Orthoprothésiste | Études, Rôle, Métier & Salaire (2024)

Article mis à jour le : 22 décembre 2023

Traumatismes dus aux accidents, amputations liées à une maladie, mutilations de guerre, déformations congénitales… l’orthoprothésiste prend en charge les handicaps les plus lourds.

Vous souhaitez des informations sur la profession ? Découvrez quels sont les salaires, les études à suivre, les débouchés et les évolutions de carrière de l’orthoprothésiste.

rôle du métier de l'orthoprothésiste

Le métier d'orthoprothésiste

L’orthoprothésiste est un professionnel de santé qui joue un rôle essentiel dans le soin et l’accompagnement des personnes fragilisées par une situation de lourd handicap.

Qu’est-ce qu’un orthoprothésiste ?

L’orthoprothésiste est un thérapeute habilité à procéder à l’appareillage des personnes, avec des prothèses ou des orthèses, dans le but de soulager, préserver, compenser ou restaurer leur intégrité structurelle et fonctionnelle.

L'appareillage recouvre la conception, la prise de mesure (empreinte ou moulage), la fabrication, l'essayage, l'adaptation, la délivrance de l'appareil, le contrôle de sa tolérance et de son efficacité fonctionnelle immédiate, le suivi de l'appareillage, de son adaptation, sa maintenance et ses réparations.

La liste des appareillages pouvant être délivrés par un orthoprothésiste est réglementée et comprend :

  • Les dispositifs médicaux sur mesure destinés au maintien, à la correction ou au remplacement de tout ou partie d’un membre ou du tronc ;
  • Les orthèses du tronc destinées à prévenir ou à corriger des déformations du rachis ;
  • Les orthèses de positionnement du corps en position assise, debout ou couchée ;
  • Les appareillages orthopédiques de série, les aides techniques et les assistances technologiques.

Le champ d’application de l’orthoprothésiste est large. Il travaille auprès de malades, de personnes accidentées ou de sportifs, et intervient à tous les âges de la vie, du nourrisson (casque de correction des déformations crâniennes…) à la personne âgée.

Spécialiste de pointe de l’appareillage médical, il maîtrise les technologies contemporaines comme l’informatique, la conception assistée par ordinateur, l’impression 3D...

Quel est le rôle d’un orthoprothésiste ?

L’orthoprothésiste travaille généralement sur prescription médicale, à la demande d’un médecin ou d’un chirurgien.

Il joue un rôle essentiel en faisant le lien entre l’équipe médicale (médecin/chirurgien prescripteur, kinésithérapeute, ergothérapeute…) et le patient.

  • Interprétation de l’ordonnance du médecin prescripteur
  • Examen clinique et anamnèse
  • Analyse des données recueillies et réalisation d’un bilan orthoprothétique
  • Évaluation d’une situation et détermination du traitement à maettre en œuvre
  • Prise de mesure et des empreintes, choix des matériaux
  • Conception et réalisation d’appareillages adaptés aux besoins et aux caractéristiques spécifiques du patient
  • Délivrance des orthèses et des prothèses sur mesure et sur moulage
  • Conseil, adaptation et délivrance d’appareillages orthopédiques de série, d’aides techniques et d’assistances technologiques
  • Suivi de la personne appareillée (contrôle de l’efficacité fonctionnelle et de la tolérance des appareillages)
  • Suivi des appareillages, maintenance et réparation
  • Conseil, information et éducation thérapeutique du patient et de son entourage
  • Communication et coopération avec les autres professionnels dans le cadre d'un projet d'intervention personnalisé
  • Recherche, traitement et production de données professionnelles et scientifiques
  • Les qualités requises pour devenir orthoprothésiste

    Le métier d’orthoprothésiste nécessite des connaissances médicales et techniques. Évoluant au contact de patients fragilisés, handicapés, ayant perdu un ou plusieurs membres, l’orthoprothésiste doit aussi posséder d’excellentes qualités humaines et certaines compétences personnelles :

    • Rigueur, précision et technicité
    • Habileté manuelle
    • Maîtrise des logiciels de modélisation 3D et goût pour l’innovation technologique
    • Capacité d’écoute, de dialogue et de compréhension
    • Patience, empathie et tact
    • Stabilité émotionnelle, pour faire face à la souffrance des personnes
    • Adaptabilité aux besoins spécifiques de chaque patient
    • Pédagogie et aptitude à communiquer de façon adaptée

    Où travaille un orthoprothésiste ?

