Stomatologue | Métier, formation et salaire (2024)

Article mis à jour le : 2 février 2024

Parmi les nombreuses spécialités médicales, la stomatologie est une discipline dont le grand public a parfois un peu de mal à définir les contours.

Le stomatologue est un professionnel spécialisé dans les soins de la bouche et il est à la fois médecin et chirurgien. Ce guide complet sur le métier de stomatologue vous détaille non seulement ses missions, son salaire et son quotidien, mais aussi la formation à suivre et tout ce que vous devez savoir pour vous engager éventuellement sur la voie de cette spécialité souvent méconnue.

Le métier de stomatologue en France

Le métier de stomatologue en France

Qu’est-ce qu’un stomatologue ?

Un stomatologue est un médecin spécialisé dans les pathologies liées à la sphère oro-faciale : la bouche, les dents, la mâchoire et le visage. Le terme « stomatologue » vient du grec ancien « stomatos » qui signifie « bouche » et de « logos » qui est « l’acte d’étudier ».

Il est à la fois médecin et chirurgien.

Le stomatologue est aussi appelé stomatologiste.

Quelle est la différence entre un stomatologue et un chirurgien-dentiste ?

Le stomatologue et le chirurgien-dentiste n’ont pas reçu la même formation. Le chirurgien-dentiste a suivi des études en chirurgie dentaire (il a un diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire) alors que le stomatologue est docteur en médecine titulaire d’une spécialisation en stomatologie (ou chirurgie orale).

Quelle est la différence entre un stomatologue et un chirurgien maxillo-facial ?

Le stomatologue est aujourd’hui remplacé par le chirurgien maxillo-facial. En effet, le diplôme spécialisé en stomatologie (DES) est supprimé depuis 2011 au profit du diplôme d’études spécialisée complémentaires (DESC) de chirurgie maxillo-faciale et stomatologie.

Un grand nombre de professionnels ont encore le tire de stomatologue car ils ont été formés sous l’ancienne appellation.

Le chirurgien maxillo-facial ou stomatologue et différent du chirurgien oral qui lui, est formé avec une spécialisation en chirurgie orale.

Quel est le rôle du stomatologue ?

Les domaines d’intervention d’un stomatologue est vaste. Il réalise aussi bien des extractions dentaires (les dents de sagesse notamment) que des interventions plus lourdes sur des traumatismes, des malformations ou des cancers (becs de lièvres, rhinoplasties, greffes osseuses, affections des glandes salivaires, dysmorphoses faciales, tumeurs bénignes ou malignes, etc.).

Le rôle du stomatologue allie à la fois esthétisme, médecine et chirurgie.

Les missions principales du stomatologue

Le stomatologue intervient avant une chirurgie dans une démarche diagnostique afin de déterminer les actes chirurgicaux à pratiquer. Il réalise les interventions chirurgicales et assure le suivi de ses patients.

  • Réalisation d’examens
  • Diagnostic
  • Interventions chirurgicales (chirurgie orale, chirurgie des bases osseuses, traumatologie faciale, chirurgie cancérologie)
  • Suivi post-opératoire
  • Pose de prothèses maxillo-faciales
  • Collaboration avec d’autres professionnels spécialistes : ORL, dentistes, neurochirurgiens, pédiatres, orthophonistes…

Quelles sont les qualités nécessaires à un stomatologue ?

Un stomatologue est un chirurgien et a de lourdes responsabilités. Les qualités nécessaires sont la rigueur, la minutie et une grande capacité de concentration.

Le stomatologue doit être en bonne santé physique et psychologique. En effet, le rythme peut être soutenu et difficile à supporter.

Ce professionnel doit avoir des capacités d’écoute et d’empathie pour réaliser ses diagnostics.

Quels sont les lieux d’exercice d’un stomatologue ?

Un stomatologue peut exercer en tant que salarié en milieu hospitalier ou à titre libéral en clinique ou dans un cabinet.

Le stomatologue peut être consulté directement selon une démarche individuelle ou sur prescription d’un autre professionnel.

