Médecin légiste | Métier, formation et salaire (2024)

Article mis à jour le : 5 janvier 2024

Bien que largement médiatisé par les séries policières américaines, le métier de médecin légiste demeure méconnu du grand public.

Il exerce pourtant une discipline médicale à la fois singulière, car elle ne soigne pas, et cruciale pour toutes les victimes de violences et de dommages corporels.

Si vous souhaitez tout savoir sur le métier de médecin légiste, découvrez son rôle exact et la nature de ses missions, quelles sont les études à suivre, les qualités requises, les salaires, les débouchés, etc.

Missions du médecin légiste

Le métier de médecin légiste en France

Qu’est-ce qu’un médecin légiste ?

Le médecin légiste est un spécialiste de la médecine légale.

Il utilise et applique les principes de médecine, non pas à des fins thérapeutiques (le médecin légiste ne soigne pas les personnes auprès desquelles il intervient), mais pour des questions légales.

Quel est le rôle du médecin légiste ?

Le médecin légiste exerce son activité auprès de victimes de tout type de violences ou de dommages corporels, qu’elles soient vivantes ou décédées et quel que soit leur âge.

Il procède à l’autopsie de cadavres pour fournir des informations cruciales dans le cadre d’une enquête criminelle, lorsque le décès est d’origine criminelle ou suspecte. Il mais également dans les cas de morts survenues de façon naturelle, de suicides ou d’accidents.

Il réalise également des expertises médicales pour le compte de la justice ou des assurances en examinant des personnes vivantes qui ont subi une agression, un accident du travail, un accident médical, un viol, une maltraitance, etc.

Le médecin légiste travaille en étroite collaboration avec le monde judiciaire et généralement à la demande de la police ou de la justice (parquet, juge d’instruction, magistrat, expert judiciaire, forces de l’ordre…).

Selon les cas, il peut travailler au sein d’une équipe constituée d’autres médecins (psychiatres, anthropologues…), d’infirmières, de psychologues ou encore des techniciens de scènes de crimes, des agents mortuaires, des thanatopracteurs

Le médecin légiste est soumis à une double obligation : le secret médical et le secret de l’instruction, en cas d’enquête.

Les missions d’un médecin légiste sont nombreuses et variées. Elles recouvrent 2 grands champs d’activités. Une activité majeure, qui correspond à une activité de médecine légale du vivant ou victimologie et une activité mineure de médecine légale de la mort, ou thanatologie.

Les missions principales du médecin légiste

Autopsies/Activités de thanatologie

  • Effectue les levées de corps
  • Procède à l’examen des corps, analyse les blessures, relève les blessures et leur position
  • Constate les agressions sexuelles
  • Collecte des échantillons biologiques et non biologiques (fibres de tissus, résidus de tir…)
  • Procède ou fait procéder à des examens toxicologiques, biologiques, chimiques…
  • Détermine l’âge, voire le sexe, de corps non identifiés et non identifiables sans son expertise
  • Ouvre les corps, examine les organes, détermine la trajectoire des armes blanches et des balles
  • Détermine les causes, les circonstances, la date et l’heure du décès
  • Rédige les rapports médico-légaux

Expertises médicales/ Activités de victimologie

Procède à l’examen clinique des victimes

Identifie les dommages corporels subis, détermine les causes, évalue leur importance et leurs répercussions sur la victime

Apporte soutien psychologique et assistance sociale aux victimes, en cas de besoin

Conseille et oriente vers des associations et des structures médicales compétentes

Détermine les incapacités de travail (temporaires ou totales)

Autres missions

Procède à l’examen des gardés à vue, détermine si l’état de santé d’un auteur d’agression est compatible avec sa mise en garde à vue

Réalise des expertises médico-légales

Procède à des reconstitutions judiciaires

  • Témoigne au tribunal en tant que médecin expert (déposition judiciaire)

Quelles sont les qualités nécessaires à un médecin légiste ?

Outre une maîtrise large de la médecine avec des connaissances approfondies en anatomie, en physiologie ou en sciences médico-légales, le médecin légiste doit posséder des qualités telles que :

  • Conscience professionnelle et éthique
  • Capacité d’analyse, d’observation et de synthèse
  • Rigueur et précision
  • Bon équilibre émotionnel
  • Discrétion

Quels sont les lieux d’exercice d’un médecin légiste ?

