Formation chirurgien maxillo-facial | Forfait DPC & Aide

Qu’est-ce que la formation médicale continue ? En quoi consiste le développement professionnel continu pour un chirurgien maxillo-facial ? Quelles sont ses obligations légales et existent-ils des aides financières ?

Nous faisons le point sur le sujet.

Formation chirurgien maxillo-facial dpc

Quelles formations suivre lorsqu’on est chirurgien maxillo-facial ?

Le chirurgien maxillo-facial pratique une spécialité où les savoirs et les techniques évoluent rapidement. Or, tout au long de sa carrière, il a la possibilité de compléter sa formation initiale en suivant des formations complémentaires.

La formation continue du chirurgien maxillo-facial

L’offre de formations professionnelles continues disponible est vaste. Elle permet au chirurgien maxillo-facial de couvrir tous les aspects de sa spécialité, mais également d’élargir le champ de ses compétences vers d’autres disciplines, pour évoluer vers un autre statut professionnel, voire pour changer de métier.

Il existe des formations diplômantes de haut niveau scientifique, comme les diplômes universitaires et inter-universitaires (DU et DIU), les diplômes d’études supérieures universitaires et inter-universitaires (DESU et DESIU), ou encore les certificats d'études supérieures universitaires (CESU). Quelques exemples :

  • DU Rhinoplastie esthétique et fonctionnelle
  • DU Gestion des risques en milieu de soins
  • DIU Chirurgie orthognathique
  • DIU Réhabilitation orale implantaire
  • CESU Chirurgie humanitaire
  • DESIU Chirurgie oncologique
  • DESU Recherches microchirurgicales

Le chirurgien maxillo-facial peut aussi suivre des formations non diplômantes et plus courtes.

Elles peuvent être dispensées par des associations de professionnels dans des symposiums scientifiques, par des organismes privés de formation professionnelle continue ou des centres hospitaliers.

Le développement professionnel continu du chirurgien maxillo-facial

Le développement professionnel continu (DPC) est un dispositif de formation continue réglementé. Il oblige chaque chirurgien maxillo-facial à se former tout au long de sa carrière professionnelle, dans le but d’améliorer la qualité et la sécurité des soins.

Les orientations pluriannuelles prioritaires de DPC pour le chirurgien maxillo-facial

Pour remplir leur obligation de DPC, le chirurgien maxillo-facial doit suivre des programmes de formations conformes aux orientations pluriannuelles prioritaires. Celles-ci sont définies par l’État, en concertation avec les Conseils nationaux professionnels.

L’arrêté du 31 juillet 2019 complété par l’arrêté du 8 avril 2020 a fixé, pour la période 2020-2022, 5 orientations de DPC pour le chirurgien maxillo-facial.

Orientation prioritaire n° 58 - Amélioration du diagnostic précoce des lésions potentiellement malignes de la muqueuse orale

Les cancers de la cavité orale ont une fréquence de plus en plus importante chez les jeunes, les non-fumeurs et les femmes. Le taux de survie à 5 ans est de 35 à 40 %, inchangé depuis des décennies, à cause d’un diagnostic tardif dans près de 70 % des cas. Or, l’identification de la cancérisation à des stades précoces augmente ce taux de survie à près de 95 %. Fiche de cadrage (1 page)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer la connaissance et l’identification des lésions potentiellement malignes
  • Optimiser le parcours de prise en charge
  • Réduire les délais de prise en charge des cancers de la muqueuse orale

Éléments de programme :

  • La reconnaissance des lésions et des signes de transformation maligne
  • Le diagnostic précoce des cancers de la muqueuse orale
  • La réalisation de biopsies
  • Les gestes et prescriptions pertinentes, les erreurs éventuelles
  • La qualité et la conservation des prélèvements
  • Les événements indésirables associés aux soins (déclaration…)

Orientation prioritaire n° 59 - Intégration des innovations dans la pratique des orthèses d’avancée mandibulaire

Le syndrome d’apnée du sommeil est un problème de santé publique majeur. Les orthèses d’avancée mandibulaire sont aujourd’hui proposées en première intention pour traiter les formes modérées. Or, l’apport de la 3D dans la réalisation des orthèses a considérablement modifié les enjeux (rapidité, précision, coûts…). Fiche de cadrage (1 page)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer la qualité des soins et leur pertinence en modifiant les comportements professionnels
  • S’adapter aux pratiques en 3D

Éléments de programme :

  • Amélioration des connaissances
  • Pertinence des soins et déclaration d’événements indésirables associés aux soins

