Interne en médecine : statut, salaire et formation (2022)

Parcours universitaire, statut professionnel, salaires, compétences, possibilités de formation, conditions de travail… Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le statut d’interne en médecine.

interne en médecine statut

Le statut d’interne en médecine en France

L’interne en médecine bénéficie d’un statut particulier à mi-chemin entre l’étudiant et le médecin.

Qu’est-ce qu’un interne en médecine ?

Un interne en médecine est un étudiant en 3e cycle d’études médicales, communément appelé internat. Au regard de la loi, c’est un « praticien en formation spécialisée ».

Sous la responsabilité d’un médecin senior référent, il peut prodiguer des soins médicaux, pratiquer des interventions chirurgicales, travailler en laboratoire ou prescrire des examens et des thérapeutiques.

Quelle différence entre un interne en médecine et un médecin interniste ?

L’interne en médecine est un médecin en devenir. L’interniste est, quant à lui, un médecin spécialisé en médecine interne - une branche médicale qui s’intéresse aux organes internes comme le cœur, les poumons, le système digestif, etc.

Au cours de son parcours de formation, le futur médecin qui aura choisi comme spécialité la médecine interne aura ainsi le statut d’interne en médecine interne !

Attributions, compétences et responsabilités de l’interne en médecine

Le statut de l’interne en médecine est régi par les articles R. 6153-1 et suivants du Code de la Santé Publique :

  • C’est un étudiant inscrit à l’université jusqu’à la fin de son cursus.
  • C’est un salarié qui dépend de l’Assistance Publique (ou du ministère de la Défense pour les internes des hôpitaux des armées).
  • Il exerce « des fonctions de prévention, de diagnostic et de soins, par délégation et sous la responsabilité du praticien dont il relève ». Bien que n’ayant pas encore le statut de docteur en médecine, il examine les malades, propose un diagnostic et peut prescrire des thérapeutiques et des examens (toujours sous la responsabilité de son chef de service).
  • Ses obligations de service sont de 10 demi-journées/semaine : 8 demi-journées en stage dans la structure d’accueil (gardes et astreintes comprises) et 2 demi-journées consacrées à sa formation.
  • Il collabore à la formation des externes (étudiants en médecine au cours de leur 2e cycle d’études médicales).
  • Il participe à la continuité des soins au sein de l’établissement où il exerce son activité, en assurant des gardes et des astreintes.

À la fin de la procédure nationale de choix et en fonction de son classement final, il est affecté par arrêté du directeur général du Centre National de Gestion (CNG) publié au journal officiel de la République française.

Après sa nomination et quelle que soit son affectation, l’interne relève de son CHU de rattachement pour tous les actes liés à ses fonctions hospitalières.

Quelles sont les qualités nécessaires pour un interne de médecine ?

Les études de médecine sont réputées pour être particulièrement exigeantes du point de vue intellectuel, mais aussi sur les plans physique et psychique. L’interne en médecine doit avoir certaines qualités pour réussir dans sa formation :

  • Conscience professionnelle et rigueur scientifique ;
  • Capacité d’écoute et respect du secret professionnel ;
  • Envie d’apprendre et d’actualiser son savoir ;
  • Excellente mémoire ;
  • Curiosité, concentration et attention ;
  • Disponibilité ;
  • Endurance physique et résistance mentale.

Quelques chiffres et infos diverses

  • En 2021, 9 027 candidats ont été affectés en tant qu'internes de médecine.
  • La médecine générale est la spécialité la plus dotée avec 3 280 internes.
  • Les spécialités préférées des étudiants sont : la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, l’ophtalmologie et la cardiologie.
  • Les spécialités les moins demandées sont : la psychiatrie, la médecine du travail et la santé publique.
  • Les facultés de médecine de la région parisienne, de Bordeaux et de Lyon sont les plus demandées.
  • 57 % des internes en médecine sont des femmes.

Quel est le salaire d’un interne en médecine ?

Les internes en exercice perçoivent différentes rémunérations et indemnités forfaitaires. Parmi elles, on trouve :

  • salaire de base ;
  • indemnité de sujétions particulières, pour les internes en 1re et 2e année ;
  • indemnité compensatrice d’avantages en nature ;
  • indemnisation des gardes et des astreintes ;
  • prime de responsabilité ;
  • indemnité de transport ;
  • indemnité forfaitaire d’hébergement, pour les internes effectuant un stage dans une zone médicalement sous-dotée (également appelé, désert médical) ;
  • indemnités pour participation à des enseignements ou des jurys de concours…

La rémunération brute annuelle des internes en médecine est fixée par arrêté interministériel. Elle a été réévaluée en 2020, lors du Ségur de la santé, à hauteur de :

