200 fiches métiers de la santé : secteur médical paramédical

Dans la santé, les besoins en personnel formé sont importants. Un grand nombre de postes vacants associé à de nouveaux besoins émergents entrainent des recrutements permanents.

Dans les années à venir, la chaîne de soins devra faire à une augmentation de la population et aux nombreux départs en retraite parmi le personnel de santé. Des secteurs sont amenés à développer leurs services pour faire face aux besoins dans le domaine de l’aide et des services à la personne, notamment le travail social, l’autonomie et le handicap. Ces domaines seront particulièrement pourvoyeurs d’emplois.

Un métier dans la santé, qu’est-ce que c’est ?

Le secteur de la santé réunit plus de 200 métiers. Les professionnels travaillant pour le domaine de la santé exercent dans

  • des métiers très différents : l’administratif, le médical, le technique, le management...
  • des secteurs variés : la prise en charge de pathologies, le handicap, le social…

Travailler dans la santé ne signifie pas obligatoirement travailler au contact des patients. Certains postes nécessitent un travail en équipe et d’autres une activité plutôt solitaire. Le point commun est de travailler pour un établissement de santé dont les valeurs et la finalité sont centrées sur l’humain.

Les types de structures sont divers. Il peut s’agir d’un hôpital, d’une maison de retraite, d’une clinique, d’un établissement d’accueil de personnes handicapées, d’un cabinet de médecine de ville, etc.

Les statuts sont également diversifiés. Il est possible de travailler en tant que salarié, intérimaire ou à son propre compte.

Le secteur de la santé est en recherche permanente de nouvelles personnes à recruter. Les évolutions technologiques induisent de nouveaux besoins et de nouveaux métiers apparaissent fréquemment. De nombreux départs en retraite, conjugués à l’augmentation de la population et à allongement de l’espérance de vie font que les besoins en personnel de santé sont importants.

L’insertion dans un emploi est généralement facile et rapide, même si elle varie selon les postes, les formations et les compétences. Les emplois sont durables.

Vous pouvez travailler dans la santé quel que soit votre niveau d’études. Il existe en effet un grand nombre de formations accessibles même sans diplômes et une importante diversité de postes.

Les répertoires de métiers

Il existe plusieurs référentiels et répertoires officiels pour définir les métiers :

Les métiers de la santé

Le secteur de la santé est vaste et les besoins variés. On distingue souvent le personnel médical du personnel non médical et on entend aussi les termes « médico-technique », « médico-social » ou encore « paramédical ».

Que signifie professionnel de santé ?

Le terme de professionnel de santé est défini par le Code de Santé Publique. Il regroupe des métiers définis selon 3 catégories : 

Qui est le personnel médical ?

Le personnel médical regroupe les médecins, les sages-femmes et les chirurgiens-dentistes (appelés aussi odontologistes). On y ajoute les internes et les faisant fonction d’interne (FFI) qui sont des professionnels en formation.

Qui est considéré comme personnel soignant ?

Le personnel soignant correspond aux professionnels de santé, c’est-à-dire le personnel médical, de pharmacie et les auxiliaires médicaux (infirmières, aides-soignants, kinésithérapeutes, etc.).

Qui sont les personnels non médicaux ?

Le personnel non médical correspond aux professionnels œuvrant pour le secteur de la santé, mais en étant non soignant : le personnel administratif, technique et médico-technique.

Ils peuvent aussi être à la charge d’autres organismes, comme de l’Éducation nationale, par exemple, pour les enseignants de l’école à l’hôpital.

Qui est le personnel paramédical ?

Le personnel paramédical est un autre terme employé pour désigner les auxiliaires médicaux.

Quelles sont les différences entre le personnel médical et paramédical ?

Le personnel médical est habilité à délivrer des ordonnances alors que le personnel paramédical n’intervient que sur prescription. Il est chargé d’exécuter l’ordonnance d’un professionnel médical.

Quelle est la différence entre le secteur sanitaire et le secteur médico-social ?

Le secteur sanitaire correspond à la santé.

Le secteur social et médico-social regroupe des structures accueillant des personnes ayant besoin d‘encadrement et d’accompagnement, qu’il s’agisse d’enfant, d’adolescents, d’adultes ou de personnes âgées en difficultés sociales ou avec un handicap.

Qui fait partie du personnel hospitalier ?

