Formation Addiction sexuelle : objectifs, durée, prix (2022)

Identifiée dans les années 1970, l’addiction sexuelle est une pathologie plus répandue qu’on ne le croit. En effet, 3 à 6 % de la population mondiale en seraient atteints selon des études américaines et australiennes. Les chiffres sont difficiles à évaluer, car les personnes atteintes ont du mal à faire la démarche de consulter pour se faire aider.

Pour les professionnels de santé, il est important d’être formé à l’identification des symptômes, à la prévention et à la prise en charge de cette pathologie. Il est aujourd’hui possible de suivre une formation à l’addiction sexuelle en session de formation continue.

addiction sexuelle dépression

Qu’est-ce que l’addiction sexuelle ?

L’addiction sexuelle (appelée aussi hypersexualité ou dépendance sexuelle) se manifeste par une perte de contrôle sur la sexualité en ayant un comportement de dépendance. Un processus identique à d’autres formes d’addiction (alcool, tabac, jeux, etc.) s’enclenche et mène à une relation pathologique au sexe.

L’addiction sexuelle concerne aussi bien les hommes que les femmes.

Les différents types d’addiction sexuelle

L’addiction sexuelle est une addiction comportementale, sans substance et qui provoque différentes formes cliniques en lien avec différentes fonctions psychiques.

Ainsi, l’addiction sexuelle peut se manifester par de nombreux comportements, classés en 12 grandes catégories :

  • aux fantasmes sexuels
  • à la conquête sexuelle
  • au sexe avec un ou une inconnu(e)
  • au sexe tarifié où l’addict contrôle tout par l’argent
  • à la prostitution
  • au voyeurisme
  • à l’exhibitionnisme
  • au fait d’imposer ses pratiques
  • à la violence
  • au sexe désincarné
  • à la pédophilie
  • au cybersexe

Ces comportements compulsifs et excessifs remplissent différentes fonctions psychiques : régulation d’une émotion, trouble de l’attachement, etc.

Test addiction sexuelle

Pour dépister la présence d’une addiction, il existe un test sous forme de questionnaire en ligne proposé par les Hôpitaux Universitaires de Genève.

La formation des professionnels de santé pour prévenir et prendre en charge

Se former au diagnostic de l’addiction sexuelle permet de proposer des prises en charge adaptées.

Les objectifs

  • Connaître l’addiction sexuelle et ses mécanismes
  • Savoir identifier les symptômes et faire un diagnostic
  • Mener un entretien avec une communication adaptée
  • Comprendre les contextes favorisant à des conduites addictives
  • Connaître les acteurs et réseaux disponibles
  • Pouvoir proposer une prise en charge adaptée en fonction du profil

Le public cible

Ce type de formation est destinée à différentes catégories de professionnels de santé : médecin, infirmier, psychologue, éducateur social, assistante sociale, etc.

La durée et le prix

Le prix d’une formation addictions sexuelles et affectives de 2 jours est d’environ 550 à 600 € TTC.

Les risques de l’addiction sexuelle

Les conséquences négatives sur la vie personnelle ne modifient pas le comportement addictif alors qu’elles peuvent être nombreuses. De plus, Internet facilite l’accès à des pratiques sexuelles pathologiques (sexe online, cybersexe, addiction cybersexuelle, etc.).

L’addiction sexuelle provoque des sentiments de honte et un état de souffrance importants. Les personnes atteintes d’addiction sexuelle ont tendance à se construire une vie centrée sur leur addiction « à côté » de leur vie dite « normale ». Cette situation mène souvent à une forme d’isolement et d’éloignement de l’entourage amical et familial.

Les conséquences peuvent être physiologiques (infections sexuellement transmissibles) et psychologiques (anxiété, dépression, etc.).

Le mécanisme de l’addiction sexuelle

L’addiction sexuelle repose avant tout sur le déni de la personne concernée qui évolue avec sa propre échelle de valeurs. Les phases du cycle addictif sont les mêmes que d’autres types de conduites addictives.

Un cycle en 4 phase se met en place :

  • Phase obsessionnelle. L’addict sexuel compose sa vie en fonction de ses pratiques et interprète chaque situation avec un sens érotique ou sexuel
  • Phase de ritualisation. L’addict met en place des rituels pour satisfaire sa dépendance et renforcer son excitation
  • Phase de comportement sexuel compulsif. L’addict répète des situations de manière incontrôlable
  • Phase de désespoir. L’addict se sent impuissant à changer et se rend compte qu’il est victime de sa dépendance

En atteignant la phase 4, l’addict se réengage dans un nouveau cycle pour atténuer sa souffrance. Il auto-entretient son addiction. Parfois, en phase 4, il prend des décisions pour se sortir de son addiction. La rechute entretient alors son sentiment d’impuissance, l’impression d’être indigne et le repli sur soi.

Les traitements de l’addiction sexuelle

La diversité des formes d’addiction sexuelle nécessite une adaptation des prises en charge. L’addiction sexuelle est très souvent liée à d’autres problèmes émotionnels ou relationnels. Elle peut être parfois provoquée par des pathologies (maladie d’Alzheimer, syndrome de Kleine-Levin ou maladie de Pick) ou des prises de certains médicaments.

Des traitements de l’addiction sexuelle existent et sont basés sur la psychothérapie individuelle ou en groupe :

  • Thérapie de couple
  • Thérapie de groupe
  • Thérapie individuelle

Les thérapies cognito-comportementales (TCC) sont parmi les solutions les plus efficaces.

Le rôle du partenaire de vie (on le considère comme co-addict) est crucial dans les thérapeutiques mises en place. Il participe en effet à l’addiction, quelle que soit sa réaction. Les thérapies cognito-comportementales se basent donc sur une première étape de compréhension des modes de fonctionnement de l’addict et du co-addict.

Comprendre ses propres croyances, les schémas culturels et familiaux, ses propres traumas éventuels permet de faire un premier pas vers l’acceptation de l’existence d’un problème pathologique.

Recevez nos meilleurs guides et fiches pratiques !