Année

Salaire brut annuel

1re année d’internat

18 473 €

2e année d’internat

20 450 €

3e année d’internat

27 042 €

4e année d’internat

27 063 €

5e année d’internat

27 080 €

Année de recherche

24 684,71 €

Les revalorisations concernent également le montant des différentes primes et indemnités forfaitaires :

Primes

Montant (brut)

Indemnités gardes et astreintes

Gardes de semaine : 149€

Gardes de WE et jours fériés : 163€

Garde supplémentaire : 163€

Indemnités compensatrices d’avantages en nature

Non logés, non nourris : 1010,64€/an

Non logés, nourris : 336,32€/an

Non nourris, logés : 674,31€/an

Indemnités de sujétions

435,18€/mois

Prime de responsabilité

125€ / mois - 4 068,38€ / an

Indemnité de transport

130€/mois

Indemnité forfaitaire d’hébergement

300 €/mois

L’interne bénéficie d’un congé annuel de 30 jours ouvrables pendant lequel il perçoit sa rémunération. La durée des congés pris en une seule fois ne peut pas excéder 24 jours ouvrables – étant réputés jours ouvrables, tous les jours de la semaine excepté le dimanche.

Ne cotisant pas pour le chômage, l’interne ne peut pas y prétendre à la fin de sa formation.

Formation initiale de l’interne en médecine

D’une durée de 3 à 5 ans en fonction de la spécialité choisie, la formation d’un interne en médecine -ou internat - est un apprentissage pratique.

Comment accède-t-on à la fonction d’interne en médecine ?

La réforme des études de santé a modifié l’accès au 3e cycle des études de médecine. Exit, les épreuves classantes nationales (ECN) qui conditionnaient l’affectation du futur interne en médecine. Dorénavant, les étudiants en 6e année de médecine passeront 2 épreuves pour entrer en internat :

  • les épreuves dématérialisées nationales (EDN). Elles comprennent 4 sessions de 3 heures : 3 sessions portant sur des questions isolées et une session sur la lecture critique de 2 articles scientifiques.
  • les examens cliniques objectifs structurés (ECOS). Il s’agit d’exercices oraux permettant d’apprécier la réaction des futurs médecins face à différentes situations cliniques.

À compter de 2023, le parcours de formation de l’étudiant (enseignements supplémentaires, engagements social, associatif ou pédagogique, expériences professionnelles, mobilité linguistique…) sera également pris en compte pour accéder à l’internat. Il comptera pour 10 % de la note du classement final.

En fonction du classement obtenu, l’étudiant est affecté, en tant qu’interne en médecine, dans une zone géographique, une discipline et une filière de spécialité.

Après l’affectation, l’étudiant s’inscrit au DES de son choix dans l’université liée par convention à son centre hospitalier universitaire (CHU) de rattachement.

Quel est le programme d’un internat en médecine ?

L’internat de médecine correspond à la phase de spécialisation et de professionnalisation de l’étudiant en médecine.

Les étudiants doivent s’inscrire à l'un des diplômes d'études spécialisées (DES) dont la liste est fixée en annexe I de l’arrêté du 21 avril 2017. Chaque DES fait l'objet d'une maquette de formation qui comprend, notamment, le programme des enseignements, la durée et la nature des stages à accomplir, les compétences spécifiques à acquérir ainsi que les modalités d’évaluation des connaissances.

L’internat de médecine est s'effectue dans des services hospitaliers agréés, sous forme de stages semestriels et au cours desquels l’interne consacre en moyenne 1 jour/semaine à sa formation universitaire.

D’une durée de 3 à 5 ans, il s’organise en 3 phases d’apprentissage distinctes :

  1. Une phase socle de 1 an (2 ans en biologie médicale). Elle permet à l’interne d'acquérir les connaissances de base de la spécialité suivie, ainsi que les compétences transversales nécessaires au bon exercice de la profession de médecin.
  2. Une phase d’approfondissement de 2 à 3 ans. Elle correspond à l’approfondissement des connaissances et des compétences dans la spécialité choisie.
  3. Une phase de consolidation, durant laquelle le « docteur junior » gagne progressivement en autonomie, mais reste toujours sous la responsabilité des praticiens qui le forment.

Les spécialités pour un interne en médecine

On compte aujourd’hui plus de 40 spécialités différentes réparties en 3 disciplines : médicales, chirurgicales et biologiques.