La stomatologie en quelques dates et chiffres clés

  • 1868 : création du terme « stomatologie » par le docteur Edmond Andrieu dans son « Traité complet de stomatologie »
  • 1888 : création de la Société de stomatologie
  • 1894 : création de la Revue de stomatologie
  • 1909 : création de l’École française de stomatologie
  • 1918 : la stomatologie devient importante et indispensable suite aux ravages de la seconde guerre pour les soldats victime de traumatismes faciaux (les fameuses « gueules cassées »)
  • 1944 : intégration de l’École à l’université de Paris, dans la section de la faculté de médecine
  • 1949 : création du certificat d’études supérieures (CES) de stomatologie avec deux années d’études
  • 1953 : le Société de stomatologie devient la Société française de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale
  • 1984 : remplacement du CES par le diplôme d’études spécialisées (DES) en stomatologie imposant en amont des études de médecine et le passage par l’internat en médecine
  • 2011 : remplacement du DES par le diplôme d’études spécialisées en chirurgie orale
  • 781 stomatologues exercent en libéral en France en 2022 *

* Chiffres de l'Assurance maladie.

Le salaire d'un stomatologue

Le salaire moyen d’un stomatologue varie entre 7 500 € et 10 000 € bruts mensuels.

Le quotidien d’un stomatologue

Le quotidien d’un stomatologue est exigeant et valorisant.

Les avantages du métier de stomatologue

Le métier de stomatologue a un côté extrêmement fascinant car l’enjeu est esthétique, certes, mais nécessite une très haute technicité.

La profession de stomatologue est stimulante car les débouchés sont importants et le salaire est attractif.

Les difficultés du métier de stomatologue

Il s’agit d’un métier très exigeant qui nécessite d’avoir des connaissances et une pratique très pointues. Les techniques évoluent très rapidement et la formation est permanente pour ces professionnels.

Le quotidien est prenant et exige une importante disponibilité. Les responsabilités sont lourdes et elles peuvent avoir des conséquences en termes de stress. La souscription à une assurance professionnelle est nécessaire et onéreuse.

Études et formation pour devenir stomatologue

Le métier de stomatologue ou chirurgien maxillo-facial est accessible en formation initiale avec 13 années d’études en faculté de médecine.

Quel diplôme faut-il pour être stomatologue ?

Pour devenir stomatologue ou chirurgien maxillo-facial, il faut obtenir un diplôme d’études spécialisées (DES) en chirurgie maxillo-faciale.

Quelles études suivre pour devenir stomatologue ?

Le stomatologue ou chirurgien maxillo-facial a tout d’abord suivi un cursus de formation en médecine. Il lui fait donc suivre le parcours classique des études en médecine et spécialiser ensuite en chirurgie maxillo-faciale.

  • Une première année de PASS (Parcours Accès Santé Spécifique) ou en LAS (Licence Accès Santé) doit d’abord être réussie pour pouvoir suivre 2 années supplémentaires d’études afin de valider le 1er cycle des études médicales par l’obtention du diplôme de formation générale en sciences médicales (DFGSM), reconnu de niveau Licence.
  • Le deuxième cycle est composé de 3 années d’études (appelées externat) pour approfondir les connaissances et la pratique par de nombreux stages. Ce cycle est validé par l’obtention du DFASM (diplôme de formation approfondie en sciences médicales), reconnu au niveau master.
  • Le concours de l’internat permet d’accéder au 3e cycle des études médicales en choisissant la spécialité de chirurgie maxillo-faciale et stomatologie.
  • Le DES (diplôme d’études spécialisées) en chirurgie maxillo-faciale est ensuite composé de 12 semestres dont 8 en stage dans la spécialité

Quel est le programme du DES de chirurgie maxillo-faciale ?

Le DES de chirurgie maxillo-faciale dure 12 semestres (6 ans). Depuis la réforme de 2017, il s’organise en trois phases : une phase socle (1 an), une phase d’approfondissement (3 ans) et une phase de consolidation (1 an).

Les notions abordées dans le programme de DES chirurgie maxillo-faciale sont notamment :

  • l’anatomie radiologique et chirurgicale
  • la prise en charge des principales urgences
  • la gestion des principales complications postopératoires
  • la prise en charge des urgences ainsi que des pathologies électives bénignes et cancéreuses courantes
  • le dialogue anesthésiste-chirurgien
  • la coopération chirurgien-anatomopathologiste
  • l’utilisation des dispositifs médicaux

Dans le cadre de son projet professionnel et selon les besoins de santé et de l’offre de formation, l’étudiant suivre une formation spécialisée transversale (FST), notamment dans les thématiques suivantes :

  • cancérologie
  • chirurgie en situation de guerre ou de catastrophe
  • chirurgie orbito-palpébro-lacrymale
  • sommeil

La formation pratique se fait sous la forme de 8 semestres de stages obligatoires à réaliser dans des services agréés dans la spécialité.