    L’orthoprothésiste peut exercer en tant que salarié ou bien en libéral dans :

    • un atelier artisanal, seul ou associé avec d’autres professionnels de l’appareillage orthoprothétique ;
    • un centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle ;
    • une entreprise de fabrication d’orthèses et de prothèses ;
    • un laboratoire ;
    • un établissement médical (hôpital, clinique) ;
    • une organisation humanitaire (Handicap International, Croix-Rouge…).

    Le salaire d’un orthoprothésiste

    Un orthoprothésiste débutant perçoit en moyenne 2 000 € bruts mensuels. Avec l’expérience et selon son employeur, il peut prétendre à des rémunérations supérieures (jusqu’à 5 000 € bruts/mois).

    Les orthoprothésistes installés à leur compte ont des revenus qui varient en fonction de l’importance de leur patientèle.

    La formation pour devenir orthoporthésiste

    En France, la profession d’orthoprothésiste est régie par le code de la santé publique. Selon l’article D. 4364-8, pour pouvoir exercer, il faut être titulaire d’un diplôme d'État français d'orthoprothésiste ou de podo-orthésiste ou bien de pouvoir justifier d’une compétence professionnelle reconnue.

    Quel diplôme pour devenir orthoprothésiste ?

    Différents diplômes permettent de réaliser des appareillages orthoprothétiques :

    • Le CAP Orthoprothésiste (2 ans) permet d’occuper un poste d’ouvrier spécialisé dans la réalisation de l’appareillage des personnes handicapées.
    • Le baccalauréat professionnel (TAO) Technicien en appareillage orthopédique (3 ans) permet d’occuper un poste de responsable d’atelier de fabrication.
    • Le brevet de technicien supérieur (BTS) Prothésiste-orthésiste.

    Cependant, selon le Code de la santé publique, seul le BTS Prothésiste-orthésiste permet d’obtenir le titre d’orthoprothésiste. Il garantit l’acquisition des connaissances et des savoir-faire nécessaires à l’exercice total et complet du métier.

    Quel est le programme du BTS Prothésiste-orthésiste ?

    Le BTS Prothésiste-orthésiste se prépare en 3 ans dans des lycées publics ou privés sous contrat. La formation comprend des cours magistraux (environ 31 heures/semaine), des enseignements pratiques en atelier et plusieurs périodes de stages (13 semaines en entreprise et 9 semaines en milieu hospitalier ou en centre de rééducation).

    Les matières enseignées sont notamment :

    • Mathématiques
    • Sciences appliquées (physique, chimie…) ;
    • Connaissances médicales (anatomie, physiologie et pathologies)
    • Technologie professionnelle
    • Conception et fabrication par ordinateur (CFAO)
    • Gestion, législation et déontologie
    • Psychologie et sociologie
    • Français
    • Langue vivante

    L’obtention du diplôme est soumise à :

    • la validation de toutes les matières lors des épreuves orales et écrites réalisées en fin de 3e année (note générale égale ou supérieure à 10/20)
    • la réalisation d’une prothèse ou orthèse en fonction d’une indication médicale
    • la présentation devant un jury d’un rapport de stage

    Quelles sont les modalités d’accès au BTS Prothésiste-orthésiste ?

    Le BTS Prothésiste-orthésiste est accessible aux titulaires :

    • d’un baccalauréat technologique STI, STL, ST2S
    • d’un baccalauréat professionnel TAO
    • d’un baccalauréat général, filière scientifique de préférence
    • aux personnes en reconversion pouvant justifier d’un cursus d'études dans des domaines connexes (ergothérapie, kinésithérapie, médecine…).

