travaille en étroite relation avec une équipe chirurgicale composée d’anesthésistes-réanimateurs, de perfusionnistes et d’infirmières spécialisées.

Le chirurgien thoracique et cardiovasculaire prend en charge aussi bien les enfants que les adultes, pour des opérations programmées ou dans le cadre des urgences chirurgicales.

Il est formé à l’utilisation d’un large panel de techniques chirurgicales, des plus conventionnelles (thoracotomie) et chirurgies mini-invasives (vidéothoracoscopie), ainsi qu’à de nouvelles méthodes, comme la chirurgie thoracique vidéo ou robot-assistée et la chirurgie endovasculaire.

Les missions principales du chirurgien thoracique et cardiovasculaire

Activité de consultation

  • Procède à l’anamnèse et à l’examen clinique
  • Consulte les résultats d’analyses préliminaires
  • Prescrit des examens complémentaires (analyse sanguine…) et des explorations fonctionnelles (échographie, fibroscopie…) en cas de besoin
  • Interprète les résultats et établit un diagnostic
  • Évalue le degré d’urgence
  • Détermine le traitement chirurgical le plus approprié en fonction de la pathologie et de l’état de santé du patient
  • Informe le malade et sa famille du diagnostic, des modalités d’intervention, des bénéfices attendus et des risques
  • Obtient le consentement du patient
  • Envoie le patient en consultation d’anesthésie
  • Programme l’intervention chirurgicale

Activité chirurgicale

  • Organise l’opération (réserve le bloc opératoire, constitue l’équipe, présente le dossier médical…)
  • Pratique l’intervention chirurgicale selon le plan de traitement défini
  • Prend des décisions dans l’urgence et réadapte son geste chirurgical en cas d’imprévus
  • Consultation post-opératoire
  • Assure le suivi postopératoire du patient
  • Prescrit les conditions de réhabilitation (traitement, alimentation, sonde…)
  • Dispense aux patients une éducation thérapeutique adaptée
  • Gère la sortie en évaluant le contexte et les besoins du patient
  • Rédige le compte-rendu opératoire pour le médecin traitant

Activités annexes

  • Recherche
  • Enseignement
  • Intervention dans les services d’urgence
  • Participe aux réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP)

Quel est le profil requis pour devenir chirurgien thoracique ?

Il doit posséder des compétences scientifiques de haut niveau, comme c’est le cas pour toutes les spécialités chirurgicales, et faire preuve de qualités personnelles plus spécifiques :

  • Dextérité et minutie
  • Rigueur scientifique
  • Adaptabilité
  • Capacité décisionnelle, notamment dans l’urgence
  • Résistance physique et résilience face au stress (les interventions peuvent être longues, complexes et émotionnellement éprouvantes)
  • Empathie
  • Goût pour le travail en équipe et l’innovation technologique
  • Sens de l’éthique
formation chirurgie thoracique

Existe-t-il une différence entre un chirurgien thoracique et cardio-vasculaire et un chirurgien vasculaire ?

Oui. Tous les deux sont des chirurgiens, mais le chirurgien vasculaire est formé uniquement à la prise en charge des maladies des vaisseaux du corps entier (veines, artères et vaisseaux lymphatiques).

Le chirurgien thoracique et cardio-vasculaire est quant à lui formé pour traiter un éventail bien plus large de pathologies se situant dans la région thoracique. L’étendue de son champ d’intervention l’incite d’ailleurs souvent à se spécialiser, soit en chirurgie thoracique et vasculaire, soit en chirurgie cardiaque.

Où travaille un chirurgien thoracique et cardiovasculaire ?

La majorité des chirurgiens cardiothoraciques exercent dans des grands centres hospitalo-universitaires et des établissements spécialisés.

Les chirurgiens qui s’orientent vers la chirurgie thoracique et vasculaire ont davantage de possibilités dans les hôpitaux périphériques et les établissements privés.

Certains chirurgiens thoraciques et cardiovasculaires intègrent des équipes de recherche ou travaillent pour des organismes humanitaires (Médecins du monde, Médecins sans frontières, La chaîne de l’espoir…).