Le détail des enseignements, la durée et la nature des stages à accomplir ainsi que les modalités d’évaluation des connaissances sont consultables sur la maquette du DES de chirurgie maxillo-faciale.

Comment se préparer aux études de stomatologue ?

  • Référentiel Collège de chirurgie maxillo-faciale et stomatologie, 5e édition. Edition Elsevier Masson, collection Les Référentiels des Collèges, septembre 2021.
  • ORL Chirurgie maxillo-faciale stomatologie par Romain Gaillard. Edition Vernazobres Grego, collection UE ECN en Fiches, juillet 2019.
  • L’éducation thérapeutique en médecine bucco-dentaire par Thomas Trentesaux, Thomas Marquillier et Caroline Delfosse. Éditions CdP, collection Memento. Décembre 2023.

Prix et financement des études pour devenir stomatologue

Le coût des études en médecine varie de 8 000 € à 15 000 € par an, selon plusieurs associations étudiantes et avec des variabilités selon les régions.

Des aides financières permettent de financer une partie ou la totalité des frais liés au cursus universitaire nécessaire pour devenir stomatologue. L’étudiant peut obtenir une des aides suivantes en fonction de sa situation personnelle :

  • Bourse sur critères sociaux
  • Subventions des régions
  • Aide au mérite pour les étudiants
  • Aide personnalisée au logement (APL)
  • Prêt bancaire garanti par l’État

Poursuite d’études et évolutions de carrière du stomatologue

Le stomatologue doit se former en permanence et rester attentifs aux avancées technologiques ainsi qu’aux nouvelles pratiques qui peuvent impacter sa spécialité.

Le stomatologue ou chirurgien maxillo-faciale peut se sur spécialiser en chirurgie cancérologique de la cavité buccale. Il sera alors amené à réaliser des actes de chirurgie lourde à visée reconstructrice.

Études et formation pour devenir stomatologue

Quelles formations suivre lorsqu’on est chirurgien maxillo-facial ?

Le chirurgien maxillo-facial pratique une spécialité où les savoirs et les techniques évoluent rapidement. Or, tout au long de sa carrière, il a la possibilité de compléter sa formation initiale en suivant des formations complémentaires.

La formation continue du chirurgien maxillo-facial

L’offre de formations professionnelles continues disponible est vaste. Elle permet au chirurgien maxillo-facial de couvrir tous les aspects de sa spécialité, mais également d’élargir le champ de ses compétences vers d’autres disciplines, pour évoluer vers un autre statut professionnel, voire pour changer de métier.

Il existe des formations diplômantes de haut niveau scientifique, comme les diplômes universitaires et inter-universitaires (DU et DIU), les diplômes d’études supérieures universitaires et inter-universitaires (DESU et DESIU), ou encore les certificats d'études supérieures universitaires (CESU). Quelques exemples :

  • DU Rhinoplastie esthétique et fonctionnelle
  • DU Gestion des risques en milieu de soins
  • DIU Chirurgie orthognathique
  • DIU Réhabilitation orale implantaire
  • CESU Chirurgie humanitaire
  • DESIU Chirurgie oncologique
  • DESU Recherches microchirurgicales

Le chirurgien maxillo-facial peut aussi suivre des formations non diplômantes et plus courtes.

Elles peuvent être dispensées par des associations de professionnels dans des symposiums scientifiques, par des organismes privés de formation professionnelle continue ou des centres hospitaliers.

Le développement professionnel continu du chirurgien maxillo-facial

Le développement professionnel continu (DPC) est un dispositif de formation continue réglementé. Il oblige chaque chirurgien maxillo-facial à se former tout au long de sa carrière professionnelle, dans le but d’améliorer la qualité et la sécurité des soins.

Les orientations pluriannuelles prioritaires de DPC pour le chirurgien maxillo-facial

Pour remplir leur obligation de DPC, le chirurgien maxillo-facial doit suivre des programmes de formations conformes aux orientations pluriannuelles prioritaires. Celles-ci sont définies par l’État, en concertation avec les Conseils nationaux professionnels.