Le médecin légiste peut exercer son activité dans différentes structures et sous différents modes :

  • Dans des instituts médico-légaux (IML) et des unités médico-judiciaires (UMJ) présents dans les CHU et les hôpitaux périphériques
  • Dans un cabinet d’expertise libéral
  • En tant que médecin conseil pour des assurance
Le médecin légiste est un spécialiste de la médecine légale.

La médecine légale en quelques dates et chiffres clés

  • Le traité Xi Yuan Ji Lu de Song Ci (1186–1249), est considéré comme un ouvrage pionnier de la médecine légale.
  • En 1536, François 1er rédige la première ébauche de médecine légale.
  • En 1537, André Vésale, médecin et chirurgien de l’empereur Charles Quint, procède à la 1ere dissection publique d'un cadavre.
  • En 1635, Paul Zacchias, considéré comme le fondateur de la médecine légale moderne, écrit les Quaestiones medico-legales.
  • En France, J-J Belloc (1730-1807) est considéré comme le pionnier de la médecine légale.
  • En 1867, Henri Legrand Du Saulle fonde la Société Française de Médecine Légale et d'Expertises Médicales.
  • En 1877, la médecine légale est enseignée en faculté (Paris).
  • En France, 161 médecins légistes sont en exercice en 2023.
  • En 2021, les médecins légistes ont réalisé un total de 260 000 actes (les autopsies représentaient moins de 5% d’entre eux).

Le salaire d'un médecin légiste

Le salaire mensuel moyen d’un médecin légiste débutant se situe entre 3 000 € et 3 500 € brut. En fin de carrière, il peut dépasser les 10 000 €.

Études et formation pour devenir médecin légiste

Le métier de médecin légiste est accessible en formation initiale après 10 années d’études en faculté de médecine.

Quel diplôme faut-il pour être médecin légiste ?

Depuis 2017, la médecine légale est devenue une spécialité médicale à part entière.

Pour devenir médecin légiste, il faut obtenir un diplôme d’études spécialisées (DES) en médecine légale et expertises médicales.

Quelles études suivre pour devenir médecin légiste ?

Le médecin légiste est avant tout un médecin. Il doit donc franchir toutes les étapes du cursus des études de médecine avant de se spécialiser en médecine légale et expertises médicales.

Le cursus à suivre est le suivant :

  • Après une 1ere année en PASS (Parcours Accès Santé Spécifique) ou en LAS (Licence Accès Santé), il doit valider le 1er cycle des études de médecine avec 2 années supplémentaires d’études. À la fin du 1er cycle, il obtient un diplôme de formation générale en sciences médicales (DFGSM), reconnu de niveau Licence.
  • Un 2e cycle de 3 ans, appelé externat, lui permet d’approfondir les connaissances médicales et d’aborder la pathologie, notamment par le biais de nombreux stages semestriels. En fin d’externat, il obtient le DFASM (diplôme de formation approfondie en sciences médicales), reconnu au niveau master, et passe le concours de l’internat.
  • C’est au cours de l’internat, 3e et dernier cycle des études de médecine, que le futur médecin légiste se spécialise dans sa discipline et obtient le DES de médecine légale et expertises médicales.

Quel est le programme de l’internat de médecine légale et expertises médicales ?

L’internat de médecine légale et expertises médicales dure 4 ans. Depuis la réforme du 3e cycle des études médicales de 2017, il est organisé en 3 phases : une phase socle (1 an), une phase d’approfondissement (3 ans) et une phase de consolidation (1 an).

Il est constitué d’une alternance d’enseignements théoriques et de stages pratiques dans des services agréés.

Les enseignements portent notamment sur :

  • Thanatologie (techniques d’autopsies, morts naturelles, morts violentes, anatomopathologie médico-légale…)
  • Victimologie (le parcours médico-judiciaire, les violence sexuelles, conjugales, tortures…)
  • Expertises médicales
  • Procédures pénale et civile et relations police-justice
  • Pédiatrie médico-légale
  • Psychiatrie médico-légale
  • Droit de la santé et législation sociale, éthique médicale
  • Balistique
  • Organisation des soins en milieu pénitentiaire et garde à vue

La formation pratique se fait sous la forme de 8 semestres de stages obligatoires à réaliser dans des services agréés dans la spécialité et parmi les spécialités d’Anatomie et cytologie pathologiques, Médecine physique et réadaptation, Médecine d’urgence, Pédiatrie, Gynécologie médicale, Radiologie et imagerie médicale ou en Psychiatrie.