Le personnel hospitalier regroupe toutes les professions intervenant dans le cadre d’un établissement hospitalier, aussi bien le chirurgien que l’informaticien, l’aide-soignant, l’agent d’accueil, le brancardier, le cuisiner ou le technicien chauffagiste, entre autres exemples.

Zoom sur les métiers de la fonction publique hospitalière

Les établissements hospitaliers ont la particularité de proposer des emplois très diversifiés afin de faire fonctionner parfois des grosses structures comme les CHU avec parfois plus de 10 000 personnes qui y travaillent. En complément des activités médicales et paramédicales, nous pouvons citer parmi les différents secteurs nécessitant du personnel spécialisé :

  • Le secteur des achats et de la logistique
  • La gestion de l’information
  • L’ingénierie et la maintenance technique
  • Le management, la gestion et l’aide à la décision
  • La qualité, l’hygiène, la sécurité et l’environnement
  • La recherche clinique
  • Les aspects sociaux, éducatifs, psychologiques et culturels
  • Les systèmes d’information

Où travaille le personnel de santé ?

Le personnel de santé, appelé aussi personnel sanitaire, travaille dans :

  • un établissement public, c’est-à-dire un hôpital de type centre hospitalier régional ou universitaire (CHU ou CHR), centre hospitalier (y compris spécialisé), établissement de soins de longue durée
  • ou un établissement privé de santé : les cliniques privées et les établissements à but non lucratif, comme c’est le cas pour les centres de lutte contre le cancer (CLCC), par exemple.

Les professionnels de santé oeuvrent également au sein des cabinets médicaux et paramédicaux, des laboratoires d’analyses et des centres de radiologie.

Le nombre d’établissements publics de santé en France en 2020

  • 180 centres hospitaliers régionaux (CHR) dont 32 centres hospitaliers universitaires (CHU)
  • 931 centres hospitaliers
  • 92 centres hospitaliers spécialisés en psychiatrie
  • 139 autres établissements pour la plupart des unités de soins de longue durée (USLD) adossées à un centre hospitalier
  • 8 hôpitaux d’instruction des armées
  • 974 cliniques privées
  • 667 établissements privés à but non lucratif (dont 20 CLCC)

Chiffres de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), parus dans les Études et Résultats, numéro 1208 de septembre 2021.

Le top 8 des métiers de la santé qui recrutent

Avec une population qui vit de plus en plus longtemps et un grand nombre de départs en retraite parmi les professionnels dans les années qui viennent, les effectifs nécessaires dans le secteur de la santé vont continuer à augmenter. Si vous recherchez quel métier faire dans la médecine, sachez que dans la longue liste des métiers de la santé, certains sont d’ores et déjà particulièrement recherchés.

Aide-soignant

L’aide-soignant est une figure emblématique et un maillon crucial de la chaîne de soin. En première ligne et en contact avec les patients, les besoins de recrutement sont importants et le nombre de postes disponibles est croissant dans le secteur hospitalier.

>> voir notre fiche sur le métier d’aide-soignant.

Infirmier

En relation à la fois avec le médecin et avec le patient, l’infirmier est une clé essentielle du système de soin. Les créations de postes sont en augmentation et les besoins pour les années à venir sont importants.

>> voir notre fiche sur le métier d’infirmier et notre fiche métier cadre de santé.

Médecin

Les médecins de certaines spécialités sont en manque important d’effectifs. C’est le cas des médecins généralistes et des gynécologues, par exemple. Dans les zones rurales, le nombre de médecins est en baisse régulière.

>> voir nos fiches sur les métiers de médecin généraliste et de gynécologue-obstétricien.

Sage-femme

Les sages-femmes ont progressivement de plus en plus de responsabilités et peuvent aussi s’installer en libéral. Les établissements hospitaliers sont en demande de personnel dans les métiers liés à la naissance, notamment les sages-femmes et les infirmières puéricultrices.

>> voir nos fiches sur les métiers de sage-femme et d’infirmière puéricultrice.

Auxiliaire de puériculture

Les besoins en soins et encadrement des enfants de moins de 3 ans sont exponentiels, que ce soit dans les maternités du secteur hospitalier ou en structures d’accueil de la petite enfance (crèche, halte-garderie, etc.).

>> votre notre fiche sur le métier d’auxiliaire de puériculture.

 Masseur-kinésithérapeute, ostéopathes et ergothérapeutes.

>> voir nos fiches sur les métiers de kinésithérapeute et d’ergothérapeute et et plus largement les métiers liés à la rééducation fonctionnelle. 

