Médecin du travail : métier, formation, salaire, spécialités

Le médecin du travail ne soigne pas, mais pratique une médecine de prévention. Son rôle est de faire le lien entre la santé des travailleurs et leurs conditions de travail.

Cette fiche métier regroupe toutes les informations nécessaires sur le métier de médecin du travail : ses missions, les qualités requises, les études à suivre, les salaires, les débouchés, etc.

Médecin du travail : le métier en détails

Le médecin du travail est un professionnel de santé qui intervient dans les entreprises.

Qu’est-ce qu’un médecin du travail ?

Le médecin du travail – également appelé, médecin de prévention - est chargé de réduire les risques de maladies liés aux conditions de travail chez les salariés de l’entreprise dans lequel il exerce.

Médecine du travail : définition et spécificité française

En France, la médecine du travail désigne à la fois une spécialité médicale qui s’intéresse à la prévention des atteintes à la santé des salariés (accidents du travail, maladies professionnelles…) et les services de médecine du travail au sein desquels s'exerce cette spécialité.

Dans les autres pays, la médecine du travail fait uniquement référence à l'exercice professionnel d'un médecin qui est spécialisé en santé au travail.

Quel est le rôle du médecin du travail ?

Le médecin du travail ne dispense pas de soins. Il joue un rôle exclusivement préventif qui consiste à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail.

Il surveille ainsi l’état de santé des employés et conseille les employeurs sur les mesures nécessaires pour la préserver.

À tout moment, un employeur ou un salarié peut demander l’intervention d’un médecin du travail. Celui-ci est soumis au secret médical.

Quelles sont les missions d'un médecin du travail ?

Prévention et suivi de l’état de santé du salarié au travail

  • Évalue l’aptitude ou l’inaptitude du salarié à effectuer ses tâches professionnelles

  • Organise les campagnes de vaccination et de dépistage

  • Mène les campagnes de prévention contre les addictions

  • Œuvre pour le maintien dans l’emploi des salariés

  • Participe à la prévention contre le harcèlement sexuel ou moral

  • Réalise les consultations obligatoires (visites médicales d’embauche, de reprise d’activité, de suivi individuel renforcé…)

  • Adapte la surveillance à chaque salarié en fonction des antécédents personnels et des risques professionnels auxquels il est soumis

  • Rédige les certificats de santé en cas de besoin

  • Intervient dans les cas d’accident du travail

  • Préconise et valide les arrêts de travail comme les reprises ou non d’une activité

  • Donne des soins d’urgence en cas de besoin

Actions et organisation des lieux de travail

  • Contribue à l’identification et l’évaluation des risques d’atteinte à la santé sur le lieu de travail (nuisances sonores, exposition aux substances chimiques…)

  • Contrôle l’accessibilité aux personnes handicapées

  • Promeut l’hygiène des locaux

  • Alerte en cas de risques pour la santé des salariés et met en place des solutions pertinentes

Conseil/pédagogie/communication

  • Conseille sur l’amélioration des conditions de vie et de travail dans l’entreprise (adaptation des postes, des techniques, des rythmes de travail, protection des salariés contre les nuisances, les risques d’accidents du travail ou l’utilisation de produits dangereux)

  • Conseille les salariés sur la prise en charge de leur santé

  • En cas de besoin, propose des soins en indiquant quel type de médecin doit être consulté

  • Animation transversale des équipes de santé au travail (infirmières, kinés, ergonomes, psychologues…)

  • Rédaction de recommandations

Les qualités nécessaires pour être médecin du travail

Le médecin du travail doit être capable de détecter et d’évaluer les troubles liés à la profession des salariés. En plus des connaissances médicales nécessaires pour exercer son métier, il doit connaître les normes en vigueur dans différents secteurs d’activités. Il doit également posséder certaines qualités personnelles :

  • Intérêt pour la santé et la technique

  • Conscience professionnelle et éthique

  • Capacité d’analyse, d’observation et de synthèse

  • Capacité d’écoute et empathie

  • Pédagogie

Lieux d’exercice d’un médecin du travail

Le médecin du travail évolue dans le milieu des entreprises privées ou au sein d’établissements publics (établissements publics industriels et commerciaux ou établissements publics administratifs).

