Formation IAS – Infections Associées aux Soins (2022)

Alors qu’un patient sur 20 contracte une infection lors de soins reçus à l’hôpital, la lutte contre les infections associées aux soins est un enjeu de santé publique. Les mesures de prévention permettent d’agir et de réduire efficacement les dangers.

En tant que professionnels de santé, suivre une formation sur les IAS, c’est-à-dire les infections associées aux soins, permet d’être informé sur la situation et d’acquérir des connaissances sur les différents moyens de lutte et de prévention.

prévention des infections associées aux soins

Qu’est-ce qu’une IAS ?

Les IAS sont les Infections Associées aux Soins, c’est-à-dire les infections que les patients contractent au moment d’un soin, que ce soit au cours d’un séjour dans un établissement sa santé, d’une consultation dans un cabinet médical, lors de soins ambulatoires, à domicile, etc.

Pour être reconnue comme une IAS, l’infection ne doit être ni présente ni en cours lors du début du soin. Si elle apparaît à la suite d’une hospitalisation, on considère qu’il faut qu’elle se déclare au moins 48 heures après la sortie du patient.

Les IAS sont un véritable enjeu de santé publique. Elles peuvent concerner non seulement les patients, mais aussi les membres de leur famille, des proches, des visiteurs, le personnel soignant et tout autre membre du personnel ?

IAS : définition du ministère de la Santé

« Une infection est dite associée aux soins si elle survient au cours ou au décours d’une prise en charge (diagnostique, thérapeutique, palliative, préventive ou éducative) d’un patient, et si elle n’était ni présente, ni en incubation au début de la prise en charge. »

CTINILS mai 2007. Définition des infections associées aux soins. Ministère de la Santé, 11 pages.

Quelle est la différence entre une IAS et une infection nosocomiale ?

Une infection nosocomiale est une IAS (infection associée aux soins) contractée spécifiquement dans un établissement hospitalier. Une IAS, plus largement, peut être contractée dans un autre environnement (domicile, soins ambulatoires, EHPAD, etc.).

En France, le ministère de la Santé estime que 750 000 infections et 4 000 décès ont lieu chaque année.

Quelles sont les infections associées aux soins ?

Il existe de nombreux types d’infections associées aux soins. En effet, les IAS les plus fréquentes concernent :

  • L’appareil urinaire (30 % des IAS) du fait de la pose de sondes urinaires
  • Les voies respiratoires (les pneumonies représente 16.7 % des IAS) suite à une intubation
  • Les interventions chirurgicales
  • Le système sanguin suite à la pose de cathéters

Plusieurs types de microbes peuvent provoquer des IAS. Il s’agit le plus souvent de bactéries, mais il peut s’agir aussi de levures et de virus. Dans les hôpitaux, certaines infections sont provoquées par des bactéries multirésistantes (BMR) ou des bactéries émergentes hautement résistantes (BHRe) qui se sont adaptées face à l’utilisation intensive d’antibiotiques.

Les germes provoquant le plus souvent des infections nosocomiales sont : l’escherichia coli, le staphylococcus aureus (ou staphylocoque doré) et le pseudomonas aeruginosa.

Ces données de 2016 proviennent du ministère de la Santé et de la prévention et concernent les IAS contractées en milieu hospitalier.

Comment soigne-t-on une IAS ?

Une IAS étant provoquée, dans de nombreux cas, par une bactérie, le traitement prodigué est l’administration d’antibiotiques.

Il convient auparavant d’isoler le germe pour évaluer sa sensibilité face aux antibiotiques. Une hospitalisation est parfois nécessaire. Les IAS sont souvent bénignes, mais des complications peuvent survenir.

Quelle est la principale source de contamination des IAS ?

La principale source de contamination des infections associées aux soins est le patient lui-même.

Les germes responsables des IAS sont apportés par le patient et sont transportés ensuite par le personnel ou les dispositifs médicaux. Par exemple, on parle de transmission manuportée quand les micro-organismes sont transportés par les mains des soignants et de transmission croisée quand la contamination a lieu entre patients.

C’est pourquoi l’hygiène (incluant le lavage des mains, l’hygiène des dispositifs et l’hygiène des surfaces) est la première mesure incontournable à mettre en place.