Orthoptiste

Ce métier était assez peu connu il y a encore quelques années, mais les besoins sont aujourd’hui en progression constante. Le dépistage, la rééducation et la réadaptation oculaires sont des domaines auxquels on fait de plus en plus appel.

>> voir notre fiche sur le métier d’orthoptiste

Technicien biomédical

L’évolution des technologies fait accroître les besoins dans les unités d’imagerie des établissements de santé et dans les cabinets libéraux.

>> voir notre fiche sur le métier de technicien biomédical.

Il faut noter que de nouveaux métiers santé apparaissent fréquemment afin d’utiliser les évolutions technologiques au profit des avancées médicales.

Comment se former pour travailler dans la santé ?

Le secteur de la santé a la particularité de proposer des emplois accessibles à tous les niveaux de qualification. Les formations disponibles sont nombreuses et variées tant au niveau de leur mode d’apprentissage (à distance, en présentiel, mixte, etc.) qu’à leur durée d’études (courte, moyenne ou longue). Se former pour exercer un métier dans la santé est possible pour toute personne qui le souhaite. La grande variété de métiers est telle qu’il y a obligatoirement un type d’emploi qui vous convient dans ce secteur.

Les voies d’accès aux métiers de la santé diffèrent selon plusieurs critères :

  • Vous voulez travailler dans le médical, le paramédical ou le secteur non soignant.
  • Vous êtes dans un parcours de formation initiale ou de formation en vue d’une évolution de carrière ou d’une reconversion.

Pour exercer un métier dans le médical, en suivant une formation initiale, il faut être titulaire d’un diplôme d’État (DE). La préparation à ce diplôme se réalise en faculté de médecine en association avec un centre hospitalier universitaire (CHU). Il existe de nombreuses passerelles pour les personnes souhaitant se reconvertir ou faire évoluer leur carrière vers un métier médical.

Enfin, il est possible de travailler dans le secteur santé tout en étant non soignant. Il est nécessaire de suivre une formation dans le domaine visé puis une spécialisation avec une formation métier de la santé. Pour accéder à une titularisation dans la fonction publique hospitalière, il est nécessaire de passer un concours d’accès.

Enfin, exercer un métier santé nécessite une mise à jour des connaissances et des compétences de manière régulière. C’est l’objectif du dispositif mis en place pour le développement professionnel continu des professionnels (DPC).

Le secteur paramédical est également accessible par l’obtention d’un diplôme d’État préparé dans des écoles et instituts publics ou privés. Ces établissements disposent également de cursus de spécialisation et sont accessibles à des personnes titulaires du diplôme exigé. Par exemple, un infirmier diplômé d’État qui souhaite devenir infirmier de bloc opératoire.

Quelques chiffres sur le secteur sanitaire en France

  • 227 946 médecins au 1er janvier 2021
  • 368 078 professionnels de santé
  • 1 089 844 professionnels paramédicaux (étant listés au RPPS ou au répertoire ADELI).

Données chiffrées de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) sur la démographie des professionnels de santé.

Les métiers du secteur du travail social

Qu’est-ce que le travail social ?

« Le travail social vise à permettre l'accès des personnes à l'ensemble des droits fondamentaux, à faciliter leur inclusion sociale et à exercer une pleine citoyenneté. Dans un but d'émancipation, d'accès à l'autonomie, de protection et de participation des personnes, le travail social contribue à promouvoir, par des approches individuelles et collectives, le changement social, le développement social et la cohésion de la société. Il participe au développement des capacités des personnes à agir pour elles-mêmes et dans leur environnement. »

Définition du Code de l’action sociale et des familles dans l’article D142-1-1.

Combien y a-t-il de travailleurs sociaux en France ?

Le nombre de travailleurs sociaux a beaucoup augmenté sur les dernières décennies. Alors qu’il y avait 20 000 travailleurs sociaux en 1985, ils sont aujourd’hui 1.2 millions de salariés.

Où exerce un travailleur social ?

Les travailleurs sociaux travaillent dans des établissements très divers. Ils peuvent exercer un métier santé social dans des EHPAD, des instituts médico-éducatifs, des instituts thérapeutiques, des services d’éducation spécialisée, des établissements d’insertion professionnelle, des centres sociaux, des services d’accueil de la petite enfance, etc.

Un tiers des travailleurs sociaux exercent auprès des personnes en situation de handicap et 220 000 auprès des personnes âgées.