Selon l’effectif de l’entreprise, il est employé dans un service de santé au travail qui peut être :

  • un service interne de l'entreprise, quand celle-ci regroupe plus de 500 salariés ;

  • un service de santé au travail interentreprises.

Quel est le salaire d'un médecin du travail ?

Le salaire d’un médecin du travail varie en fonction du secteur dans lequel il exerce. Il est généralement mieux payé dans le secteur privé que dans le secteur public.

Le salaire moyen d’un médecin du travail débutant se situe aux alentours de 2 500 €/mois. Après quelques années d’expérience, il peut gagner jusqu’à 8 000 € mensuels nets.

Dans le secteur public, le médecin du travail est considéré comme un fonctionnaire. Sa rémunération est fixée par une grille indiciaire définie par l’État.

Échelon

Salaire brut mensuel moyen

1

2 858,48 €

2

2 975,63 €

3

3 205,24 €

4

3 439,54 €

5

3 669,16 €

6

3 847,23 €

7

4 170,56 €

8

4 554,82 €

Études et formation pour devenir médecin du travail

Le métier de médecin du travail est accessible en formation initiale après 10 années d’études en faculté de médecine.

Comment peut-on devenir médecin du travail ?

Il existe plusieurs possibilités pour devenir médecin du travail :

1.    Par la formation initiale. Après les 6 premières années de médecine (enseignements généraux), l’étudiant peut choisir de se spécialiser en médecine du travail. L’internat de médecine du travail dure 4 ans et aboutit à la délivrance du DES de médecine et santé au travail.

La formation comprend des 8 stages pratiques et 250 heures de cours réparties en 7 modules :

  • Monde du travail

  • Réglementation

  • Organisation de la santé au travail

  • Risques professionnels

  • Évaluation et la promotion des capacités de travail et maintien dans l’emploi

  • Soins d’urgence

  • Du risque professionnel au risque environnemental

2. Par la voie d’un concours européen pour passer le concours spécial de l’internat en médecine du travail. Celui-ci est ouvert à tous les médecins qui peuvent justifier de 3 années de pratique de la médecine. Les médecins généralistes, de santé publique ou urgentistes sont ceux qui s’engagent le plus souvent dans cette voie.

Cette formation de 2 ans est limitée aux stages de médecine du travail et de pathologie professionnelle. En fin de cursus, le diplômé doit exercer en tant que médecin du travail durant au moins 4 ans.

3.    Par un poste de collaborateur médecin dans un service de santé au travail. Il s'agit d'un statut spécifique dont peuvent bénéficier les médecins en exercice qui sont recrutés par un service de santé. Ces médecins s’engagent à suivre une formation universitaire pratique et théorique pour obtenir une requalification en médecine du travail par l'Ordre des médecins.

Le DIU Pratiques médicales en santé au travail pour la formation des collaborateurs médecins a été créé en 2013 par le Collège des enseignants hospitalo-universitaires en médecine du travail. Il répond au besoin de formation des médecins en reconversion dans la discipline.

Quel est le prix d’une formation de médecin du travail ?

D’après plusieurs associations d’étudiants en médecine, la formation coûte en moyenne entre 8 000 € et 15 000 € par an.

Le coût des études pour devenir médecin du travail

Le prix de la formation dépend de la situation personnelle de l’étudiant, mais surtout des classes privées préparatoires qui sont souvent très onéreuses. Il comprend :

  • les droits de scolarité (en moyenne 170 €) ;

  • la contribution de vie étudiante et de campus (CVEV) qui s’élève à 92 € ;

  • les supports pédagogiques (livres et référentiels…) ;

  • l’inscription à des prépas privées (en moyenne entre 4 000 et 7 000 €) ;

  • autres dépenses (logement, santé, transport, alimentation, frais de vie courante…).

