Immunologue | Métier, salaire et formation (2024)

Article mis à jour le : 22 décembre 2023

Émergence des maladies chroniques, progrès de l’immunothérapie dans la lutte contre le cancer, prise en charge de pathologies auto-immunes… l’immunologie est une thématique transversale qui touche toutes les spécialités médicales.

Si le métier d’immunologue vous intéresse, nous répondons à toutes les questions que vous pouvez vous poser :

  • Comment devient-on immunologue et en quoi cela consiste-t-il ?
  • Quelles sont les qualités et les compétences requises pour exercer ?
  • Quel est le salaire d’un immunologue ?
  • Quel est le quotidien de ce professionnel de santé ?
Immunologue

Le métier d’immunologue en France

L’immunologue - encore appelé immunologiste - est un spécialiste du système immunitaire, c’est-à-dire des mécanismes de défense de l’organisme contre un agent pathogène.

Quel est le rôle d’un immunologue ?

L’immunologue exerce une discipline médicale peu connue, mais qui a de l’avenir. En effet, les modifications des modes de vie et de l’environnement (alimentation, climat…) sollicitent de plus en plus notre système immunitaire.

Les conséquences ? Le nombre de pathologies immunitaires augmente et de nouvelles maladies chroniques apparaissent.

L’immunologue étudie, diagnostique et traite des affections très diverses, telles que :

  • Les déficits immunitaires congénitaux ou acquis (bébé-bulles, syndrome de DiGeorge, SIDA…)
  • Les maladies auto-immunes (lupus érythémateux, sclérodermie, polyarthrite rhumatoïde…)
  • Les infections chroniques
  • Les allergies
  • Les cancers

Il prend aussi en charge les suites de transplantations et de greffes d’organes qui nécessitent la prise d’un traitement immunosuppresseur à vie.

Il travaille souvent en équipe avec d’autres professionnels de la santé, médecins et paramédicaux.

Quelles sont les principales missions d'un immunologue

Diagnostic

  • Interrogatoire complet du patient (nature des symptômes, recherche d’antécédents personnels et familiaux, mode de vie…)
  • Prescription d’analyses biologiques et d’examens complémentaires en cas de besoin
  • Analyse et interprétation des données recueillies
  • Établissement d’un diagnostic

Prise en charge thérapeutique

  • Mise en place de traitements et thérapies adaptées : biothérapie, médicaments immunosuppresseurs, anti-histaminiques…
  • Contrôle l’efficacité de la thérapie et l’adapte
  • Organise la prise en charge hospitalière en cas de déficit immunitaire grave
  • Répond en urgence à certaines situations pathologiques (lupus systémique grave en poussée…)

Activités annexes

  • Information & conseil aux patients et aux familles
  • Participation à la recherche clinique
  • Encadrement/enseignement/formation d’étudiants

Quel profil faut-il avoir pour devenir immunologue ?

Compte tenu des spécificités de la discipline, l’immunologue doit faire preuve de certaines qualités personnelles :

  • Curiosité et esprit scientifique
  • Rigueur, méthodologie et persévérance
  • Polyvalence
  • Grandes capacités d’analyse et de synthèse

Quels sont les lieux d’exercice d’un immunologue ?

Les immunologues peuvent travailler :

  • dans un service d’immunologie hospitalier (Immunologie et immunogénétique, Médecine interne et immunologie clinique, Immunologie et allergie…), dans un CHU ou une clinique privée ;
  • en libéral, dans un cabinet médical ou dans son propre cabinet ;
  • dans l’industrie pharmaceutique ;
  • dans un laboratoire de recherche pharmacologique.

Quel est le salaire d'un immunologue ?

Le salaire d’un médecin immunologiste dépend de nombreux critères, tels que l’expérience, la spécialité médicale initiale dans laquelle il officie ou encore son lieu et son mode d’exercice.

À l’hôpital, sa rémunération est fixée de façon réglementaire par une grille indiciaire qui tient compte de son grade et de son échelon.

Lorsqu’il exerce en cabinet libéral, le salaire de l’immunologue dépend aussi de son secteur d’exercice (secteur 1 ou 2) et du volume de sa patientèle.

La formation pour devenir immunologue

Pour devenir immunologue, il faut suivre des études supérieures en médecine.

Quel diplôme faut-il pour être immunologue ?

Contrairement à d’autres pays, comme le Québec, en France, l’immunologie n’existe pas en tant que spécialité médicale à part entière. Il n’existe donc pas de diplôme d’études spécialisées (DES) d’immunologie.

Cependant de nombreux médecins possèdent une formation poussée en immunologie. C’est le cas pour :

  • les internistes, des spécialistes en médecine interne, qui ont accès à des enseignements en immunologie dans le cadre de leur DES Médecine interne et immunologie clinique ;
  • certains médecins généralistes ou spécialistes qui ont fait le choix de valider un diplôme interuniversitaire (DIU) Immunopathologie.

Quel est le programme du DIU d’immunopathologie ?

Cette formation diplômante a pour but d’apporter les connaissances nécessaires en immunologie pour comprendre et pouvoir traiter les maladies dysimmunitaires.