Leur statut dépend de l’organisme où ils exercent. Ils peuvent dépendre :

  • de la fonction publique territoriale ;
  • de l’État ;
  • d’organismes associatifs.

Quels sont les métiers du travail social ?

Les métiers sont très diversifiés dans le secteur du travail social. On distingue généralement les métiers de l’aide sociale et ceux de l’éducation spécialisée :

  • l’aide sociale : assistant de service social (ASS), assistant familial, conseiller en économie sociale familiale (CESF), médiateur familial, technicien de l’intervention sociale et familiale (TISF)
  • l’éducation spécialisée : accompagnant éducatif et social (AES), éducateur de jeunes enfants (EJE), éducateur spécialisé, éducateur technique spécialisé, moniteur-éducateur

Les chefs de service sont des encadrants de proximité. Il existe aussi des postes de directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale.

Le top 3 des métiers du social qui recrutent

  1. Éducateur spécialisé. Ce métier est très varié et les besoins sont permanents et exponentiels. L’éducateur spécialisé travaille sur la socialisation, l’autonomie, l’intégration ou l’insertion de personnes, de familles ou de groupes qui se trouvent en difficulté. Il peut intervenir aussi bien dans le secteur du handicap que de la protection de l’enfance ou dans la prévention.
  2. Assistante sociale . L’assistante sociale accompagne les personnes en difficulté selon leur situation et leurs besoins. Les interventions sont variées et les besoins nombreux.
  3. Conseiller en insertion professionnelle

L’emploi est un enjeu majeur d’insertion sociale et les besoins en intervenants sont importants.

Comment se former pour travailler dans le travail social ?

Les métiers santé social sont accessibles avec différents niveaux qualifications. On peut se former sans le baccalauréat. Les diplômes vont du CAP à 5 années d’études après le bac pour les postes d’encadrement. Il existe des centaines d’établissements de formation au travail social ainsi que de nombreuses formations à distance.

Les formations sans le bac :

  • Diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social (DEDAES)
  • Diplôme d’État d’assistant familial (DEAF)
  • Diplôme d’État de moniteur éducateur (DEMA)
  • Diplôme d’État de technicien de l’intervention sociale et familiale (DETISF)

Les formations accessibles avec le bac

  • Diplôme d’État d’éducateur technique spécialisé (DEETS)
  • Diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants (DEEJE)
  • Diplôme d’État d’éducateur spécialisé (DEES)
  • Diplôme d’État d’assistant de service social (DEASS)

Les formations avec un diplôme supérieur au bac

  • Diplôme d’État de conseiller en économie sociale familiale (DECESF)
  • Diplôme d’État de médiateur familial (DEMF)
  • Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (DEIS)
  • Diplôme d’État d’ingénierie sociale (DEIS)
  • Certificat d’aptitude aux fonctions de directeur d’établissement ou de service d’intervention sociale (CAFDES)

Les métiers de l’autonomie

Les personnes de plus de 60 ans sont 15 millions en 2021 et elles seront plus de 20 millions en 2030. À ce jour, plus de 12 millions de personnes doivent vivre avec un handicap et ont besoin d’un accompagnement au quotidien. Les besoins en main d’œuvre sont d’ores et déjà importants dans ce secteur et on prévoit une explosion des demandes dans les années à venir.

Les auxiliaires de vie, les aides médico-psychologiques et les accompagnants éducatifs et sociaux sont environ 34 000 seulement. L’État estime à 350 000 recrutements nécessaires d’ici 2025 ce qui correspond à environ 85 000 recrutements par an.

Pour faire face à cette demande exponentielle, un plan de 37 actions pour les métiers du grand âge et de l’autonomie a été mis en place par le gouvernement afin d’augmenter les salaires, favoriser la formation, développer l’alternance et réduire la pénibilité de métiers.

Qu’est-ce qu’un métier lié à l’autonomie ?

Les métiers du grand âge et des personnes présentant un handicap sont variés et nombreux :

  • Les métiers liés au soin

De nombreux intervenants sont nécessaires pour assurer les soins, tels que les aides-soignants et les infirmiers notamment.

  • Les métiers de l’accompagnement
  • Les métiers de l’animation
  • Les métiers de l’hébergement et de la restauration

Les métiers de l’autonomie s’exercent :

  • en EHPAD
  • en services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD)
  • en service de soins infirmiers à domicile (SSIAD)
  • au domicile pour favoriser un maintien dans l’environnement personnel.

