SCORE Cardiovasculaire | Définition, utilisation, résultats

Article mis à jour le : 3 janvier 2024

Le SCORE cardiovasculaire est une méthode d’évaluation du risque d’accident cardiovasculaire dans les 10 années suivantes. Cet outil permet d’évaluer rapidement le risque individuel d’un patient à l’aide de quelques facteurs de risques identifiés : le sexe, l’âge, le tabagisme, la tension artérielle et le taux de cholestérol global.

Ce guide vous explique pourquoi, quand et comment utiliser le SCORE cardiovasculaire.

abréviation de Systematic Coronary Risk Estimation

Qu’est-ce que SCORE ?

SCORE est l’abréviation de Systematic Coronary Risk Estimation et a été créée en 2003. Cet outil prend en compte les principaux facteurs de risques des maladies cardiovasculaires et il ne s’applique qu’en prévention primaire.

SCORE permet d’évaluer rapidement le risque de développer un accident cardiovasculaire fatal dans les 10 années à venir.

Les facteurs de risques pris en compte par SCORE sont les suivants :

  • le sexe ;
  • l’âge (de 40 à 70 ans) ;
  • la pression artérielle systolique ;
  • le cholestérol total ;
  • le statut tabagique ;
  • la concentration en HDL-cholestérol (HDL cholestérol, lipoprotéines de haute densité).

Quelles sont les maladies cardiovasculaires ?

Les maladies cardio-neurovasculaires touchent les vaisseaux sanguins et le cœur. Les plus courantes sont :

  • les cardiopathies coronariennes (qui concernent les vaisseaux sanguins alimentant le muscle cardiaque) ;
  • les maladies cérébro-vasculaires (qui touchent les vaisseaux sanguins alimentant le cerveau) ;
  • les cardiopathies congénitales ;
  • les artériopathies périphériques (qui touchent essentiellement les vaisseaux sanguins alimentant les jambes) ;
  • les cardiopathies rhumatismales (qui concernent le muscle et les valves cardiaques) ;
  • les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires.

Pourquoi utiliser SCORE ?

Les maladies cardiovasculaires provoquent environ 140 000 décès par an en France et sont la deuxième cause de mortalité *. Les comportements à risque favorisent la survenue de maladies cardiovasculaires et le rôle de la prévention est primordiale.

L’estimation du risque permet de réduire la probabilité de survenue de complications cardiovasculaires. L’utilisation du SCORE est recommandée par la HAS (Haute autorité de santé), car elle est adaptée à la population européenne, contrairement au score américain Framingham créé en 1976 et élaboré à partir de données d’une population américaine.

* Chiffres communiqués par le ministère de la Santé. Mise à jour en septembre 2023.

D’autres outils d’évaluation du risque cardiovasculaire

D’autres outils d’évaluation du risque cardiovasculaire

SCORE a été créée en 2003 et d’autres outils ont été développés et validés : PROCAM en Allemagne, PROCAM/GSLA en Suisse, ASSIGN en Ecosse, QRISK en Grande-Bretagne et Framingham, Reynolds ou l’ASCVD-Risk-Estimator aux Etats-Unis.

Leur principale différence porte sur le nombre de facteurs de risques pris en compte.

Quand utiliser SCORE ?

Les tables SCORE doivent utilisée uniquement pour les personnes âgées de 40 à 65 ans. En dehors de cette tranche d’âge, il existe d’autres tests et d’autres protocoles à suivre pour évaluer les risques cardiovasculaires.

Les situations où SCORE ne peut pas être utilisé

Il est inutile de calculer le risque cardiovasculaire avec SCORE pour les personnes qui ont :

  • une maladie cardiovasculaire symptomatique ;
  • un diabète de type 1 ou de type 2 ;
  • une hypertension sévère, c’est-à-dire supérieure à 180/110 mmHg ;
  • une hypercholestérolémie familiale hétérozygote ;
  • une insuffisance rénale chronique.

En effet, ces patients sont d’emblée considérés comme à haut risque.

Les inconvénients de SCORE Cardiovasculaire

Le défaut principal de SCORE est de ne pas prendre en compte davantage de facteurs de risques, par exemple le type d’obésité ou encore les antécédents familiaux.

De plus, SCORE ne peut s’utiliser qu’en prévention primaire, c’est-à-dire en évaluant le risque sur des sujets sains dans le but de réduire l’incidence des maladies cardiovasculaire dans la population.

Enfin, la table SCORE peut être imprécise lorsque les niveaux de risques sont faibles et que le sujet est jeune.

Pour ces raisons, l’analyse revient au médecin qui individualise sa démarche d’évaluation en tenant compte notamment des facteurs de risques sous-jacents, du mode de vie, des antécédents familiaux et des facteurs de risques psychosociaux, entre autres. SCORE est une aide pour planifier une stratégie préventive.

Comment utiliser SCORE cardiovasculaire ?

En premier lieu, il convient de consulter la table SCORE :

La composition de la table SCORE

SCORE se présente comme un tableau à entrées multiples. Il faut donc d’abord sélectionner :

  • le sexe (table Femmes ou table Hommes) ;
  • puis la situation vis-à-vis du tabagisme (colonne Non fumeurs ou Fumeurs) ;
  • l’âge selon les lignes 40, 50, 55, 60 et 65 ;
  • la tension selon la pression artérielle systolique en mmHg (les valeurs verticales de 120 à 180) ;
  • le ratio taux de cholestérol total / HDL cholesterol en mmol/L (les valeurs horizontales de 3 à 7).
Table SCORE cardiovasculaire

La lecture des résultats SCORE

Les résultats se lisent en fonction de la couleur de la case trouvée.

Résultats SCORE tableau

Globalement, on retient 4 niveaux de risques :

  • < 1 % : le risque est considéré comme faible
  • 1 - 4 % : le risque est considéré comme modéré
  • 5 - 9 % le risque est élevé
  • 10 % et au-delà : le risque est très élevé

Un exemple concret

Une femme, âgée de 50 ans, fume et a une pression artérielle systolique de 160 mmHg.

Son bilan biologique est le suivant :

  • Cholestérol total : 1.97 g/l (5.08 mmol/l)
  • HDL-cholestérol : 0.49 g/l (1.26 mmol/l)
  • LDL-cholestérol : 1.31 g/l (3.38 mmol/l)

Le calcul du ratio cholestérol total / HDL-cholestérol (5.08 / 1.26) donne un résultat de 4.

calcul du ratio cholestérol total / HDL-cholestéro

D’après SCORE, son risque est de 1 % donc considéré comme modéré. En restant dans cette situation, sans augmentation de son cholestérol et en continuant à fumer, le risque d’accident cardiovasculaire fatal sera de 6 % lorsque la patiente aura 65 ans.

En comparaison, si elle arrête de fumer, son risque sera divisé par deux et par trois si elle réussi à baisser sa tension artérielle avec une hygiène de vie et une prise en charge adaptée.

Avis de non responsabilité : les articles sont destinés à des fins d'information uniquement et ne constituent en aucun cas des conseils spécifiques. En cas de doute , veuillez consulter un médecin ou spécialiste.

  • Vous voulez sauver des vies via des formations sur-mesure ?
  • Vous voulez former votre personnel aux gestes qui sauvent ?
  • Besoin d'un audit de formation, d'un accompagnement personnalisé ou d'une aide spécifique ?

Trouvez les meilleures formations AFGSU & Premiers secours obligatoires