Quel est le salaire des chirurgiens thoraciques et cardio-vasculaires ?

Le niveau de rémunération des chirurgiens est élevé, mais peut varier considérablement en fonction de plusieurs facteurs, tels que :

  • La surspécialisation du chirurgien, son expérience et sa notoriété
  • Le secteur d’exercice (public ou privé) et de conventionnement (secteur 1 ou 2)
  • L’emplacement géographique de l’établissement qui l’emploie (salaire plus élevé à Paris qu’en province…)
  • Le volume de la patientèle, le nombre de gardes assurées, etc.

Le salaire des chirurgiens thoraciques qui travaillent dans un établissement public est déterminé par l’État. D’après l’Arrêté du 29 juin 2023, ils perçoivent 55 607 € bruts annuels en début de carrière (1er échelon) et 112 416 € en fin de carrière (échelon 13), auxquels s’ajoutent diverses primes et indemnités.

Les chiffres clés de la profession de chirurgien thoracique

  • En 2022, on dénombrait 534 chirurgiens thoraciques en France (soit une densité moyenne nationale d’environ 0,8 chirurgien pour 100 000 habitants).
  • Le taux de féminisation est de 49 %.
  • L’âge moyen des chirurgiens thoraciques français est de 51 ans.
  • Environ 40 % des chirurgiens thoraciques sont salariés dans le milieu hospitalier, 25 % exercent en libéral et 35 % ont une activité mixte.
  • Le nombre de places ouvertes en internat de chirurgie thoracique est stable (25 en 2023-2024 comme en 2022-2023).

La formation du chirurgien thoracique et cardiovasculaire

La formation d’un chirurgien thoracique et cardiovasculaire dure 12 ans.

Quel diplôme faut-il pour être chirurgien thoracique ?

Pour pouvoir exercer en tant que chirurgien thoracique, il faut être titulaire d’un diplôme d’études spécialisées (DES) de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire.

Quelles études suivre pour devenir chirurgien thoracique ?

Avec un baccalauréat scientifique en poche, le cursus pour devenir chirurgien thoracique comprend 3 cycles :

  • Un 1er cycle de 3 ans qui regroupe une 1ere année de LAS ou de PASS (donnant accès aux études médicales) et deux années supplémentaires d’enseignements théoriques des sciences fondamentales. Il est sanctionné par l’obtention du Diplôme de Formation Générale en Sciences médicales (DFGSM) reconnu de niveau Licence.
  • Un 2e cycle de 3 ans durant lequel l’étudiant approfondit ses connaissances, notamment en pathologie et physiopathologie, et effectue des stages hospitaliers dans des services agréés. Il se termine par l’obtention du Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Médicales (DFASM).
  • Un 3e cycle (ou internat) de 6 ans qui correspond à la phase de spécialisation en chirurgie thoracique et cardiovasculaire.

Quel est le programme du DES Chirurgie thoracique et cardiovasculaire ?

Depuis la réforme du 3e cycle des études de santé, comme tous les autres DES, le DES de Chirurgie thoracique et cardio-vasculaire est organisé en 3 phases :

  • Phase socle (1 an) : Acquisition des connaissances de base de la spécialité et de compétences communes à d’autres spécialités et nécessaires à l'exercice de la profession.
  • Phase d'approfondissement (3 ans) : C’est pendant cette phase que l’interne prépare et soutient sa thèse pour obtenir le titre de docteur.
  • Phase de consolidation (2 ans) : Période de mise en autonomie progressive sous la supervision de médecins seniors et pendant laquelle l’interne change de statut et devient Docteur junior.

