Gynécologue obstétricien : métier, spécialité et formations

Un gynécologue est un médecin spécialiste de la physiologie de la femme. On parle de gynécologue obstétricien lorsqu'il intervient également lors de l'accouchement.

  • Quelles sont les études pour devenir gynécologue ? 
  • Comment se spécialiser aussi en obstétrique ?
  •  Quel est le quotidien de ce médecin spécialiste ?
  • Quel est son salaire ? 
  • Quels sont les avantages et les inconvénients lorsqu'on exerce de cette spécialité médicale ?

Ce dossier sur le métier de gynécologue obstétricien vous donne un aperçu complet et répond à toutes vos questions.

femme medecin

Le métier de gynécologue-obstétricien en France

Les débouchés sont nombreux et le métier de gynécologue est en manque de professionnels pour exercer notamment dans les zones rurales.

En quoi consiste le travail de gynécologue obstétricien ?

Le gynécologue prend en charge la contraception, la prévention des maladies sexuellement transmissibles, la stérilité, le suivi gynécologique, le suivi de la grossesse...

Le gynécologue obstétricien intervient également lors de l'accouchement et après.

Quelles sont les missions d'un gynécologue ?

Diagnostic de pathologies

  • Réalisation d'examens
  • Prescription d'examens complémentaires

Mise en place de traitements et de solutions adaptées aux situations

  • Solutions contre l'infertilité
  • Méthodes de procréation assistée
  • Prise en charge des grossesses non désirées

Interventions chirurgicales

  • Petites interventions en cabinet
  • Chirurgies importantes en établissement hospitalier

Échanger

Communiquer avec d'autres professionnels de santé (allergologue, sage-femme, anesthésiste, etc.)

Informer et suivre les patients

  • Information sur les grossesses non désirées
  • Prescription de moyens de contraception
  • Suivi de la grossesse (développement de l'enfant, état clinique de la maman, examen du col de l'utérus, examens sur le fœtus, échographies, etc.)

Agir en prévention

  • Actions de prévention sur les MST
  • Dépistage des MST
  • Suivi préventif du cancer (sein, ovaire, utérus)

Pour le gynécologue obstétricien

  • Supervision des accouchements
  • Intervention pendant l'accouchement en cas de complications (forceps, césarienne...)
  • Traitement des suites de couches

Quel profil faut-il avoir pour être gynécologue ?

Pour exercer en tant que gynécologue ou gynécologue obstétricien, il est indispensable de savoir être à l'écoute des patientes (empathie, diplomatie, psychologie pour pouvoir les rassurer à chaque étape de leur vie féminine (contraception, grossesse, traitements divers). La rigueur est aussi de mise à chaque instant concernant les examens et les diagnostics réalisés.

La gynécologie est également une spécialité qui se pratique en collaboration avec d'autres médecins spécialistes : il est important de pouvoir travailler en équipe.

Les situations d'urgence peuvent créer du stress : le gynécologue obstétricien est donc capable de gérer les moments d'activité intense tout en gardant son calme, sa dextérité et ses capacités d'analyse. Il doit être doté de bonnes capacités physiques pour une résistance optimale au stress et à la fatigue.

Enfin, le métier de gynécologue obstétricien est un métier prenant, qui demande beaucoup de disponibilité personnelle. Le travail de nuit et le week-end n'est pas rare.

Où travaille un gynécologue ?

Un gynécologue a le choix d'exercer :

  • en secteur hospitalier dans un établissement privé ou public ;
  • en cabinet libéral en se mettant à son propre compte ;
  • de manière mixte avec un cabinet libéral tout en assurant des consultations en clinique ou hôpital.

Quelle est l'histoire de la profession de gynécologue ?

Dans la Rome Antique, la profession était déjà représentée par des sages-femmes (obstetrix) qui avaient en charge les cas simples et les médecins-gynécologues (medica ou iatromea) qui intervenaient lors de complications.

À la période du Moyen-Âge, en Occident, les accouchements étaient gérés par des femmes d'expérience (matrones accoucheuses). Il a fallu attendre le 16e siècle pour que l'obstétrique soit enfin reconnu comme une science. Angélique du Coudray a beaucoup œuvré pour la reconnaissance des sages-femmes notamment.