Spécialités médicales

  • Médecine intensive-réanimation
  • Médecine interne
  • Médecine légale et expertises médicales
  • Médecine nucléaire
  • Médecine physique et de réadaptation
  • Médecine vasculaire
  • Néphrologie
  • Neurologie
  • Oncologie
  • Pédiatrie
  • Pneumologie
  • Psychiatrie
  • Radiologie et imagerie médicale
  • Rhumatologie
  • Santé publique

Spécialités chirurgicales

  • Chirurgie infantile
  • Chirurgie maxillo-faciale
  • Chirurgie orale
  • Chirurgie orthopédique et traumatologique
  • Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique
  • Chirurgie thoracique et cardiovasculaire
  • Chirurgie vasculaire
  • Chirurgie viscérale et digestive
  • Gynécologie-obstétrique
  • Neurochirurgie
  • Ophtalmologie
  • Oto-Rhino-Laryngologie
  • Urologie

Spécialités biologiques

  • Agents infectieux
  • Biologie générale
  • Biologie de la reproduction
  • Hématologie et immunologie
  • Médecine moléculaire, génétique et pharmacologie

Bon à savoir : avant la fin de son 4e semestre, l’interne peut changer d’orientation. Ce droit au remords lui permet de choisir une autre spécialité à laquelle il était éligible avec son classement.

Formation complémentaire de l’interne en médecine

Pour acquérir des compétences particulières et élargir son champ d’expertise, l’interne peut suivre des enseignements complémentaires pendant son internat.

Les surspécialités en études de médecine

La nouvelle réforme du 3e cycle des études médicales (R3C) offre la possibilité aux internes en médecine d’ajouter une sur-spécialisation à leur DES, en suivant :

  • Une option de surspécialité, pour acquérir des compétences particulières au sein de la spécialité suivie (Exemple : rythmologie pour les internes en cardiologie).
  • Une Formation Spécialisée Transversale (FST), une option commune à plusieurs spécialités, qui apporte de la pluridisciplinarité (Exemples de FST : Nutrition appliquée, Addictologie, Douleur…).

Il est important de savoir plusieurs choses :

  • ces formations durent 2 semestres et ajoutent donc un an supplémentaire d’internat ;
  • elles ne sont pas obligatoires, mais pourront être valorisées sur le CV de l’étudiant ;
  • elles ouvrent droit à l’exercice complémentaire de la surspécialité choisie ;
  • il faut choisir entre faire une FST ou une option, car suivre les 2 est impossible.

L’année de recherche

Pour réaliser des travaux de recherche, dans le but de préparer un master, un doctorat ou un diplôme équivalent, l’interne en médecine peut bénéficier d’une année de recherche. L’attribution d’une année de recherche est soumise à certaines contraintes :

  • la qualité du projet de recherche ;
  • le laboratoire de recherche où elle se déroule doit être agréé ;
  • elle doit se dérouler sur une période continue ;
  • elle démarre au plus tôt au début de la 2e année d’internat pour se terminer au plus tard un an après la validation du DES.

Quel est le prix d’un internat en médecine ?

Les associations d’étudiants dénoncent régulièrement le coût élevé des études de médecine, qui crée des inégalités entre étudiants et renforce le taux d’échec.

Combien coûte la formation d’un interne en médecine ?

Ce sont principalement le prix des prépas privées (entre 4 000 et 7 000 €/an) et des ouvrages pédagogiques qui rendent les études de médecine coûteuses. Même si les internes ne sont pas concernés par ces dépenses, leur formation implique d’autres frais tels que :

  • les droits d’inscription dans une faculté de médecine (environ 500 €) ;
  • la contribution de vie étudiante et de campus (CVEV) qui s’élève à 92 € ;
  • les frais mensuels de vie courante (transport, repas, loyers, forfaits internet / téléphone…) qui s’élèvent en moyenne à 1 000 €/mois.

Comment financer la formation d’un interne en médecine ?

De la 1ʳᵉ à la 5e année d’internat, les étudiants en médecine sont rémunérés entre 1 652 € et 2140 € nets par mois. À ces rémunérations s’ajoutent différentes indemnités de garde, d’astreintes, d’hébergement…

Les étudiants en difficulté financière peuvent bénéficier de différentes aides financières :

  • Bourse sur critères sociaux (BCS) ;
  • Aide au mérite pour les étudiants ayant obtenu une mention « très bien » au baccalauréat ;
  • Aide personnalisée au logement (APL) ;
  • Un prêt bancaire garanti par l’État ;
  • Contrat d’engagement de service public (CESP).

Liens utiles pour les internes en médecine

ANIMT

La CNEC est membre de la Coordination Nationale des Collèges d'Enseignants en Médecine (CNCEM). Elle coordonne l’enseignement et la formation de la cancérologie en France. 

ANEMF - Association nationale des étudiants en médecine de France

L’ANEMF est une association loi 1901 qui travaille depuis 1965 pour l’intérêt commun des étudiants en médecine.

ISNI - InterSyndicale Nationale des Internes

L’ISNI a pour mission de représenter et de défendre les droits des internes en médecine auprès des interlocuteurs institutionnels, politiques, syndicaux et associatifs.

Recevez nos meilleurs guides et fiches pratiques !