L'arrêté ministériel du 7 septembre 2022 et l'arrêté complémentaire du 8 décembre 2022 ont fixé, pour la période 2023-2025 :

3 orientations en chirurgie maxillo-faciale et stomatologie :

  • 62 - Prise en charge ambulatoire de la traumatologie
  • 63 - Prise en charge graduée des dysfonctions de l’appareil manducateur (DAM)

2 orientations de DPC pour les chirurgiens-dentistes spécialisés en médecine orthopédie dento-faciale et orthopédie dento-maxillo-faciale :

  • 166 - Réévaluation des traitements orthodontiques
  • 167 - Juste prescription du Cone-Beam CT (CBCT)

Orientation prioritaire n°62 - Prise en charge ambulatoire de la traumatologie

La prise en charge en ambulatoire pour la traumatologie courante est une réponse à donner face au développement des besoins. 

Fiche de cadrage (2 pages : n°234 et 235)

Objectifs de la formation :

  • Actualiser la mrise en charge des urgences traumatiques ;
  • Hiérarchiser la gravité des lésions traumatiques pour déterminer les examens et les besoins techniques ;
  • Optimiser la prise en charge au niveau humain et matériel.

Éléments de programme :

  • La prise en charge de la traumatologie en stomatologie et chirurgie maxilo-faciale
  • Actualisation des connaissances ;
  • Hiérarchisation de la prise en charge.

Orientation prioritaire n°63 - Prise en charge graduée des dysfonctions de l’appareil manducateur (DAM)

Les DAM sont fréquentes et entraînent divers troubles : douleur, bruit... La prise en charge est variée, de la plus simple à la plus complexe.

Fiche de cadrage (2 pages : n°236 et 237)

Objectifs de la formation :

  • Connaître les différentes techniques ;
  • Évaluer la gadration de la prise en charge en fonction du rapport bénéfice / coût.

Éléments de programme :

  • Actualisation des connaissances sur le diagnostic et les thérapeutiques ;
  • Les procédures thérapeutiques des DAM : rééducation, techniques d’injections, confection de gouttières ;
  • Évaluation des apports et des risques pour le patient.

Orientation prioritaire n°64 - Réhabilitation de la cavité orale par greffe et implants dentaires

Les pertes de dents ont diverses origines, mais l'ensemble de lapopulation y est confronté à un moment ou à un autre. Les implants dentaires et la greffe osseuse font partie des outils thérapeutiques à disposition.

Fiche de cadrage (2 pages : n°238 et 239)

Objectifs de la formation :

  • Connaître les recommandations professionnelles ;
  • Proposer la meilleure prise en charge possible.

Éléments de programme :

  • L'examen clinique
  • Le plan de traitement à l'aide de la radiologie
  • La prise en charge pluridisciplinaire
  • Les complications tout au long du parcours : pose des implants, suivi à long terme, etc. ;
  • Les traitements chirurgicaux et techniques nouvelles.

Orientation prioritaire n°166 - Réévaluation des traitements orthodontiques

Les traitements orthodontiques ont une durée limitée dans le temps et doivent être réévalués régulièrement en tenant compte de critères comme la croissance, les effets iatrogènes, etc.

Fiche de cadrage (2 pages : n°507 et 508)

Objectifs de la formation :

  • Savoir mesurer les effets thérapeutiques qui ont été mis en oeuvre ;
  • Adapter un traitement en fonction du contexte ;
  • Améliorer la qualité et la stabilité des résultats thérapeutiques ;
  • Prévenir les risques ;
  • Obtenir une coopération efficace.

Éléments de programme :

  • Évaluer la meilleure thérapeutique selon le contexte et le cas ;
  • Prendre en compte les effets iatrogènes d'un traitement ;
  • Prendre en compte les effets de la croissance ;
  • Stabiliser les effets d'un traitement orthodontique ;
  • Assurer la qualité de vie du patient en cours de traitement.

Orientation prioritaire n°167 - Juste prescription du Cone-Beam CT (CBCT)

Le praticien en médecine orthopédie dento-faciale et orthopédie dento-maxillo-faciale prescrit ou réalise des examens de radiologie. Les techniques d'imagerie volumiques sotn très utilisées grâce au développement du CBCT pour certaines prises en charge. La juste prescription est un enjeu important pour des raisons de coût et de conséquences sur la santé des patients du fait d'une exposition à des rayonnements ionisants inutiles.