L’objectif de la formation est de permettre à l’étudiant d’acquérir les compétences cliniques, techniques et comportementales nécessaires à l’exercice de son futur métier, c’est-à-dire :

  • Assurer une consultation, une consultation d'annonce, une garde d'urgence
  • Diagnostiquer et traiter les pathologies de la spécialité
  • Maîtriser l'utilisation de tous les dispositifs médicaux nécessaires
  • Effectuer les interventions de la spécialité (programmées ou d’urgences vitales)
  • Prévenir et traiter les complications postopératoires
  • Connaître l'organisation et la réglementation de l'exercice professionnel du chirurgien thoracique
  • Travailler en équipe, assurer un leadership en cas de besoin, animer des réunions de concertation pluridisciplinaire

La formation du chirurgien thoracique et cardiovasculaire repose sur l’association d’un enseignement théorique centré sur la simulation (simulation sur cadavres reperfusés, simulateurs virtuels) et d’un enseignement pratique réalisé dans des services agréés.

Formation théorique

  • E-learning et visioconférences (enseignement en autonomie)
  • Exercices de simulation et de mises en situation (enseignements supervisés)
  • Participation à des séminaires nationaux ou régionaux
  • Participation à un congrès annuel de la spécialité

Formation pratique (12 stages)

  • Au moins 8 stages dans la spécialité (chirurgie thoracique, chirurgie cardiaque adulte, chirurgie vasculaire…)
  • Au moins 1 stage hors spécialité, dans un lieu agréé en médecine cardiovasculaire, médecine vasculaire, pneumologie, anesthésie-réanimation, médecine intensive-réanimation, chirurgie vasculaire ou radiologie et imagerie médicale
  • Au moins 8 stages dans un service avec encadrement universitaire
  • Au moins 1 stage dans un service sans encadrement universitaire

Pour compléter sa formation, l’interne en Chirurgie thoracique peut suivre une formation spécialisée transversale (FST) de Chirurgie en situation de guerre ou de catastrophe.

Le programme détaillé de la formation et les différentes modalités de validation du DES sont consultables sur la maquette du DES.

Quelles sont les conditions d’admission en DES Chirurgie thoracique et cardiovasculaire ?

Les internes sont admis dans la spécialité Chirurgie thoracique et cardiovasculaire après validation de leur 2e cycle de formation médicale et en fonction de leur classement aux Épreuves Classantes Nationales (ECN).

En 2023-2024, le nombre de places ouvertes en chirurgie thoracique et cardiovasculaire est de 25.

Comment se préparer aux études de chirurgie cardiothoracique ?

Des livres, des outils numériques et des séminaires de simulation sont disponibles pour aider les étudiants dans leurs études :

  • Guide du candidat aux ECOS nationaux 2024.
  • Plateforme UNESS (Université numérique en santé et sport).
  • Webinars de la Société française de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire (SFCTCV).
  • Bootcamp de formation par la simulation en chirurgie thoracique et cardiovasculaire.
  • Journal de chirurgie thoracique et cardiovasculaire de la SFCTCV.

Le prix des études pour devenir chirurgien thoracique et cardiovasculaire

En France, le coût des études pour devenir chirurgien cardiothoracique est élevé. La formation est longue et les postes de dépense sont nombreux :

  • Droits d’inscription en faculté de médecine (502 € par an en DES).
  • Contribution de vie étudiante et de campus (CVEC), de 100 € en 2024.
  • Frais d’inscription à des préparatoires privées (entre 4 000 et 7 000 €/an). Non-obligatoires, les étudiants y adhèrent souvent pour préparer les examens classants de fin de 1e année et de 6e année.
  • Achat de matériel pédagogique (référentiels, livres, blouses, chaussures)
  • Transport et frais de vie courante (hébergement, repas…).

Les aides pour financer les études d’un chirurgien thoracique

En contrepartie de leur contribution à la production de soins, les étudiants en médecine sont payés dès leur 4e année et jusqu’à l’obtention de leur DES. Le détail de leur rémunération est consultable dans notre article dédié aux internes de médecine.

De plus, comme n’importe quel autre étudiant, ils peuvent bénéficier de différentes aides pour financer leur formation :

  • Bourse sur critères sociaux (BCS) attribuée par le CROUS
  • Aide au mérite
  • Aide personnalisée au logement (APL)
  • Contrat d’engagement service public (CESP) en échange d’une installation sur un territoire donné pendant une période définie
  • Aide de la région
  • Prêt bancaire garanti par l’État
  • Prix et bourses Master 2 et de mobilité

Poursuite d’études et évolutions de carrière du chirurgien thoracique

La chirurgie thoracique et cardiovasculaire est une spécialité vaste et variée et dans laquelle les innovations technologiques sont nombreuses.