Quelques chiffres sur le métier de gynécologue

  • 5 489 gynécologues obstétriciens en France en 2020
  • 56 % sont des femmes
  • L'âge moyen d'un gynécologue obstétricien est de 51 ans
  • 44 % exercent en libéral et 44 % en tant que salariés
  • 12 % exercent de façon mixte libéral-salarié
  • 12 départements français n'ont plus de gynécologue médical eu 1er janvier 2020

Quel est le salaire d'un gynécologue ?

Le salaire d'un gynécologue varie selon son lieu d'exercice : hôpital, clinique ou en libéral.

Expérience

Salaire brut mensuel moyen

Gynécologue obstétricien débutant

3 200 €

Gynécologue obstétricien expérimenté

14 000 €

Le salaire moyen est évalué à 7 800 € brut mensuel.

La formation pour devenir gynécologue

Quel est le diplôme pour être gynécologue ?

Le diplôme pour être gynécologue obstétricien est le DES (Diplôme d'Études Spécialisées) de gynécologie.

Quelles études faire pour être gynécologue ?

Les études pour devenir gynécologue obstétricien se compose de 11 années de cours à l'université.

Le parcours est le suivant :

  • être titulaire d'un baccalauréat scientifique de préférence ;
  • suite à une première année de licence option santé (LAS) ou un parcours spécifique Accès Santé (PASS), avoir suivi l'ensemble des études de médecine (6 ans) à la faculté pour obtenir le titre de médecin
  • passer les épreuves classantes nationales (ECN) qui détermine l'acceptation en spécialité de gynécologie-obstétrique
  • suivre la spécialisation en obstétrique ou en gynécologie médicale
  • obtenir le DES correspondant (4 ou 5 ans).

Quelles sont les épreuves du concours d'entrée aux études de gynécologue ?

Depuis la rentrée de 2021, le concours en fin de première année de médecine a été supprimé. La réforme du PACES impose désormais une nouvelle organisation.

Les étudiants doivent suivre :

  • une première année de LAS (Licence Accès Santé)
  • ou un PASS (Parcours Accès Santé Spécifique)

Pour accéder à la seconde année, il faut avoir une moyenne supérieure à une note limite déterminée par l'université. Les acceptations en seconde année sont ensuite décidées en fonction des capacités d'accueil de chaque établissement universitaire.

Quel est le programme des études de gynécologue ?

Le premier cycle universitaire de 6 ans permet d'obtenir le titre de médecin. Suivent les années de spécialisation en gynécologie (4 ou 5 ans) avec de nombreux stages obligatoires.

Le programme des études est fixé par chaque université en relation avec les exigences professionnelles liées à l'exercice des gynécologues obstétriciens.

Les compétences à acquérir et l'organisation des études sont néanmoins fixés au niveau national par l'Arrêté du 21 avril 2017 relatif aux connaissances, aux compétences et aux maquettes de formation des diplômes d'études spécialisées.

Dans quel pays le diplôme de gynécologue est-il reconnu ?

Le diplôme de dermatologue vénérologue est automatiquement reconnu par les pays membres de l'Union Européenne. En effet, la dermatologie fait partie de la liste des spécialités citées dans l'annexe V de la Directive 2005/36/UE.

DE manière spécifique, pour exercer au Québec, il est nécessaire d'obtenir une reconnaissance. Pour cela, il faut notamment réaliser un stage d'adaptation. Il est conseillé de contacter le Collège des Médecins du Québec (CMQ).

Dans les autres pays, il n'existe aucun accord de reconnaissance et chaque État met en place des règles spécifiques.

Quelle est la différence entre un gynécologue et un gynécologue obstétricien ?

Par rapport au gynécologue, le gynécologue obstétricien reçoit un enseignement plus développé en chirurgie. Il doit être capable de réaliser des interventions que ce soit lors de l'accouchement, mais aussi pour la prise en charge de certaines pathologies : kystes au sein, endométriose, cancer, etc.

Dans quel pays le diplôme de gynécologue obstétricien est-il reconnu ?

Les pays membres de l'Union européenne reconnaissent automatiquement la validité du diplôme de gynécologie obstétrique, car cette spécialité fait partie de la liste des spécialités citées dans l'annexe V de la Directive 2005/36/UE.

