Urologue | Métier, salaire et formation (2024)

Article mis à jour le : 5 janvier 2024

Calculs rénaux, tumeurs de la vessie, incontinence urinaire, cystite chronique, ablation de la prostate… L’urologue prend en charge des affections très diverses et qui touchent les personnes de tous les âges.

Vous envisagez de devenir urologue et vous vous posez des questions ?

  • Comment devient-on urologue en 2024 ?
  • Quel est le programme des études, leur coût et les possibilités de financement ?
  • Quelles sont les maladies prises en charge par les urologues ?
  • Faut-il des compétences spécifiques pour exercer ?
  • Quels sont les salaires, les évolutions de carrière possibles ? Etc.

Nous avons fait le tour du sujet sur le métier d’urologue.

Missions d'un urologue

Le métier d'urologue en France

Qu’est-ce qu’un urologue ?

L’urologue est un médecin spécialisé dans le diagnostic et le traitement des affections de l’appareil urinaire des deux sexes, ainsi que des dysfonctionnements de l’appareil génital masculin.

Quel est le rôle d’un urologue ?

L’urologue est un chirurgien formé pour prendre en charge toutes les pathologies touchant les reins, les voies urinaires, la vessie, la prostate et les organes génitaux masculins.

Il intervient chez les patients de tous les âges pour soigner :

  • Incontinence urinaire et troubles mictionnels, descente d’organes…
  • Coliques néphrétiques, infections des voies urinaires…
  • Tumeurs et cancers urologiques (prostate, rein, vessie, testicules)
  • Troubles de l’érection ou de l’éjaculation, maladie de Lapeyronie, varicocèle…
  • Problèmes de fertilité masculine
  • Transplantation et insuffisance rénale chronique
  • Malformations de l’appareil urinaire chez les enfants, énurésie …

L’urologue utilise des techniques diagnostiques et thérapeutiques de pointe : lithotripsie, urétéroscopie associée au laser, vaporisation au PLASMA de la prostate, cystoscopie, neuromodulation sacrée, écho-IRM, etc.

L’urologue travaille de manière pluridisciplinaire pour offrir des soins complets à ses patients. Il collabore notamment avec des gynécologues, des andrologues, des sexologues, des nutritionnistes, des kinésithérapeutes, des sages femmes, des oncologues, des neurologues, des radiothérapeutes

L’urologie étant une spécialité médico-chirurgicale, l’urologue assure deux types d’activités : une activité médicale, en consultation et une activité chirurgicale, en bloc opératoire.

Quelles sont les principales missions d'un urologue ?

En consultation

  • Interroge le patient pour recueillir le maximum d’informations (antécédents médicaux personnels et familiaux, symptômes…)
  • Procède à un examen clinique méthodique et complet (inspection, auscultation, palpation, percussion)
  • Réalise des examens spécifiques (échographie rénale et vésicale…)
  • Prescrit des examens complémentaires en cas de besoin (analyses sanguines, urinaires, de sperme, scintigraphie, IRM…)
  • Établit un diagnostic précis, détermine le traitement le mieux adapté et en informe le patient
  • Évalue le degré de sévérité d’une pathologie et suit son évolution

En bloc opératoire ou en ambulatoire

  • Réalise des examens et des gestes techniques spécifiques (examens urodynamiques, fibroscopie, biopsie de la prostate…)
  • Procède à différents types d’interventions chirurgicales : bandelette sous urétrales, ablation de la prostate, circoncision, injection de toxine botulique intra vésicale, neuromodulation sacrée, résection de tumeur de vessie, implants péniens…

Autres activités

  • Participe aux réunions de concertation pluridisciplinaire en milieu hospitalier
  • Prodigue des conseils préventifs pour réduire les risques de développer une maladie chez les patients à risque
  • Participe aux campagnes nationales de dépistage du cancer de la prostate
  • Participe à des projets de recherche clinique ou fondamentale

Quelle est la différence entre un andrologue et un urologue ?

La confusion entre urologue et andrologue est assez courante car leur champ d’application se recoupe parfois. Il s’agit cependant de deux professions médicales différentes.

Spécialiste de l’appareil génital masculin, l’andrologue prend en charge les problèmes liés à la santé sexuelle et reproductive des hommes exclusivement.

Quant à l’urologue, s’il traite également les problèmes andrologiques, il s’occupe principalement des troubles du système urinaire chez les hommes, comme chez les femmes.

Quelles sont les qualités requises pour exercer le métier d’urologue ?

Le métier d’urologue nécessite de bonnes connaissances médicales, de solides compétences techniques et certaines qualités personnelles, telles que :

  • Sens de l’écoute, empathie et compréhension, avec des patients souvent mal à l’aise.
  • Rigueur scientifique, sens de l’observation et de l’analyse, pour faire le lien entre les différents signes cliniques et établir un diagnostic dans des situations parfois complexes.
  • Habileté manuelle, pour opérer avec précision.
  • Pédagogie et psychologie, pour mettre le patient en confiance.