Pour suivre l’évolution de sa discipline, le chirurgien thoracique et cardio-vasculaire peut continuer à se former tout au long de sa vie professionnelle. Grâce à la formation continue, il a la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences ou de se perfectionner dans le but d’améliorer la prise en charge de ses patients, de minimiser les complications post-opératoires, etc.

Le chirurgien cardiothoracique peut se spécialiser dans la chirurgie valvulaire, la transplantation, la chirurgie endovasculaire…) ou d’orienter sa carrière vers un nouveau mode d’exercice (carrière hospitalo-universitaire, recherche…).

De nombreuses formations complémentaires sont proposées par des universités (DU, DIU), par des sociétés savantes ou des industriels en lien avec la spécialité :

  • DIU Techniques chirurgicales vasculaires
  • DIU Thoracoscopie interventionnelle
  • DIU Lasers médicaux
  • DIU Microchirurgie
  • DU Chirurgie valvulaire cardiaque
  • DIU Oncologie thoracique médico-chirurgicale
  • DIU Anatomie fonctionnelle
  • DU Cœur artificiel et assistance circulatoire
  • DU ECMO
  • DIU Circulation extracorporelle
  • Formation Prise en charge mini-invasive endovasculaire des valvulopathies cardiaques et des pathologies de l’aorte thoracique
  • Formation à la RAAC (Réhabilitation améliorée après chirurgie cardio-vasculaire)
  • Formation à la chirurgie mini-invasive thoracique (VATS et RATS)
  • Master Recherche

Quelles formations suivre lorsqu’on est chirurgien thoracique et cardiovasculaire ?

La chirurgie thoracique et cardiovasculaire est une spécialité à la fois vaste et hyperspécialisée. Elle allie savoir-faire technique et multidisciplinarité, en étant en relation constante avec les cardiologues, pneumologues, anesthésistes-réanimateurs, oncologues, etc. De plus, il s’agit d’une spécialité transversale qui profite de l’essor important de nouvelles technologies.

Pour toutes ces raisons, le chirurgien thoracique et cardiovasculaire doit compléter sa formation initiale en suivant des formations professionnelles complémentaires.

La formation continue du chirurgien thoracique et cardiovasculaire

L’offre de formations professionnelles disponibles pour les chirurgiens thoraciques et cardiovasculaires est vaste et variée. Elle lui permet de couvrir tous les champs d’application de sa discipline.

Ces formations peuvent être diplômantes, certifiantes ou qualifiantes (attestations universitaires, diplômes universitaires et interuniversitaires, masters…) et sont dispensées par des universités, des centres hospitaliers ou des organismes privés de formation professionnelle :

  • DIU Oncologie pulmonaire
  • DU Médecine de catastrophe
  • DU Chirurgie robotique
  • CESU Chirurgie humanitaire
  • Master Management des organisations de santé
  • DESU Recherches microchirurgicales

Parmi les formations disponibles, on trouve également des sessions de formations courtes, proposées lors de symposiums scientifiques d’associations de professionnels ou de sociétés savantes, des MOOC, des webinairs, des boot camp, etc.

Le développement professionnel continu (DPC) du chirurgien thoracique et cardiovasculaire

Le développement professionnel continu (DPC) est un dispositif de formation continue initié par la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé et Territoires) de 2009 et effectif depuis le 1er janvier 2013. Il oblige chaque professionnel de santé, et quel que soit son mode d’exercice, à se former tout au long de sa carrière.

Les orientations pluriannuelles prioritaires de DPC pour le chirurgien thoracique et cardiovasculaire

Pour répondre à son obligation triennale de DPC, le chirurgien thoracique et cardiovasculaire doit participer à une action de formation proposée par un organisme formateur agréé. Pour être conforme aux exigences du DPC, cette formation doit porter sur au moins une des orientations nationales prioritaires.