Fiche de cadrage (2 pages : n°509 et 510)

Objectifs de la formation :

  • Savoir prescrire un examen CBCT quand il le faut

Éléments de programme :

  • La prescription d'un CBCT dans le cas d'une démarche diagnostique ou pré-thérapeutique ;
  • La prescription d'un CBCT dans le cadre d'un suivi ;
  • Les recommandations liées à la prescription du CBCT : indications, choix de techniques alternatives, balance bénéfice/risque, réalisation de l'examen complémentaire.

Les actions de DPC pour le chirurgien maxillo-facial

La liste officielle des formations DPC est disponible sur le site de l’ANDPC. En 2023, le chirurgien maxillo-facial a le choix parmi plus de 300 formations agréées, dont 27 leur sont spécifiquement destinées.

Ces formations de plus ou moins longue durée, sont proposées par des associations, des organismes privés de formation professionnelle continue, des universités, etc. Elles peuvent prendre différents formats : formation classique en présentiel, formation en e-learning ou en format mixte.

Le financement d’une formation DPC pour chirurgien maxillo-facial

Les formations professionnelles peuvent être financées par les chirurgiens eux-mêmes ou prises en charge par leur employeur. Lorsqu’elles entrent dans le cadre du DPC obligatoire, elles peuvent faire l’objet d’une prise en charge par l’ANDPC.

Combien coûte une action de DPC pour chirurgien maxillo-facial ?

Les prix sont très variables (de 200 € à plus de 3 000 €) en fonction de l’organisme qui dispense la formation, mais également selon le mode de suivi des enseignements (en présentiel, e-learning, classe virtuelle, format mixte).

Selon le lieu et la durée de la formation, des frais supplémentaires de déplacement, de restauration et de logement doivent être ajoutés aux frais pédagogiques. L’absence de revenus doit aussi être prise en considération.

Les forfaits DPC chirurgien maxillo-facial

L’agence de DPC participe au financement des actions de DPC réalisées par un chirurgien maxillo-facial. Cette prise en charge se fait sous la forme de forfait de DPC dont les règles et les modalités d’attribution sont les suivantes :

  • Le nombre d’heures prises en charge est de 21 par an.
  • Le forfait comprend une indemnisation versée directement au chirurgien pour perte de revenus et des frais pédagogiques versés à l’organisme formateur agréé.
  • Les montants versés dépendent du format de suivi des cours et de la durée de l’action de DPC.

Les autres aides financières

Il existe d’autres moyens pour financer une formation continue lorsqu’on est chirurgien maxillo-facial :

L’autofinancement est possible avec un crédit d’impôt qui permet de déduire jusqu’à 40 h de formation par an, au taux horaire de 10,57 € (taux horaire net du SMIC en vigueur au 01/01/2022). Les frais annexes (repas, hébergement, transport…) peuvent aussi être déduits sur la déclaration d’impôts.

Liens utiles pour les stomatologues

  • Société française de stomatologie, chirurgie maxillo-faciale et chirurgie orale (SFSCMFCO)
    « La SFSCMFCO regroupe les médecins spécialistes diplômés et qualifiés pour réaliser le diagnostic et le traitement des affections congénitales ou acquises, intéressant les structures superficielles et profondes de la face, y compris au niveau de la cavité buccale. Elle en est l'organe scientifique reconnu au niveau national et international. »
    Site web : https://www.sfscmfco.com/
  • Association des disciplines orthodontiques et maxillo-faciales (ADOMF)
    « Cette association a pour but le rassemblement des chirurgiens maxillo-faciaux, des orthodontistes et autres spécialistes de la sphère oro-faciale, sans but lucratif, à des fins de favoriser, développer et promouvoir la recherche, la formation et l'enseignement médical. Elle peut également animer, gérer et administrer d'autres structures telles que : congrès, enseignements post-universitaires, réunions scientifiques. »
    Site web : http://www.adomf.fr/
  • Association française des chirurgiens de la face (AFCF)
    L’AFCMF a pour but de réunir tous les professionnels intéressés par la chirurgie de la face : chirurgiens maxillo-faciaux, oto-rhino-laryngologistes, ophtalmologistes, chirurgiens plasticiens et neurochirurgiens.
    Site web : https://www.afcface.fr/
  • Vous voulez sauver des vies via des formations sur-mesure ?
  • Vous voulez former votre personnel aux gestes qui sauvent ?
  • Besoin d'un audit de formation, d'un accompagnement personnalisé ou d'une aide spécifique ?

Trouvez les meilleures formations AFGSU & Premiers secours obligatoires