Où peuvent travailler les urologues ?

Ils peuvent être salariés d’établissements médicaux tels que les hôpitaux, les CHU ou les cliniques privées. Ils ont aussi la possibilité d’exercer en libéral, dans un cabinet médical ou dans leur propre cabinet.

Enfin, les activités mixtes (libéral et milieu hospitalier) sont assez fréquentes en urologie.

Quel est le salaire d'un urologue ?

Le salaire moyen des urologues est très variable, notamment en fonction de leur mode d’exercice (public/privé, salarié/libéral).

Pour les urologues qui travaillent en milieu hospitalier, la rémunération est fixée par une grille indiciaire définie par l’État. Réévaluée au 1er juillet 2023, cette rémunération dépend de l’ancienneté et du grade du praticien.

Échelon

Salaire mensuel annuel

1

55 607,79 €

2

58 082,41 €

3

62 148,07€

4

66 567,09 €

5

68 688,21 €

6

71 162,83 €

7

76 465,74 €

8

79 647,54 €

9

90 549,14 €

10

94 557,64 €

11

99 810,26 €

12

105 062,89 €

13

112 416,56 €

Le salaire des urologues libéraux ou qui travaillent dans le secteur privé dépend de leur surspécialisation éventuelle, de leur secteur de conventionnement et du volume de leur patientèle. Les niveaux de rémunération sont cependant supérieurs à ceux des urologues hospitaliers.

La formation pour devenir urologue

En France, les urologues sont formés dans l’un des 32 centres hospitalo-universitaires (CHU).

Quel diplôme faut-il avoir pour exercer en tant qu’urologue ?

L’urologie est une discipline médico-chirurgicale. Pour pouvoir exercer en tant qu’urologue, il faut être titulaire du diplôme d’études spécialisées (DES) en urologie.

Quel est le cursus des études pour devenir urologue ?

La formation d’un urologue dure 12 ans. Après 6 années d’études communes à tous les médecins, l’étudiant doit suivre 6 années de spécialisation en urologie.

Le cursus universitaire à suivre est le suivant :

  • 1ère année de LAS (Licence Accès Santé) ou PASS (Parcours Accès Santé).
  • 2e et 3e années pour valider le DFGSM (diplôme de formation générale en sciences médicales).
  • 4e, 5e et 6e années d’externat pour valider le DFASM (diplôme de formation approfondie en sciences médicales).
  • 7e à 12e années d’internat pour valider le DES en urologie et le diplôme d’État en médecine.

Quel est le programme des études pour devenir urologue ?

Le DES d’urologie dure 6 ans. Depuis la réforme du 3e cycle des études médicales, il est organisé en 3 phases : la phase socle (1 an), la phase d’approfondissement (3 ans) et la phase de consolidation (2 ans).

L’acquisition de toutes les connaissances et compétences nécessaires à l’exercice du métier d’urologue se fait par une alternance d’enseignements théoriques et de stages pratiques.

Les enseignements sont composés d’e-learning, d’exercices en centres de simulation, de séminaires nationaux ou régionaux et de participation à au moins un congrès annuel de la spécialité.

La formation pratique comprend 12 semestres de stage à réaliser dans des services agréés :

  • Au moins 7 dans un service d’urologie ;
  • Au moins 8 en milieu hospitalier et 2 en périphérie.

Le détail des enseignements, la durée et la nature des stages à accomplir, les compétences spécifiques à acquérir et les modalités des examens sont consultables sur la maquette du DES d’urologie.

Bon à savoir : Pour compléter sa formation, l’interne en urologie peut s’inscrire à une des 3 formations spécialisées transversales (FST) suivantes :

  • Chirurgie en situation de guerre ou de catastrophe
  • Cancérologie
  • Médecine et biologie de la reproduction - andrologie

Le nombre d’étudiants autorisés à suivre une FST étant limité, les candidats sont sélectionnés après examen de leur dossier motivé. Chaque interne peut présenter deux candidatures consécutives.

Comment se préparer aux études en urologie ?

Plusieurs outils pédagogiques sont à la disposition des étudiants en urologie pour les aider tout au long de leur cursus universitaire (services numériques, référentiels, livres, revues…) :

  • Référentiel Urologie par Collège français des enseignants d’urologie. Éditions Elsevier Masson, 5e édition. Septembre 2021.
  • Chirurgie urologique par Grégoire Robert, Nicolas Barry Delongchamps. Éditions Elsevier Masson. Mars 2018.
  • Livrets de l’interne du CFEU (Collège Français des Enseignants d’Urologie).
  • Codex Néphrologie/urologie – Fiches de références ECN/EDN par Antoine Gavoille. Éditions S-Editions. Août 2022.
  • PODC’AFUF, le support de formation de l’Association française des urologues en formation

Le prix des études pour devenir urologue

Quel est le coût des études ?