2 orientations nationales destinées aux chirurgiens thoraciques et cardiovasculaires ont été fixées par l’État :

Certaines orientations concernent les chirurgiens thoraciques et cardiovasculaires, entre autres spécialités :

  • 16 - Déploiement de l’activité physique adaptée (APA) (pages 67 à 70)
  • 17 - Repérage et prise en charge des troubles nutritionnels (pages 71 à 75)
  • 23 - Diagnostic précoce et prise en charge de l’endométriose (pages 95 à 97)
  • 29 - Prise en charge du « blessé de guerre » par le service de santé des armées (SSA) (pages 114 à 116)
  • 34 - Amélioration de la pertinence des actes chirurgicaux (pages 131 à 133)
  • 37 - Intégration d’une démarche de décision médicale partagée (pages 139 à 143)

Par ailleurs, les orientations 1 à 15 concernent toutes les professions médicales.

Orientation prioritaire n°66 - Prévention, détection et prise en charge des complications postopératoires

En chirurgie thoracique et cardiovaculaire (CTCV), l’utilisation de la circulation extra-corporelle et/ou de la ventilation uni-pulmonaire expose à des défaillances d’organes et à un stress physiologique secondaire. S'ajoutent généralement des actes thérapeutiques invasifs. Les conséquences peuvent être réduites en améliorant la connaissance, la prévention, l'identification et la gestion des complications.

Fiche de cadrage (3 pages : n° 246 à 248)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer la sécurité globale du parcours de soins des patients opérés en CTCV ;
  • Réduire l'incidence des complications potopératoires.

Éléments de programme :

En préopératoire

  • Connaissances sur le risque opératoire ;
  • Scores de risques en CTCV : Euroscore, Eurolung, thoracoscore ;
  • Risque chez les personnes âgées et en pédiatrie ;
  • Recommandations de pratiques nationales et internationales ;
  • Prévention du risque infectieux ;
  • Facteurs de risques correctibles et émergents ;
  • Information du patient et de ses proches.

Lors de la chirurgie et en aval

  • Gestion des complications peropératoires ;
  • Communication en équipe ;
  • Surveillance postopératoire ;
  • Dépistage des complications après chirurgie ;
  • Réinterventions chirurgicales ;
  • Analyse des pratiques.

Orientation prioritaire n°67 - Prise en charge de l’insuffisance cardio-respiratoire aiguë et chronique relevant de l’implantation d’un DACM de courte ou de longue durée

L'insuffisance cardio-respiratoire (ICR) aigüe ou chronique peut justifier l'implantation d'un dispositif d’assistance circulatoire mécanique (DACM) temporaire ou de longue durée.

Fiche de cadrage (3 pages : n° 249 à 251)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer les soins ;
  • Promouvoir les bonnes pratiques ;
  • Réduire les événements indésirables graves.

Éléments de programme :

  • Pratiques professionnelles ;
  • Indications pour les DACM ;
  • Maîtrise des risques ;
  • Parcours de soins multidisciplinaire ;
  • Techniques d'implantation ;
  • Principes éthiques ;
  • Préservation et évaluation de la fonction d'organes ;
  • Démarche d'équipe multidisciplinaire ;
  • Suivi des indicateurs.

Bon à savoir. Outre l’engagement dans une action de formation s’inscrivant dans le cadre des orientations prioritaires, le chirurgien thoracique cardiovasculaire peut effectuer une démarche d’accréditation afin de répondre à son obligation triennale de DPC.

L’accréditation concerne en effet les spécialités dites « à risque », dont il fait partie. Elle peut être réalisée à titre individuel ou en équipe mono-disciplinaire. Pour plus de renseignements, consultez les programmes de l’accréditation individuelle et de l’accréditation en équipe.

Les formations DPC pour chirurgien thoracique et cardiovasculaire

La liste officielle des formations agréées par l’Agence nationale de DPC est disponible sur le site de l’ANDPC.

Certaines formations sont spécifiquement destinées à la profession, d’autres peuvent concerner plusieurs disciplines médicales. À ce jour, 20 formations sont dédiées aux orientations prioritaires concernant les chirurgiens thoracique et cardiovasculaire.