Le top 3 des métiers de l’autonomie qui recrutent

Les métiers liés à l’autonomie et au service à la personne sont diversifiés et les postes disponibles concernent tous les niveaux de diplômes.

  • Aide à domicile . L’aide à domicile aide les personnes âgées ou en perte d’autonomie et intervient selon les besoins. Ses activités concernent l’entretien du logement, la préparation des repas, l’organisation des courses et quelques tâches administratives. Ce métier peut s’exercer sans diplôme particulier.
  • Auxiliaire de vie sociale (AVS) . Maillon indispensable au service des personnes malades, des personnes en situation de handicap et des personnes âgées, l’AVS œuvre pour le maintien de l’autonomie à domicile. Il assiste les personnes dans leurs gestes quotidiens et leur prodigue quelques soins. 1 emploi sur 6 d’aide à domicile est vacant à ce jour.
  • Responsable d’un service de soins à domicile. Le métier de responsable d’un service de soins à domicile est un métier de management avec des missions variées : stratégie, gestion financière, gestion logistique, gestion des ressources humaines, etc… Il gère une structure proposant des soins et des services d’aide.

Comment se former pour travailler dans le secteur de l’autonomie ?

Il existe des diplômes d’État, des titres et certifications professionnels. Des formations sont possibles à tous les niveaux de diplômes. Voici quelques exemples de diplômes menant à un métier lié à l’autonomie.

  • Diplôme d’Etat Aide médico-psychologique (DEAMP)
  • Diplôme d’Etat de moniteur éducateur (DEME)
  • CAP assistant technique en milieux familial et collectif
  • Titre professionnel d’assistant de vie aux familles
  • Bac pro services aux personnes et aux territoires
  • Bac pro accompagnement, soins et services à la personne

Les métiers du handicap

Travailler au service de personnes handicapées est un métier humain, enrichissant et valorisant. 12 millions de français vivent leur quotidien avec un handicap. Les besoins en personnel de santé et personnel médico-social sont de plus en plus importants avec l’augmentation et le vieillissement de la population.

Qu’est-ce qu’un métier lié au handicap ?

Les métiers du handicap permettent d’œuvrer au quotidien en faveur des personnes handicapées : soigner, aider dans les gestes quotidiens, accompagner, former… Les missions sont multiples et les métiers sont nombreux. Les emplois et les formations sont accessibles à partir de tous les niveaux de qualification.

Près de 40 métiers différents réunissent plus de 270 000 professionnels autour de 4 types de missions :

  • Le soin et l’accompagnement : psychologue, orthophoniste, etc.
  • La formation et la pédagogie : enseignant spécialisé, etc.
  • L’aide à l’insertion au niveau social et professionnel : éducateur spécialisé, etc.
  • L’accès à l’autonomie : ergonome, moniteur de chien d’aveugles, interprète de langue des signes, etc.

Le top 3 des métiers de l'handicap qui recrutent

La plupart des métiers nécessitent des formations communes aux secteurs de l’autonomie, du travail social et du handicap. C’est le cas du métier d’éducateur spécialisé, par exemple, qui peut concerner le travail social et l’autonomie, le technicien d’intervention sociale et familiale, l’auxiliaire de vie, l’aide à domicile, etc.

  • Accompagnant d’Élèves en situation de Handicap (AESH). Accessible avec un diplôme d’État d’AES, ce métier vise à aider les enfants atteints de handicap à acquérir davantage d’autonomie. Ils sont très souvent le maillon essentiel permettant à un enfant de rester scolarisé dans une structure classique.
  • Aide médico-psychologique. On l’appelle aussi accompagnant éducatif et social, l’aide médico-psychologique apporte une aide dans les tâches quotidiennes et favoriser des activités d’éveil.
  • Assistant de vie dépendance et handicap. Les aides à domicile interviennent dans le quotidien des personnes handicapées pour favoriser le lien social, la communication tout en assurant sa sécurité.

Quelle formation pour travailler avec les personnes handicapées ?

  •  le diplôme d'Etat Accompagnant Educatif et Social (DEAES)
  • le diplôme d’état d’éducateur spécialisé (DEES)
  • le diplôme d’état de technicien de l’intervention sociale et familiale (DETISF)
  • le diplôme d’État de masseur kinésithérapeute
  • le diplôme d’État de psychomotricité

De nombreuses formations certifiantes permettent de se former à différentes activités de soutien, de soins et d’accompagnement pour les personnes handicapées.

Recevez nos meilleurs guides et fiches pratiques !