Plus spécifiquement, pour exercer au Québec, il est nécessaire d'obtenir une reconnaissance en réalisant un stage d'adaptation. Il est vivement conseillé de contacter le Collège des Médecins du Québec (CMQ).

Dans les autres pays, il n'existe pas accord de reconnaissance. Ainsi, chaque État met en place des règles spécifiques.

Comment se préparer aux études de gynécologie ?

Des cours en ligne sont accessibles pour étudiants. Citons par exemple :

  • UNESS – Université Numérique en Santé et Sport - Campus de gynécologie et obstétrique (par l'UNS3F)
    Il s'agit des archives de l'UNF3S (ancêtre de l'UNESS). Les cours ne sont plus mis à jour et alimentés, mais ils constituent une base intéressante en attendant une nouvelle version.

Quels livres lire quand on veut être gynécologue ? Notre Top 3

  1. Protocoles en Gynécologie Obstétrique par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français. Éditions Elsevier Masson. Novembre 2018, 4e édition.
  2. 120 questions en gynécologie-obstétrique par Henri Marret et al. Éditions Elsevier Masson. Mars 2020, 4e édition.
  3. Consultations en gynécologie obstétrique : 50 situations cliniques par M.-H. Gomez et C. Delcroix. Éditeur Maloine. Août 2021.

Comment se reconvertir pour être dermatologue ?

Une reconversion dans la spécialité médicale de gynécologie est possible lorsqu'on est inscrit dans une autre spécialité. Pour plus de renseignements à ce sujet, consultez le site de l'Ordre des médecins sur le changement de spécialité.

Un système de Passerelle d'accès aux études de santé permet aux titulaires de diplômes spécifiques d'accéder directement en 2e ou 3e année d'une des 4 filières santé (Médecine, Pharmacie, Odontologie, Maïeutique).

Les conditions d'accès sont gérées par l'Arrêté du 24 mars 2017 relatif aux modalités d'admission des filières concernées.

Le prix de la formation de gynécologue

Le prix des études pour devenir gynécologue-obstétricien peut varier légèrement selon les universités.

Combien coûte la formation de gynécologue obstétricien ?

Le prix des études pour être gynécologue obstétricien correspond au montant des frais d'inscription à l'université et à la CVEV (Contribution à la vie étudiante et de campus). Il s'agit de quelques centaines d'euros chaque année.

En tant qu'internes, c'est-à-dire à partir de la 5e année d'études, un étudiant en médecine est rémunéré entre 1 200 et 1 300 € par mois.

Quelles sont les aides à la formation de gynécologue obstétricien ?

Il est possible de se faire aider au financement de la formation initiale pour devenir gynécologue obstétricien grâce à différents dispositifs :

  • Prêt étudiant
  • Bourse s'études sur conditions de ressources
  • Aides des collectivités locales (Département, Région)
  • Aides dans le cadre du CESP (contrat d'engagement service public)

Les spécialités et évolutions d'un gynécologue

Lors de ses études de spécialisation, l'étudiant en gynécologie peut choisir de suivre une Formation Spécifique Transversale (FST) qui permet de se sur-spécialiser. Les Formations Spécifiques Transversales (FST) remplacent les Diplômes d'Etudes Spécialisées Complémentaires (DESC).

Concrètement, elles consistent en :

  • 2 semestres de stages
  • un enseignement théorique

Selon les universités, voici quelques exemples de FST :

  • Médecine et biologie de la reproduction / Andrologie
  • Cancérologie
  • Pharmacologie médicale
  • Expertise médicale et préjudice corporel
  • Fœtopathologie

Les FST sont communes à plusieurs spécialités. 

Au cours de sa carrière, le gynécologue obstétricien peut faire évoluer son activité en se tournant vers l'enseignement, la recherche médicale ou des fonctions administratives au niveau de la direction des structures médicales.

Comme tous les professionnels de santé, le  gynécologue se doit de faire évoluer ses connaissances et des compétences grâce à la formation continue.