Ces formations sont proposées par des associations, des organismes privés de formation professionnelle continue, des universités, etc. Elles peuvent prendre différents formats : formation classique en présentiel, formation en e-learning ou format mixte.

Le financement d'une formation

Pour la plupart payantes, les formations complémentaires suivies par un chirurgien thoracique et cardiovasculaire peuvent parfois entraîner des dépenses substantielles.

En effet, outre les frais pédagogiques de la formation – compris entre 300 € et 3 000 €, en moyenne – des frais annexes sont à prévoir : frais de transport, de logement, de restauration, sans oublier l’absence de revenus pendant la durée de la formation !

Sous certaines conditions, le coût total de ces formations peut faire l’objet d’un financement.

Les forfaits DPC chirurgien thoracique et cardiovasculaire

L’ANDPC accorde une aide financière au chirurgien thoracique et cardiovasculaire qui participe à une action de formation respectant les orientations nationales prioritaires. Cette prise en charge, partielle ou totale, se fait sous la forme d’un forfait de DPC.

Les détails sur les règles et les modalités d’attribution, ainsi que les montants alloués, sont consultables sur la Fiche forfaits DPC chirurgien thoracique et cardiovasculaire.

Pour davantage de détails : PDF www.mondpc.fr

Les autres aides financières pour le chirurgien cardiovasculaire

Le chirurgien thoracique et cardiovasculaire dispose d’autres moyens pour financer sa formation continue :

  • Fonds Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux (FIFPL) ;
  • Compte Personnel de Formation (CPF) ;
  • Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier (ANFH) ;
  • Opérateurs de Compétences (OPCO Santé) pour le secteur privé ;
  • L’autofinancement et la possibilité d’obtenir un crédit d’impôt (jusqu’à 40 h de formation déduites par an, au taux horaire net du SMIC en vigueur) et la déduction en charge des frais annexes liés à la formation (repas, hébergement, transport…).

Le quotidien d’un chirurgien thoracique et cardio-vasculaire

Le chirurgien thoracique et vasculaire exerce une spécialité passionnante, que ce soit sur le plan technique, intellectuel ou émotionnel. Certains aspects de la profession sont cependant difficiles.

Les avantages

  • Spécialité diversifiée, polyvalente et multidisciplinaire
  • Satisfaction d’exercer une spécialité médicale vitale
  •  Métier dynamique et en pleine évolution grâce à l’innovation technologique
  • Salaires attractifs
  • Reconnaissance en tant que médecin hautement spécialisé

Les difficultés

  • Études longues et très sélectives
  • Rythme de travail soutenu (nombreuses gardes et astreintes, pression…)
  • Nombre restreint de postes

Associations utiles pour les chirurgiens thoraciques et cardiovasculaires

  • AJCTCV - Association des jeunes chirurgiens thoraciques et cardiovasculaires

Créée en 2009, l’AJCTCV a pour vocation de représenter et d’accompagner les internes, chefs de clinique et assistants de la spécialité tout au long de leur parcours.

Site web : Page Facebook de l’AJCTCV

  • CFCTCV – Collège français de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire

Le CFCTCV a été créé en 1987 avec pour objectif d’assurer la formation initiale des chirurgiens thoraciques et cardio-vasculaires et de veiller à la qualité de l’enseignement de la discipline.

Site web : https://www.sfctcv.org/entites-ctcv/college/presentation-college/

  • SFCTCV – Société française de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire

Association régie par la loi du 1er Juillet 1901, la SFCTCV a pour objectif le développement de la spécialité sous tous ses aspects, la formation des spécialistes de la discipline et la représentation, notamment auprès des pouvoirs publics, de l’ensemble de la profession.

Site web : https://www.sfctcv.org/
  • Vous voulez sauver des vies via des formations sur-mesure ?
  • Vous voulez former votre personnel aux gestes qui sauvent ?
  • Besoin d'un audit de formation, d'un accompagnement personnalisé ou d'une aide spécifique ?