Qu’est-ce qu’une transmission endogène ?

Les infections sont le plus souvent endogènes, c’est-à-dire apportées par le patient. Elles sont très rarement exogènes, c’est-à-dire provenant de l’extérieur (par le personnel ou le matériel).

Comment éviter des IAS ?

Les IAS dépendent de différents facteurs, à savoir non seulement la situation de santé du patient, mais aussi d’autres éléments qu’il est possible de contrôler par des mesures préventives, comme l’hygiène des mains notamment.

On constate que selon les circonstances, le nombre d’IAS est plus ou moins important. Elles surviennent le plus souvent après un acte invasif en réanimation, au cours d’un long séjour (de plus de 30 jours) et chez les patients âgés de plus de 65 ans ou très jeunes ainsi que chez les personnes immunodéprimées.

Toutes les IAS ne peuvent pas être évitées, surtout lorsque le patient a une santé très fragile. Néanmoins, des mesures de prévention peuvent réduire leur gravité et leur fréquence. Les connaître permettent également de les soigner si elles surviennent malgré les mesures mises à en place.

Qu’est-ce que l’aspetie ?

L’aseptie fait partie des mesures jouant un rôle essentiel dans la lutte contre les IAS. Elle vise à empêcher la contamination de l’organisme des patients par des micro-organismes qui lui sont étrangers. L’aseptie peut concerner un corps, une zone ou une surface.

Comment surveille-t-on les IAS ?

Les infections contractées pendant un soin sont un enjeu de santé publique. À ce titre, de nombreuses initiatives nationales se structurent pour organiser une lutte.

Les CPias

Dans les années 80, les établissements ont dû se doter d’un comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN). Les actions étaient coordonnées au niveau national par 5 centres inter-régionaux de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales (CCLIN).

En 2006, des antennes régionales de lutte contre les infections nosocomiales (ARLIN) ont été mis en place pour faire le relais entre les CLIN et les professionnels de santé. Suite à la réorganisation des territoires en 2017, sont nés 17 centres régionaux d’appui et de prévention des infections associées aux soins (les CPias), issus de la réorganisation des CLIN et des ARLIN.

Les CPias contribuent à l’expertise et à la prévention du risque infectieux, animent, forment et accompagnent les établissements de santé, médico-sociaux et de ville dans leur lutte contre les IAS.

Le RéPias

Un Réseau de prévention des infections associées aux soins, le RéPias est piloté par Santé Publique France. Il surveille et met en place des politiques de prévention des IAS par le biais de 5 missions :

  • PRIMO pour les établissements médico-sociaux et les soins de ville
  • SPARES sur l’antibiorésistance dans les établissements de santé
  • SPICMI sur les risques en chirurgie et médecine interventionnelle
  • SPIADI sur les dispositifs invasifs
  • MATIS pour un appui transversal

Le RéPias met à disposition de nombreuses ressources : analyses, recommandations, textes de réglementation, fiches techniques, outils, vidéos, etc. Il favorise également la formation des professionnels et des étudiants grâce à différents outils en ligne.

Un outil de signalement des IAS

Un portail de signalement des événements sanitaires indésirables est à disposition des particuliers, des professionnels et des personnels de santé en cas de réclamation sur la qualité d’un soin ou d’une prise en charge

Pourquoi suivre une formation sur les IAS ?

Suivre une formation sur les IAS est essentielle pour les soignants, quel que soit leur lieu d’exercice, en cabinet médical ou en établissement de santé. Il existe deux raisons primordiales :

  • les IAS peuvent être limitées par la mise en place de mesures préventives qu’il faut connaître
  • les infections contractées doivent être prises en charge

Pour adopter les bons comportements et réagir face au risque infectieux en ayant les bons réflexes, les professionnels de santé doivent impérativement être formés.

Quelles sont les formations IAS ?

Les formations sur les risques infectieux et le rôle de l’hygiène participent à une démarche globale de prévention des infections associées aux soins (IAS). Elles visent à améliorer les compétences des professionnels de santé dans ce domaine afin d’agir de manière harmonisée en faveur d’une prévention efficace.