Le coût total d’une formation pour devenir urologue correspond à celui des études de médecine. Plusieurs associations d’étudiants évaluent le prix d’une année de médecine entre 8 000 € et 10 000 €, voire plus de 15 000 € selon les cas.

Les différents postes de dépenses à prendre en considération sont :

  • Les droits d’inscription universitaire (170 €, 243 € ou 502 € selon l’année universitaire) ;
  • La contribution de vie étudiante et de campus (CVEC) de 100 € en 2023 ;
  • L’achat du matériel pédagogique (livres et référentiels…) ;
  • L’inscription à des prépas et à des services privés d’aide à la préparation des 2 concours classants ;
  • Les loyers et les frais de vie courante (transport, repas, forfait internet/téléphone, loisirs…).

Existe-t-il des aides financières ?

Les étudiants en urologie peuvent bénéficier de différents dispositifs pour financer tout ou partie de leurs études. Les conditions d’accès et les montants accordés sont directement liés à la situation personnelle de chaque étudiant (revenu fiscal de référence, mérite, éloignement géographique par rapport au domicile, étudiant en situation de handicap, etc.).

Parmi les aides financières disponibles :

  • Bourse sur critères sociaux ;
  • Aides de la Région ;
  • Contrat d’engagement service public (CESP) ;
  • Aide au mérite ;
  • Aide personnalisée au logement (APL) ;
  • Bourses de recherche ;
  • Prêt étudiant garanti par l’État.

BON À SAVOIR : Comme tous les autres étudiants en médecine, les étudiants en urologie perçoivent une rémunération. Constituée par un salaire de base auquel s’ajoutent diverses indemnités (gardes, astreintes, primes…), cette rémunération est fixée par un arrêté ministériel du 8 juillet 2022.

Évolution de carrière des urologues

Comme pour la plupart des autres médecins, les perspectives de carrière des urologues sont variées :

  • Chef de service urologie ;
  • Enseignant dans un CHU ;
  • Chercheur à l’université ou pour l’industrie pharmaceutique.

En général, les changements et les évolutions de carrière nécessitent l’acquisition de nouvelles compétences et/ou l’actualisation des connaissances acquises en formation initiale. Pour atteindre leurs objectifs, les urologues ont à leur disposition une offre de formations médicales complémentaires très importantes. Il s’agit de formations qualifiantes, de séminaires ou de diplômes d’université, tels que :

  • DU Biologie clinique et thérapeutique en stérilité
  • DIU Pelvipérinéologie
  • DIU Chirurgie gynécologique
  • DIU Chirurgie laparoscopique EITS
  • DIU Onco-urologie
  • DIU Neuro-urologie
  • DIU Chirurgie de la verge
  • DU Sexologie
  • DU Chirurgie expérimentale
  • Master Recherche

Le quotidien d'un urologue

Les avantages du métier

L’urologie est l'une des rares disciplines où le praticien prend en charge un patient dans sa globalité, depuis le diagnostic jusqu’au traitement, qu'il soit médical ou chirurgical.

L’urologie est aussi une spécialité médicale riche et dynamique. Le chirurgien urologue traite des pathologies variées et d’origine diverse (congénitale, infectieuse, traumatique, hormonale, tumorale). Il réalise de nombreux gestes et soins techniques, souvent à la pointe de la technologie.

Il est possible de se sur-spécialiser à l’intérieur de la spécialité urologique (neuro-urologie, urologie pédiatrique, urologie gériatrique, cancérologie urologique, transplantation rénale…).

L’urologue ne travaille pas seul mais le plus souvent au sein d’une équipe pluridisciplinaire ou en collaboration avec d’autres spécialistes libéraux.

Des niveaux de salaire attractifs.

Et ses difficultés

L’urologie est une spécialité médico-chirurgicale qui nécessite une formation longue et exigeante.

L’actualisation régulière des connaissances est nécessaire pour rester en phase avec les progrès de la science.

Le métier vu de l'intérieur

Associations utiles pour les urologues

  • AFU – Association française d’urologie

Fondée en 1896 et reconnue d’utilité publique depuis 1925, l’AFU a pour but de promouvoir l’urologie par le biais de la recherche et de la formation initiale et continue des urologues libéraux et salariés.

Site web : https://www.urofrance.org/

  • AFUF – Association française des urologues en formation

Association loi 1901 créée en 1989, l’AFUF a pour missions de participer à l’organisation de la formation en urologie, d’informer les jeunes urologues et de les représenter officiellement auprès des structures nationales et européennes.

Site web : https://afuf.fr/
  • Vous voulez sauver des vies via des formations sur-mesure ?
  • Vous voulez former votre personnel aux gestes qui sauvent ?
  • Besoin d'un audit de formation, d'un accompagnement personnalisé ou d'une aide spécifique ?