Orientation prioritaire n° 60 - Avulsions des troisièmes molaires

L’avulsion des molaires pour des raisons d’ordre préventif prophylactique est de plus en plus fréquente. Or, il ne s’agit pas d’un geste anodin. Le rapport bénéfice/risque doit être évalué, de manière personnalisée, et il doit être clairement expliqué au patient. Fiche de cadrage (1 page)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer les connaissances et identifier les enjeux
  • S’assurer de la pertinence des indications
  • Diminuer les complications par un meilleur suivi des recommandations de bonne pratique clinique

Éléments de programme :

  • Les indications (dents pathologiques et/ou symptomatiques)
  • Les examens complémentaires
  • Les techniques et les modalités chirurgicales
  • Les recommandations de bonne pratique clinique (fréquence des contrôles…)

Orientation prioritaire n° 61 - Technique d’imagerie en chirurgie orthognathique

Les progrès de l’imagerie numérique et de l’impression 3D ont permis ces dernières années de faire évoluer les techniques de chirurgie orthognathique. Or, ces examens d’imagerie doivent être justifiés par des bénéfices médicaux du fait du risque potentiel lié à l’exposition aux radiations. Fiche de cadrage (1 page)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer les connaissances sur la prescription des examens complémentaires
  • Améliorer la pertinence des indications
  • Diminuer les complications et les contentieux

Éléments de programme :

  • Les prescriptions radiographiques : indications, rapport bénéfices/risques
  • La déclaration d’événements indésirables associés aux soins

Orientation prioritaire n° 62 - Chirurgie faciale à visée esthétique : enjeux médicaux et médico-légaux

Les aspects médico-légaux ont une place particulière en chirurgie plastique et esthétique de la face, une chirurgie non-urgente et dépourvue de but curatif. Les problèmes de contentieux ont tendance à s’accroître en France et reflètent des insuffisances d’explications et des incompréhensions entre le chirurgien et son patient. Fiche de cadrage (1 page)

Objectifs de la formation :

  • Améliorer les connaissances sur le contexte légal et l’identification des enjeux
  • Améliorer la pertinence des indications
  • Diminuer les complications et les contentieux

Éléments de programme :

  • Le consentement éclairé et le devis
  • Le dossier du patient (tenue, contenu…)
  • Le recueil des examens complémentaires
  • L’explication des choix thérapeutiques
  • Les recommandations professionnelles (critères d’information, de prudence, de conseil…)

Les actions de DPC pour le chirurgien maxillo-facial

La liste officielle des formations DPC est disponible sur le site de l’ANDPC. En 2022, le chirurgien maxillo-facial a le choix parmi plus de 600 formations agréées, dont certaines leur sont spécifiquement destinées.

Ces formations de plus ou moins longue durée, sont proposées par des associations, des organismes privés de formation professionnelle continue, des universités, etc. Elles peuvent prendre différents formats : formation classique en présentiel, formation en e-learning ou en format mixte.

Le financement d’une formation DPC pour chirurgien maxillo-facial

Les formations professionnelles peuvent être financées par les chirurgiens eux-mêmes ou prises en charge par leur employeur. Lorsqu’elles entrent dans le cadre du DPC obligatoire, elles peuvent faire l’objet d’une prise en charge par l’ANDPC.

Combien coûte une action de DPC pour chirurgien maxillo-facial ?

Les prix sont très variables (de 200 € à plus de 3 000 €) en fonction de l’organisme qui dispense la formation, mais également selon le mode de suivi des enseignements (en présentiel, e-learning, classe virtuelle, format mixte).

Selon le lieu et la durée de la formation, des frais supplémentaires de déplacement, de restauration et de logement doivent être ajoutés aux frais pédagogiques. L’absence de revenus doit aussi être prise en considération.

Les forfaits DPC chirurgien maxillo-facial

L’agence de DPC participe au financement des actions de DPC réalisées par un chirurgien maxillo-facial. Cette prise en charge se fait sous la forme de forfait de DPC dont les règles et les modalités d’attribution sont les suivantes :

  • Le nombre d’heures prises en charge est de 21 par an.
  • Le forfait comprend une indemnisation versée directement au chirurgien pour perte de revenus et des frais pédagogiques versés à l’organisme formateur agréé.
  • Les montants versés dépendent du format de suivi des cours et de la durée de l’action de DPC.

Les autres aides financières

Il existe d’autres moyens pour financer une formation continue lorsqu’on est chirurgien maxillo-facial :

L’autofinancement est possible avec un crédit d’impôt qui permet de déduire jusqu’à 40 h de formation par an, au taux horaire de 10,57 € (taux horaire net du SMIC en vigueur au 01/01/2022). Les frais annexes (repas, hébergement, transport…) peuvent aussi être déduits sur la déclaration d’impôts.

Recevez nos articles, dossiers et fiches pratiques !