Le financement des études de médecine du travail

 Il existe plusieurs possibilités d’aides pour financer la formation de médecin du travail. Parmi elles, on trouve :

  • bourse sur critères sociaux ;

  • subventions des collectivités locales (département, région…)

  • aide au mérite pour les étudiants ayant obtenu le bac avec une mention très bien ;

  • aide personnalisée au logement (APL) ;

  • prêt bancaire garanti par l’État.

  • rémunération perçue par les étudiants dès la 4e année de médecine, à laquelle s’ajoutent les indemnités de garde et d’hébergement.

Spécialisations et évolutions de carrière du médecin du travail

L’évolution de carrière d’un médecin du travail passe généralement par des formations complémentaires. Grâce à elles, le médecin du travail peut élargir ses compétences pour appréhender les problèmes de santé liés aux nouvelles technologies qui voient sans cesse le jour.

Pendant son internat, le futur médecin du travail a la possibilité de candidater à des formations spécialisées transversales (FST), notamment :

  • Addictologie ;

  • Douleur ;

  • Expertise médicale et préjudice corporel ;

  • Sommeil…

Alors qu’il est déjà en exercice, le médecin du travail peut continuer à se former en suivant des formations diplômantes ou non, comme :

  • DU Radioprotection appliquée à la médecine du travail ;

  • Capacité de médecine aérospatiale (indispensable pour les médecins qui pratiquent les examens médicaux du personnel navigant professionnel dans les centres d’expertise médicale) ;

  • DU ergonomie ;

  • DU Radioprotection appliquée à la médecine du travail…

Le médecin du travail peut aussi accéder à différents enseignements dans le cadre du développement professionnel continu (DPC), tels que :

  • Organiser le suivi médical des salariés exposés aux agents chimiques ;

  • Évaluer et prévenir les risques biologiques en entreprise ;

  • Évaluer et prévenir les nuisances sonores en milieu industriel ;

  • Conduire une démarche de prévention des troubles musculosquelettiques.

Parmi les évolutions de carrière possibles, le médecin du travail peut devenir :

  • Coordinateur d’une équipe pluridisciplinaire de santé au travail, dans une entreprise ;

  • Médecin inspecteur du travail ;

  • Enseignant-chercheur en médecine du travail

Le quotidien d’un médecin du travail

Le métier de médecin du travail est méconnu, peu d’étudiants s’orientent spontanément vers cette spécialité.

C’est pourtant une profession qui présente de nombreux avantages et qui peut s’avérer passionnant pour certains.

Les plus du métier

  • Bonne rémunération
  • Salarié avec un statut de cadre, il bénéficie des avantages sociaux
  • Horaires fixes (sans garde ni astreinte)
  • Métier porteur en raison du déficit du nombre de médecins du travail
  • Variété des missions
  • Convient à ceux qui souhaitent œuvrer pour la santé des gens sans être en contact avec les corps (ceux qui préfèrent « prévenir que guérir » !)

Les moins

  • Les études sont longues
  • Méconnu, le métier souffre parfois d’une mauvaise image

Témoignages

Médecin du travail dans un service interprofessionnel de santé au travail

Médecin du travail dans une grande entreprise

Le métier de médecin du travail

Liens utiles pour les médecins du travail

ANIMT – Association nationale des internes en médecine du travail

Créée en 2013, l’ANIMT a pour missions de promouvoir la spécialité de la Médecine du Travail, de veiller à la défense des droits et intérêts de ses internes et de contribuer à l’amélioration de la formation des futurs médecins du travail.

CEHUMT – Collège des Enseignants Hospitalo-universitaires de Médecine du Travail

Le CEHUMT assure l’organisation pédagogique de la discipline sur un plan national.

  • Faculté de Médecine Paris Descartes - 15 rue de l'école de Médecine - 75006 Paris
  • Site : http://www.devenir-medecin-du-travail.org/

SFMT– Société française de médecine du travail

Née en 1987, la SFMT a pour mission de développer et de propager les études et les recherches scientifiques dans tous les domaines de la médecine du travail, notamment la toxicologie et l’hygiène industrielle, l’ergonomie, la législation du travail… Elle anime le réseau national des consultations de pathologies professionnelles.

Recevez nos meilleurs guides et fiches pratiques !