Les études durent 1 an et sont organisées en deux socles pour un volume horaire d’environ 100 heures de cours :

  • Un socle commun de 4 modules obligatoires

Module 1 : Bases fondamentales de l’immunologie

Module 2 : Immunopathologie générale et explorations biologiques

Module 3 : Immunothérapie

Module 4 : Maladies inflammatoires systémiques

  • Un socle de 8 modules optionnels parmi lesquels l’étudiant doit en choisir 3

Module 5 : Néphrologie

Module 6 : Pneumologie

Module 7 : Hématologie

Module 8 : Dermatologie

Module 9 : Neurologie

Module 10 : Infectiologie

Module 11 : Oncologie

Module 12 : Hépato-gastroentérologie/Endocrinologie

3 idées de livres lorsqu’on veut se former en immunologie médicale

  • Immunologie fondamentale et immunopathologie par Collège des enseignants d’immunologie. Éditions Elsevier Masson, 2e édition. Août 2018.
  • Immunopathologie : Réussir son DFASM - Connaissances clés par Collège des enseignants d’immunologie. Éditions Elsevier Masson, 3e édition. Août 2022.
  • Les bases de l’immunologie fondamentale et clinique par A.K. Abbas, A. H. Lichtman et S. Pillai. Éditions Elsevier Masson, 3e édition. Août 2020.
  • Le prix d’une formation en immunologie

    Quel est le prix des études pour devenir immunologiste ?

    Le coût total de la formation correspond à celui d’études en faculté de médecine. Selon les associations d’étudiants, le prix d’une année de médecine peut dépasser les 10 000 € par an.

    Il comprend :

    • Les frais universitaires (frais d’inscription et contribution de vie étudiante et de campus (CVEV) ;
    • Le coût du matériel pédagogique (livres et référentiels, trousse, blouse…) ;
    • L’inscription à des prépas privées (souvent très onéreuse) ;
    • Les frais de vie courante (transport, repas, loyer…).

    Bon à savoir : Le coût moyen d’une inscription au DIU d’Immunopathologie est d’environ 600 € pour les internes en médecine.

    Comment financer une formation d’immunologue ?

    Tous les étudiants en médecine perçoivent une rémunération dès leur 1ère année d’internat et jusqu’à l’obtention de leur diplôme d’État de médecin. Cependant, ce salaire ne suffit généralement pas à couvrir le coût total de leur formation.

    En fonction de leur situation personnelle, ils peuvent bénéficier d’aides pour financer leurs études :

    • Bourse d’études
    • Bourses accordées par la Région
    • Aide dans le cadre du contrat d’engagement service public (CESP)
    • Aide au mérite
    • Aide personnalisée au logement (APL)
    • Un prêt étudiant garanti par l’État

    Poursuites d’études et évolution de carrière du médecin immunologiste

    Une fois en poste, l’immunologue peut continuer de se spécialiser, soit sur quelques pathologies particulières (cancers, lupus…), soit sur certaines techniques diagnostiques ou thérapeutiques ou encore sur la prise en charge d’une certaine catégorie de patients (enfants, personnes âgées…).

    Ces spécialisations peuvent se faire par l’obtention de diplômes supplémentaires tels que les DU et les DIU (diplômes universitaires et inter-universitaires) ou par des formations non diplômantes :

    • DIU Immunologie et biothérapies
    • DU Immuno-hématologie pédiatrique
    • Immunomonitorage des biothérapies
    • DU Éducation thérapeutique
    • Master Recherche

    Quant aux perspectives de carrière, un immunologiste peut évoluer vers :

    • l’enseignement universitaire
    • la recherche scientifique
    • un poste de chef de service hospitalier
    • l’Humanitaire

    Le quotidien d’un médecin immunologue

    Les avantages du métier d'immunologue

    • L’absence de routine, l’immunologie étant une discipline transversale, à l’interface avec plusieurs spécialités médicales.
    • Un métier dynamique et en pleine évolution.

    Les difficultés de la profession

    • La nécessité de s’informer continuellement sur les progrès réalisés dans la discipline.
    • Le contact possible avec des agents infectieux.

    Le métier vu de l’intérieur

    Associations pour les médecins immunologues

    SFI – Société française d’immunologie

    Créée en 1966, la SFI a pour objectif de promouvoir la discipline dans tous ses champs d’application, de contribuer à la formation, à la recherche et à la diffusion des actualités en immunologie

    Site : https://immunology.fr/

    FCYI – Club français des jeunes immunologistes

    Le FCYI a été créé en 2020, sous l’égide de la SFI pour rassembler les jeunes scientifiques français ou travaillant en France dans le domaine de l’immunologie.

    Site : https://immunology.fr/fr/club/ji-sfi/

    • Vous voulez sauver des vies via des formations sur-mesure ?
    • Vous voulez former votre personnel aux gestes qui sauvent ?
    • Besoin d'un audit de formation, d'un accompagnement personnalisé ou d'une aide spécifique ?

    Trouvez les meilleures formations AFGSU & Premiers secours obligatoires