Guide Circuit du médicament & Prise en charge médicamenteuse

La prise en charge médicamenteuse, surtout dans le cadre d’une consultation ou d’une hospitalisation dans un établissement de santé est le fruit d’un processus qui implique différents acteurs.

Pour les professionnels de santé qui interviennent dans cette chaîne, suivre une formation sécurisation de la prise en charge médicamenteuse améliore la qualité des soins.

Sécurisation médicaments

Pourquoi se former à la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse ?

Il est nécessaire d’établir des normes pour assurer la cohérence et améliorer la qualité des soins. En effet, les erreurs liées aux médicaments entraînent des conséquences importantes :

  • augmentation de la durée d’hospitalisation ;
  • effets graves pour le patient ;
  • incapacités ;
  • décès ;
  • perte de confiance pour les professionnels de santé ;
  • sentiment de culpabilité ;
  • augmentation des coûts.

Les erreurs surviennent le plus souvent au moment de l’administration et les patients les plus touchés sont les personnes fragiles et les enfants. Les facteurs liés aux erreurs de médicaments sont multiples.

Cette nature multifactorielle implique une approche multidimensionnelle de la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse :

  • au niveau organisationnel ;
  • au niveau technologique ;
  • au niveau humain concernant les professionnels de santé :
  • au niveau humain concernant les patients.

Pour assurer la qualité dans la prise en charge médicamenteuse, les professionnels de santé concernés par la chaîne de soins doivent maîtriser les dispositions réglementaires existantes.

Les erreurs liées à la médication : quelques chiffres

Les données mondiales indiquent que survient un décès par jour aux États-Unis à cause d’une erreur de médication. 1.3 million de personnes sont touchées par des lésions chaque année.

Au niveau mondial, les erreurs médicales représentent un coût de 42 milliards de dollars, ce qui équivaut à environ 1 % des dépenses mondiales de santé.

En France, les médicaments sont la 3e cause d’événements indésirables graves (EIG). Chaque année, de 60 000 à 130 000 événements ont lieu et entre 18 000 et 60 000 sont évitables (chiffres de la DRESS communiqués dans son Enquête nationale sur les événements indésirables liés aux soins en 2009).

Qu’est-ce que la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse ?

Administrer des médicaments à un patient résulte d’une série d’interventions par différents professionnels de santé : le diagnostic, la prescription, la dispensation, l’administration et l’information du patient.

En établissement de santé, les étapes successives ne sont pas réalisées par la même personne et il est primordial de sécuriser le processus de la prise en charge par médicaments. Le but est de réduire les risques liés à la prise de médicaments, qu’on appelle aussi la iatrogénie médicamenteuse évitable.

Prise en charge médicamenteuse et obligations légales

La sécurisation de la prise en charge médicamenteuse est une priorité pour les pouvoirs publics et les établissements de santé. Elle fait partie de la gestion globale des risques en établissement. Ainsi, des actions concrètes sont mises en place par les hôpitaux et centres médico-sociaux au niveau de la communication, la mise en place d’études des risques et la formation du personnel.

De plus, au niveau national, de multiples démarches sont engagées pour sécuriser les prises en charge.

Quels sont les différentes erreurs de prise en charge médicamenteuse ?

L’ANSM se base sur la classification suivante des types d’erreurs :

  • erreur de choix de médicament au moment de la prescription. Elle peut porter sur les indications, les contre-indications, les allergies connues, les interactions avec d’autres thérapeutiques, etc.
  • erreur de dosage
  • erreur de posologie ou concentration : le rythme d’administration ou la quantité peuvent ne pas convenir à la situation du patient.
  • erreur de voie d’administration
  • erreur de moment d’administration
  • erreur de débit (vitesse) d’administration
  • erreur de technique de manipulation notamment en cas de nécessité de reconstitution d’un médicament (avec un solvant par exemple).
  • erreur de durée de traitement
  • erreur de patient
  • erreur d’omission
  • erreur de forme galénique
  • erreur liée à un médicament périmé, détérioré ou mal conservé

Comment sont traitées les erreurs médicamenteuses ?

En France, l’ANSM organise le recueil et le traitement des signalements des erreurs liées aux médicaments grâce au réseau des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) et à l’obligation de déclaration des médecins, pharmaciens, sages-femmes et chirurgiens-dentistes sur le portail signalement-sante.gouv.fr.

Circuit de déclaration erreur liée à un médicament

Copyright ANSM

Quels sont les objectifs d’une formation sécurisation de la prise en charge médicamenteuse ?

Une formation à la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse a les objectifs suivants :

  • sécuriser le circuit du médicament ;
  • améliorer la gestion des risques dans les établissements de santé ;
  • lutter contre les événements indésirables associés aux soins ;
  • sécuriser la prise en charge thérapeutique dans son ensemble ;
  • répondre à une exigence réglementaire.

À qui est destinée une formation sécurisation de la prise en charge médicamenteuse ?

Tous les professionnels de santé sont concernés par une formation à la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse : administratifs, pharmaciens, prescripteurs, infirmiers et infirmières, aides soignants. En effet, l’ensemble de la chaîne de soins est concerné et les problèmes sont plurifactoriels.

Néanmoins, le moment de l’administration des médicaments est crucial. Ainsi, ce type de formation accueille souvent des infirmiers.

Les pré-requis pour suivre une formation sécurisation de la prise en charge médicamenteuse

Pour suivre une telle formation, il est simplement nécessaire d’exercer dans un établissement de santé ou une structure médico-sociale. À part cette exigence, aucun prérequis n’est éxigé.

Quelles sont les méthodes pédagogiques utilisées ?

Lors d’une formation à la sécurisation du circuit du médicament, les méthodes pédagogiques utilisées sont basées non seulement sur des notions théoriques indispensables, mais aussi sur l’échange et le partage d’expérience. Les stagiaires pourront recevoir un enseignement en phase avec leur exercice professionnel grâce à de nombreux exercices concrets, des analyses de cas cliniques, des mises en situations, des quizz…

Quel est le programme d’une formation sécurisation de la prise en charge médicamenteuse ?

Le programme d’une formation sur la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse aborde les notions suivantes :

  • le cadre législatif et réglementaire concernant le circuit du médicament ;
  • les étapes du circuit du médicament ;
  • la notion de iatrogénie médicamenteuse ;
  • la responsabilité juridique de chaque acteur de la prescription à la distribution ;
  • le processus de sécurisation du circuit du médicament ;
  • la prévention des erreurs médicamenteuses ;
  • les situations à risques ;
  • les outils de sécurisation de la prise en charge médicamenteuse ;
  • l’administration des médicaments ;
  • l’amélioration de la qualité des soins grâce à la mise en place d’un retour d’expérience (REX).

Quelle est la durée d’une formation de sécurisation du circuit des médicament ?

Une formation sécurisation du circuit du médicament dure en moyenne 2 jours, soir 14 heures environ.

Combien coûte une formation sécurisation de la prise en charge médicamenteuse ?

Le prix moyen constaté pour deux jours de formation sécurisation de la prise en charge avec médicament est d’environ 800 euros. Les tarifs sont variables et dépendent de la situation de dispensation de la formation : inter, intra...

Pour aller plus loin

Recevez nos articles, dossiers et fiches pratiques !