Le détail des enseignements, la durée et la nature des stages à accomplir ainsi que les modalités d’évaluation des connaissances sont consultables sur la maquette du DES Médecine légale et expertises médicales.

Comment se préparer aux études de médecine légiste ?

Plusieurs livres, des référentiels et des outils numériques sont disponibles :

  • Référentiel Médecine légale, Médecine du travail par Collège National des Enseignants de Médecine Légale (CNEML), Collège des Enseignants Hospitalo-Universitaires de Médecine et Santé au Travail (CEHUMT), Société Française de Médecine Légale (SFML). Edition Elsevier Masson. 2e édition. Novembre 2022.
  • Traité de médecine légale par Jean Pol Beauthier. Éditions De Boeck. 3e édition. Mai 2022.
  • Manuel d’expertises médicales par Éric Baccino. Éditions Sauramps medical. Janvier 2021.
  • SIDES-NG, une plateforme numérique portée par l’Université Numérique en Santé et en Sport (UNESS), animée par les enseignants du 3e cycle et mise à la disposition de chaque interne.

Prix et financement des études pour devenir médecin légiste

Les études de médecine sont longues et coûtent chères. Entre 8 000 € et 15 000 € par an, selon plusieurs associations étudiantes, et avec des variabilités selon les régions.

À partir de la 6e année de médecine, ce coût est en partie compensé par la rémunération perçue par les internes.

Des aides financières permettent de financer une partie ou la totalité du cursus universitaire nécessaire pour devenir médecin légiste. C’est la situation personnelle de l’étudiant qui détermine le droit ou non à obtenir une de ces aides :

  • Bourse sur critères sociaux
  • Subventions des régions
  • Aide au mérite pour les étudiants
  • Aide personnalisée au logement (APL)
  • Prêt bancaire garanti par l’État

Poursuite d’études et évolutions de carrière du médecin légiste

Comme tous les autres médecins hospitaliers, le médecin légiste peut, au cours de sa carrière, évoluer vers plusieurs statuts et fonctions.

Il a la possibilité de diriger un service médico-judiciaire en devenant chef de clinique. Il peut aussi combiner des activités de recherche et d’enseignement à ses activités hospitalières, en devenant MCU-PH (Maître de conférences) puis PU-PH (Professeur des universités).

Les évolutions vers des postes d’expert en criminologie, de médecin conseil pour une compagnie d’assurance sont aussi possibles. Elles nécessitent généralement de suivre des formations complémentaires pour se perfectionner ou se spécialiser dans le droit, la balistique, les violences faites aux enfants, la psychologie par exemple.

Le quotidien d’un médecin légiste

Peu d’étudiants s’orientent spontanément vers la médecine légale. C’est pourtant une discipline qui présente de nombreux avantages et qui s’avère passionnante pour ceux qui la pratique.

Les avantages du métier

  • L’absence de routine, la variété des missions, la transversalité de la spécialité, le travail en équipe pluridisciplinaire et pluriprofessionnelle.
  • La singularité de la discipline qui se trouve à l’interface entre plusieurs mondes (médical, judiciaire, social…).
  • La médecine légale est une spécialité récente et en fort développement, grâce aux progrès des sciences.

Les difficultés du métier

  • Le médecin légiste exerce une activité qui ne peut pas toujours être planifiée (urgences médico-judiciaires).
  • Le médecin légiste est de permanence et d’astreinte 24h/24 et 7 jours/7.

Liens utiles pour médecins légistes

  • SFMLEM - Société française de médecine légale et d’expertises médicales

Créée en 1867, la SFMLEM est une association dont le rôle est de fédérer l’ensemble des professionnels de la médecine légale.

Site : https://medecinelegale.com/

  • ANAMEVA - Association Nationale des Médecins-conseils de Victimes d’Accident avec dommage corporel

Association créée en 1985 pour « répondre à la demande exprimée par diverses associations de victimes, ainsi que par des avocats spécialisés, de voir se regrouper les médecins-conseils de blessés ou de victimes ».

Site : https://www.anameva.com/

  • Vous voulez sauver des vies via des formations sur-mesure ?
  • Vous voulez former votre personnel aux gestes qui sauvent ?
  • Besoin d'un audit de formation, d'un accompagnement personnalisé ou d'une aide spécifique ?

Trouvez les meilleures formations AFGSU & Premiers secours obligatoires