    L’admission dans la formation se fait après inscription sur la plateforme Parcoursup. Les candidats sont ensuite sélectionnés sur la base de leur dossier et d’un entretien avec un jury composé d'enseignants et de professionnels.

    Prix et mode de financement d’une formation d’orthoprothésiste

    Le coût total de la formation dépend du cursus choisi et de la situation personnelle de l’étudiant. Il comprend :

    • les frais de scolarité (en moyenne 2 500 €/an) ;
    • les frais d’inscription (entre 100 et 250 €/an) ;
    • l’achat de matériel pédagogique et de boîte à outils (environ 1 000 €) ;
    • les dépenses annexes (frais d’hébergement, de transport et de restauration).

    Selon les cas, différents dispositifs d’aides peuvent être mis en œuvre pour financer tout ou partie d’une formation d’orthoprothésiste :

    • Aides du Conseil régional
    • Bourse sur critères sociaux de l’enseignement supérieur
    • Aide au mérite
    • Aide du Pôle emploi
    • Droit individuel de formation (DIF)
    • Compte personnel de formation (CPF)
    • Prêt étudiant garanti par l’État, déduction des impôts (en cas d’autofinancement).

    Poursuite d’études et évolution de carrière d’un orthoprothésiste

    Pour adapter ses pratiques à l’évolution des connaissances médicales, l’orthoprothésiste, comme les autres professionnels de santé, a l’obligation de continuer à se former tout au long de sa carrière. Grâce au développement professionnel continu (DPC), qui propose de nombreux parcours de formation réglementés, il peut actualiser ses savoirs et acquérir de nouvelles compétences.

    En fonction de ses compétences et de ses affinités, l’orthoprothésiste peut aussi choisir de se spécialiser dans la conception d’orthèses/prothèses particulières et ainsi devenir expert dans un domaine spécifique.

    Il a aussi la possibilité d’approfondir ses connaissances dans le but d’évoluer dans sa profession, voire de s’orienter vers d’autres horizons professionnels, comme la recherche. Il pourra ainsi travailler au développement de nouveaux dispositifs médicaux, de nouveaux outils numériques ou de matériaux innovants.

    Il existe de nombreuses formations complémentaires, plus ou moins longues, diplômantes ou certifiantes, proposées par des universités, des établissements de formation privés ou des associations de professionnels.

    Parmi celles-ci, on trouve :

    • Spécialisation en posturologie clinique
    • Prise en charge des déformations crâniennes du nourrisson
    • La médecine et le soin en situation d’urgence
    • L’impression 3D en orthopédie-orthèse
    • Spécialisation dans les orthèses de main
    • DU Prothèse faciale appliquée

    Le quotidien d’un orthoprothésiste

    Les avantages du métier

    • Satisfaction d’aider les personnes traumatisées ou en situation de lourd handicap
    • Études courtes
    • Activité diversifiée
    • Bonnes opportunités d’emploi

    Les inconvénients

    • Métier exigeant sur le plan émotionnel
    • Nécessité de se former en permanence pour faire face à l’évolution constante des techniques
    • Rémunérations peu attractives en début de carrière

    Lien utile & Association des orthoprothésistes

    • UFOP - Union française des orthoprothésistes

      Créée en 1988, l’UFOP représente et défend la profession auprès des différents acteurs du système de santé français ainsi qu’au niveau des instances européennes et internationales.

      6 rue Léon Jouhaux – 75 010 Paris

      Site :  https://www.ufop-ortho.fr/

    • Vous voulez sauver des vies via des formations sur-mesure ?
    • Vous voulez former votre personnel aux gestes qui sauvent ?
    • Besoin d'un audit de formation, d'un accompagnement personnalisé ou d'une aide spécifique ?

    Trouvez les meilleures formations AFGSU & Premiers secours obligatoires