Les formations en lien avec les IAS concernent différents sujets spécifiques. Il peut s’agir :

  • des bases de l’hygiène
  • la prévention du risque infectieux
  • la prévention au niveau du réseau d’eau chaude
  • la mise en place de correspondants en hygiène
  • le nettoyage des dispositifs médicaux
  • la maîtrise des BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques)
  • la maîtrise des BHRE (bactéries hautement résistantes et émergeantes)
  • les maladies nosocomiales, c’est-à-dire des IAS dans le milieu hospitalier
  • le signalement des événements indésirables associés aux soins (EIAS)

Différents types de formation existent accessibles en fonction de la situation et du niveau du stagiaire :

  • des diplômes universitaires (DU) sur la gestion du risque infectieux associé aux soins ouverts aux professionnels de santé (médecins, pharmaciens, infirmiers, personnels paramédicaux) désireux de devenir hygiéniste (infirmier hygiéniste, médecine hygiéniste, pharmacien hygiéniste)
  • des formations courtes continues dispensées par des organismes de formation indépendants
  • des formations spécialisées dans un domaine, par exemple : les IAS en réanimation et soins intensifs, la gestion des événements indésirables pour les IDEL (infirmiers diplômés d’état libéraux), la surveillance des patients porteurs de stomies, etc.

Les différents objectifs

Les objectifs d’une formation aux IAS concernent à la fois :

  • la prévention avec l’identification des facteurs de risques ;
  • la connaissance des mesures à mettre en place ;
  • et la gestion du risque infectieux dans la chaîne de soins.

La gestion du risque de soins recouvre de façon large aussi bien le quotidien du personnel de soin que la gestion d’une épidémie d’infections associées aux soins.


Les professionnels de santé peuvent ainsi améliorer la qualité des soins grâce à des mesures de sécurité sanitaire basées sur les bonnes pratiques d’hygiène.

L’objectif et le sens de la démarche de formation aux IAS est la sécurité sanitaire et la protection des patients, des proches, des visiteurs, des résidents d’établissements médico-sociaux et des professionnels de santé.

Qui est concerné ?

Les formations sur les infections associées aux soins s’adressent à tous les membres du personnel des établissements médicaux ainsi que des établissements et services médicaux sociaux.

Il peut s’agir des aides-soignants, des auxiliaires de puériculture, des aides médico-sociaux, des infirmiers en services de soins, des infirmiers libéraux, etc.

Quel est le programme d’une formation aux IAS ?

L’apprentissage vise les connaissances et compétences suivantes :

  • Connaître les maladies nosocomiales et leur contexte
  • Maîtriser la règlementation liée aux maladies nosocomiales et la notion de responsabilité
  • Comprendre le coût des IAS au niveau humain, économique et social
  • Maîtriser les origines des contaminations infectieuses : notions épidémiologiques, microbiologie, bactéries associées…
  • Connaître les mesures d’hygiène
  • Comprendre les facteurs de risques
  • Les bonnes pratiques de soins concernant l’activité, les soins de base, les distributions de médicaments, les gestes invasifs et la gestion des dispositifs médicaux
  • Maîtriser la prévention du risque infectieux
  • Savoir traiter un signalement
  • Adopter une organisation adaptée et les bons gestes préventifs
  • Gérer les patients à risque : accident avec exposition au sang (AES), soins à risques, épidémie…
  • Savoir justifier les pratiques avec une traçabilité exemplaire
  • Élaborer un référentiel de mesures et un plan de prévention des IAS

Comment se déroule une formation d'infections associées aux soins IAS ?

Les groupes formés réunissent généralement entre 2 à 12 personnes.

Lors d’une formation aux IAS, le professionnel de santé acquiert des connaissances théoriques. L’enseignement est également basé sur des études de cas et des analyses pratiques.

Quelle est la durée d’une formation aux IAS ?

En moyenne, la durée d’une formation aux infections liées aux soins est de 2 à 3 jours.

Quel est le prix d’une formation d'infections associées aux soins ?

Le prix moyen majoritairement constaté d'une formation IAS varie d’environ 700 € TTC à 1 500 € TTC en moyenne.

Recevez nos meilleurs guides et fiches pratiques !