Un gynécologue obstétricien peut aussi se sur-spécialiser en s'inscrivant à des DU ou DIU :

  • Pelvi-périnéologie de la femme
  • Endoscopie opératoire en gynécologie
  • Chirurgie vaginale
  • Colposcopie et pathologies génitales
  • Médecine fœtale
  • Endocrinologie périnatale
  • Mécanique et techniques obstétricales
  • Cancérologie chirurgicale et médicale mammaire
  • Maladies du sein
  • Grossesse à haut risque
  • etc.

Voir la liste des DU et DIU existants établie par le Collège nationale des gynécologues et obstétriciens Français (CNOF).

Le métier de gynécologue au quotidien

Le quotidien d'un gynécologue obstétricien n'est pas le même selon son lieu d'exercice.

En hôpital ou en clinique, les horaires sont plus larges et variables tandis que lorsqu'il exerce en libéral, le professionnel détermine lui-même ses horaires de consultation. Le rythme de vie n'est pas du tout le même.

Quels sont les avantages du métier de gynécologue ?

Le métier de gynécologue obstétricien est qu'il s'agit d'un métier en constante évolution et donc très motivant et intéressant, notamment au niveau des techniques chirurgicales.

Au quotidien, les accouchements sont des moments de grande émotion, enrichissant humainement. 

Le gynécologue obstétricien accompagne les femmes dans de moments très importants de leur vie. Ces aspects ont un côté très gratifiant pour le professionnel. C'est souvent une profession que l'on exerce par vocation et par passion.

Quelles sont les difficultés du métier de gynécologue ?

La difficulté principale est le manque de disponibilité pour sa propre vie personnelle. C'est en effet un métier très prenant. Avant d'exercer, les études sont également un passage difficile, qui demande beaucoup d'investissement.

Les examens gynécologiques provoquant parfois douleur et anxiété, les gynécologues et obstétriciens sont parfois l'objet de plaintes.

La prise en charge psychologique des femmes est une dimension importante à prendre en compte au quotidien lorsqu'elles font face à des choix difficiles. Il s'agit d'un aspect pour lequel le cursus universitaire ne forme pas forcément.

Le métier vu de l'intérieur

Les organisations pour les gynécologues

AGOF – Association des Gynécologues Obstétriciens en formation

L'AGOF œuvre depuis 20 ans pour représenter les étudiants en gynécologie obstétrique auprès des instances décisionnelles. Son principal objectif est d'améliorer la formation des internes de cette spécialité.

  • Coordonnées : 12, rue Mermoz - 59000 Lille
  • Téléphone : 06 59 66 81 48
  • Mail : secretariat.agof@gmail.com
  • Site : https://www.agof.info

CNOF – Collège des Gynécologues Obstétricien Français

Le CNOF a pour objectif le développement et le progrès de la gynécologie et de l'obstétrique. Il oeuvre en collaboration avec les pouvoirs publics, l’Ordre des médecins, les sociétés savantes et les syndicats.

Ses missions sont les suivantes :

  • participer à l’élaboration des projets de politique sanitaire dans le domaine gynéco-obstétrical
  • définir et promouvoir une politique cohérente dans le domaine
  • participer à l'amélioration de la formation en gynécologie obstétrique
  • défendre la spécialité
  • soutenir l'éthique professionnelle et l'entraide confraternelle
  • évaluer et perfectionner la pratique professionnelle

  • Coordonnées : 91 boulevard de Sébastopol - 75002 PARIS
  • Téléphone : 01 43 43 01 00
  • Site : http://www.cngof.fr

FNCGM – Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale

La FNCGM regroupe 11 collèges régionaux, dans 78 départements, ce qui correspond à 2 000 professionnels. Ses missions sont :

  • la défense et la promotion des intérêts de la profession de gynécologie médicale
  • la participation à la formation et à la recherche

  • Coordonnées : 77 rue des Plantes - 75014 PARIS
  • Site : https://www.fncgm.com

SFG – Société Française de Gynécologie

La SFG a pour but "l'étude, la recherche, la formation médicale continue, l'évaluation des pratiques professionnelles et toute question ayant trait à cette discipline". Article 1 des statuts de la SFG.

  • Mail : contact@sf-gynecologie.fr
  • Site : https://www.sf-gynecologie.fr

Recevez nos meilleurs guides et fiches pratiques !